Serrer le poing pour mieux se souvenir

Dernière mise à jour 24/05/13 | Article
Serrer le poing pour mieux se souvenir
La curiosité et l’ingéniosité des chercheurs en psychologie sont sans limites. Une étude menée dans une université américaine démontre comment on peut, simplement et gratuitement, améliorer ses différentes capacités mnésiques.

Jadis on conseillait de faire un nœud à son mouchoir, mais les mouchoirs ont disparu des poches. Du moins les mouchoirs en tissu. Et la technique est, par définition, inefficace avec ceux en papier destinés à être jetés. Un groupe de quatre chercheurs travaillant pour le département de psychologie de la Montclair State University et pour l’armée américaine propose une intéressante alternative. Leur méthode (originale) et leurs résultats (surprenants) viennent d’être publiés dans la revuePLoS ONE.(1) Leur étude montre surtout que certains mouvements simples du corps peuvent contribuer à améliorer nos capacités mnésiques. Et ils en proposent une explication: ces mouvements modifieraient de manière fugace mais utile le fonctionnement de certaines aires cérébrales.

Cinquante droitiers

Agés de 18 à 48 ans, cinquante droitiers dont quarante femmes (chacun rémunéré à hauteur de vingt dollars) ont été recrutés. Ils devaient mémoriser une liste de 72 mots. Les chercheurs les ont répartis au hasard en quatre groupes:

  • un premier groupe devait serrer son poing droit pendant environ 90 secondes durant l’exercice de mémorisation de la liste, puis faire de même juste avant de se rappeler des mots;
  • le deuxième groupe devait procéder de même mais avec le poing gauche;
  • les deux autres groupes changeaient de poing entre la mémorisation et le rappel: soit poing droit/poing gauche, soit poing gauche/poing droit.

Par ailleurs un groupe de contrôle ne devait pas du tout serrer les poings.

Au final, il est apparu que les membres du groupe qui devait serrer son poing droit lors de la mémorisation de la liste (puis le gauche avant de se rappeler des mots) obtenaient de meilleurs résultats que les membres de tous les autres groupes. Comment interpréter ces résultats? Pour les chercheurs, le fait de serrer l’un de ses poings augmente l'activité neuronale dans le lobe frontal de l'hémisphère controlatéral. Ces résultats confirment selon eux un modèle déjà connu, appelé «HERA» (pour Hemispheric Encoding/Retrieval Asymnetry) qui a été proposé en 1994 par le psychologue Endel Tulving, éminent spécialiste de la mémoire.

Un continent qui reste à explorer

Pour les chercheurs les choses ne sont pas très compliquées après tout. Certains mouvements simples du corps peuvent, selon eux, modifier un bref instant (mais à un moment crucial) la façon dont fonctionnent certaines régions cérébrales. Et ce mécanisme pourrait être de nature à stimuler non seulement la mémoire, mais aussi d’autres formes de connaissance et d’apprentissage, comme les capacités verbales ou spatiales. Le fait de serrer un poing pourrait ainsi être une technique utilisée pour effectuer certains tests chez des patients présentant des troubles cognitifs. La technique permettrait ainsi d’ouvrir une fenêtre d’exploration des capacités de spécialisation des hémisphères cérébraux lors de l'encodage, de la constitution de la mémoire ainsi que de la récupération ou du rappel des souvenirs.

Des travaux supplémentaires sont certes nécessaires pour déterminer aussi si les résultats obtenus avec des listes de mots pourraient également l’être avec des stimuli visuels, comme le souvenir de visages ou de motifs spatiaux. Les chercheurs soulignent la simplicité de la méthode, qui demande au total moins de cinq minutes et qui pourrait être déclinée de bien de manières et qui offre rien de moins que l’opportunité d’explorer ce continent encore largement ignoré qu’est notre mémoire. Rien n’interdit de faire un nœud (fictif) à son mouchoir pour se souvenir de faire le test du poing fermé.

(1) On peut lire ici (en anglais) l’étude dans son intégralité.

A LIRE AUSSI

Libido
libido_femme_frequent

Problèmes de libido chez la femme: un trouble sexuel fréquent mais mal connu

Alors que la médecine actuelle reconnaît l’importance du désir sexuel féminin, ses troubles sont souvent...
Lire la suite
Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Anxiété et crise psychique
crise_psychotique

La crise psychotique, un épisode dont on peut se relever

Face à des stress majeurs, certaines personnes perdent momentanément le contact avec la réalité. Une...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
plongez_cerveau_humain

Plongez au cœur du cerveau humain

Aimeriez-vous rencontrer votre avatar et lui faire réaliser de passionnantes expériences? Voyager au cœur du cerveau humain et de ses fascinantes connexions? Ou vous immerger dans les entrailles d’un appareil IRM pour en découvrir tous les secrets? Ces incroyables animations sont à découvrir au salon Planète Santé live, sur le stand du Campus Biotech.
cerveau_tous_ses_etats

Le cerveau dans tous ses états

Sur son stand au salon Planète Santé live, l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne met le cerveau et les neurosciences à l’honneur. L’occasion de jouer avec les illusions d’optique et de tester sa résistance au stress.

Comment l’addiction modifie le cerveau

Neuroscientifique à l’Université de Genève, Christian Lüscher a élucidé les mécanismes cérébraux qui conduisent à l’addiction et a trouvé le moyen de les neutraliser chez les souris. Le chercheur a reçu le prix Théodore Ott 2017 pour ses travaux qui pourraient avoir d’importantes implications cliniques.
Videos sur le meme sujet

Des neurones qui réécrivent les souvenirs traumatiques

Des neuroscientifiques de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) ont localisé les cellules permettant de reprogrammer des souvenirs d’expériences traumatiques en souvenirs de sécurité.

Dans la tête... d'un rebelle

La plupart des gens sont convaincus d’être un peu rebelle, juste quand il le faut.

Rencontre avec Bogdan Draganski, un spécialiste de l'imagerie cérébrale

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.