Ces gestes qui font du bien à notre mémoire

Dernière mise à jour 10/11/16 | Article
gestes_bien_memoire
Faits simples et marquants retenus avec aisance ou, au contraire, difficiles à retenir. Notre mémoire a besoin d’exercice, mental mais aussi physique, pour bien fonctionner. Conseils.

1. Préserver son sommeil

En moyenne, notre sommeil occupe un tiers de notre vie. Lors de cette parenthèse nocturne, notre mémoire, loin de se mettre en veille, profite de l’accalmie de l’activité corporelle pour se consacrer à la consolidation de nos souvenirs. Ainsi, les neurones activés pendant la journée vont se réactiver durant le sommeil pour donner lieu à un tri et à une indexation des informations importantes qu’ils auront véhiculées. Un sommeil réparateur permettra donc de faciliter le processus de rétention des souvenirs.

2. Enrichir son quotidien

Gage de performance et d’une meilleure résistance au poids des ans, la sollicitation de notre mémoire est un travail payant et pas aussi rébarbatif qu’on pourrait le craindre. Parmi les activités qui lui sont profitables: lire, écrire, jouer aux cartes, voir ses amis, mais aussi courir (le GPS mental est activé aussi quand il fonctionne «pour de vrai»), tricoter, bricoler ou encore cuisiner. C’est aussi simple que cela!

3. Body-building cérébral

Quand on apprend, les territoires cérébraux affectés augmentent de volume et de fonction. Alors, quel que soit l’âge, muscler sa mémoire en se mettant au défi, à la moindre occasion, de retenir un fait nouveau (numéro de téléphone, poème, date de naissance) n’a que du bon! Dans les faits, stimuler ainsi les neurones se traduit par de nouvelles connexions dans le cerveau.

4. Entretenir sa vie sociale

Solitude prolongée, inactivité et ennui sont aussi assommants pour nous-mêmes que pour le fonctionnement de notre mémoire. Pour le moral, comme pour nos neurones, cultiver sa vie sociale est des plus profitables.

5. Miser sur l’exercice

Jogging, vélo et… jardinage: l’activité physique sous toutes ses formes entretient la mémoire. Deux facteurs permettent d’en expliquer l’effet. Le premier: l’oxygénation accrue de l’organisme consécutive à l’activité physique se traduit directement par un bénéfice sur le fonctionnement cérébral. Le second: le fait de bouger fait aussi travailler l’hippocampe, clé de voûte de la mémorisation à long terme.

________

Paru dans Générations, Hors-série «Tout savoir sur notre mémoire», Novembre 2016.

A LIRE AUSSI

Libido
libido_femme_frequent

Problèmes de libido chez la femme: un trouble sexuel fréquent mais mal connu

Alors que la médecine actuelle reconnaît l’importance du désir sexuel féminin, ses troubles sont souvent...
Lire la suite
Libido
libido_femme_traitements

Problèmes de libido chez la femme: diagnostic et traitements

Bonne nouvelle, il existe plusieurs remèdes à un trouble du désir! Grâce au diagnostic médical et à certaines...
Lire la suite
Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Puls_junior_memoire

Comment se forme un souvenir dans notre mémoire?

Déguster une glace à la pistache, caresser un chaton, écouter de la musique, regarder un film… Comment ces moments passés deviennent-ils des souvenirs?
Puls_soigner_memoire

Prendre soin de sa mémoire aujourd’hui

Les troubles de la mémoire affectent durement le quotidien de la personne concernée. Lorsqu’ils sont graves, la vie des proches est aussi touchée. Poser des diagnostics plus précoces, offrir des traitements ciblés, améliorer la prévention et avancer dans la recherche: ce sont les objectifs du nouveau Centre de la mémoire des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG).
Puls_soigner_memoire

Mémoire et santé psychique, quels liens?

Les réponses du Pr Julius Popp, chef du service de psychiatrie gériatrique des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG).
Videos sur le meme sujet

Des neurones qui réécrivent les souvenirs traumatiques

Des neuroscientifiques de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) ont localisé les cellules permettant de reprogrammer des souvenirs d’expériences traumatiques en souvenirs de sécurité.

Transplantation de mémoire réussie… entre deux escargots

Des chercheurs américains ont réussi à transplanter de la mémoire d’un individu à un autre.

Rencontre avec Armin Schnider, un spécialiste de la confabulation

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.