Boire pour ne pas oublier. Oui, mais combien?

Dernière mise à jour 05/06/12 | Article
Bouteille et verres de vin rouge
La consommation de boissons alcooliques à petites doses a fait la preuve des ses vertus préventives dans les maladies cardiovasculaires. C’est, semble-t-il, un peu plus compliqué en ce qui concerne la démence et les affections neurodégénératives. Etat des lieux.

Parfois, l’alcool est une bien belle substance. C’est aussi, assez fréquemment, une molécule détestable. Heureusement désinhibitrice dans de nombreux cas, facilitant les échanges entre humains, elle est à l’origine d’un fléau multiforme, la cause de dégâts majeurs, individuels et collectifs. On retrouve cette ambivalence dans le champ de la biologie et de la médecine. De très nombreux travaux ont cherché (et sont parvenus) à mettre en évidence l’impact bénéfique d’une consommation modérée de boissons alcooliques (de vins pour l’essentiel) sur l’appareil cardiovasculaire. Ces travaux sont notamment directement impliqués dans les démonstrations récurrente des vertus du célèbre «régime méditerranéen» qui vient une nouvelle fois d’être mis à l’honneur: l’European Journal of Clinical Nutrition (2012; 66(3): 360-8) publie une étude qui associe ce type d’alimentation à une qualité de vie définitivement meilleure en termes de santé physique et de bien-être mental.

De l'alcool pour préserver les fonctions cognitives

La question reste ouverte pour ce qui est de l’impact de la consommation d’alcool sur le maintien des capacités cognitives ou de la prévention du risque de démence. Elle s’enrichit aujourd’hui d’une étude  publiée dans la revue Psychiatry Investigation. Ce travail sud-coréen a été dirigé par le Dr Ihn-Geun Choi (Department of Neuropsychiatry, Hallym University Hangang Sacred Heart Hospital, Seoul) Les auteurs se sont intéressés à la question, passionnante, de savoir s’il était possible (au vue des données actuellement disponibles) de définir « un modèle optimal de consommation ».Ils observent que dans ce domaine (et à la différence notable du c?ur) les mécanismes biologiques spécifiques restent mal compris, et il semble pour le moins prématuré de recommander une consommation régulière d’alcool (même modérée) dans le but de prévenir ou de réduire le risque de démence (entendue comme une perte d’autonomie) précoce.  Il leur semble néanmoins  possible de dédramatiser les conséquences négatives d’une (légère) consommation quotidienne d’alcool chez les patients âgés et très âgés.

Comment faire la part entre un effet neurotoxique et un effet neuroprotecteur de la consommation d’alcool? L'association entre cette consommation et la fonction cognitive chez les personnes âgées est pour le moins complexe. C’est l’analyse de cette association qui est effectuée par les auteurs de la publication de Psychiatry Investigation. Les doses, les habitudes de consommation voire le type de boissons sont autant de paramètres qui peuvent entrer en ligne de compte. Des études longitudinales et par imagerie cérébrale ont d’ores et déjà montré que chez les patients âgés, une consommation excessive d'alcool peut augmenter le risque de dysfonctionnement cognitif et de démence. A l’inverse une consommation à la fois faible (ou modérée) et régulière peut protéger contre déclin cognitif et la démence, sans même parler des bénéfices cardiovasculaires.

Les auteurs sud-coréens ont analysé les études sur l’association alcool-capacité cognitive chez les personnes âgées publiées durant quarante ans: de 1971 à 2011. Le contexte général est connu: on manque cruellement de traitements efficaces pour prévenir le déclin cognitif ou la démence. Or, il apparaît, au vu d’un certain nombre d'études épidémiologiques prospectives que le risque de démence précoce est plus faible chez les buveurs (légers à modérés) que chez les abstinents. D'autres études font aussi état d’effets bénéfiques mais seulement  dans certains sous-groupes. Une récente méta-analyse sur des sujets de plus de 65 ans conclut de manière convergente que la consommation d'alcool légère à modérée est associée à un risque moindre d'environ 35 à 45% de déclin cognitif ou de démence par rapport à l’abstinence.

Un médicament en phase de test: le resvératrol

On pourra rapprocher ces travaux de l’initiative de chercheurs de la Georgetown University: ils souhaitent  faire le point le plus objectif possible sur la façon dont on pourrait à l'avenir utiliser le resvératrol (un composé présent notamment dans les raisins et vins  rouges) contre le développement de la maladie d’Alzheimer. La Georgetown University vient ainsi de lancer une grande étude nationale, soutenue par le National Institute on Aging (NIA-NIH) en collaboration avec 24 institutions universitaires américaines. Il s’agit d’un essai de phase II de douze mois qui vise à examiner les effets du resvératrol sur des patients atteints de démence légère à modérée de type maladie d'Alzheimer. Ce travail est coordonné par le Pr R. Scott Turner, directeur du Georgetown University Medical Center's Memory Disorders Program. Aujourd’hui le resvératrol (et a fortiori les vins rouges) n'est pas approuvé par le Food and Drug Administration pour le traitement de la maladie d'Alzheimer. La plupart des études montrant les bénéfices du resvératrol a été menée sur l’animal et surtout sur des souris, et avec des doses qui dépassent de loin l'apport d’une consommation quotidienne modeste de vin rouge. Ici les participants devront subir deux ponctions lombaires, trois IRM cérébrales, des prélèvements sanguins et des tests d'urine. Un autre objectif sera de confirmer les bénéfices du resvératrol en prévention du diabète.

Que peut-on, pratiquement conclure et conseiller dans ce domaine? A dire vrai peu de choses, du moins si l’on en croit les spécialistes sud coréens. Les mécanismes biologiques spécifiques directement impliqués dans les phénomènes observés demeurent mal compris. On ne saurait sans grand risque préconiser des fourchettes de consommation à visée préventive. Tout au plus peut-on affirmer qu’une consommation modérée apparaît potentiellement bénéfique – et qu’en toute hypothèse elle peut être dédramatisée. Et ce d’autant que des données biomédicales soutiennent l'idée qu’une consommation modérée d'éthanol est non seulement sans danger pour la fonction cognitive, mais qu’elle peut avoir un effet neuroprotecteur.

Reste que l’on est ici soumis aux faiblesses méthodologiques, aux écarts statistiques et à l’absence de définitions vraiment normalisées. Un flou relatif qui incite à souhaiter la conduite d’études mieux élaborées pour savoir si les seniors peuvent, eux aussi, bénéficier des plaisirs inhérents à une consommation (non pathologique) de boissons alcooliques.

A LIRE AUSSI

Libido
libido_femme_frequent

Problèmes de libido chez la femme: un trouble sexuel fréquent mais mal connu

Alors que la médecine actuelle reconnaît l’importance du désir sexuel féminin, ses troubles sont souvent...
Lire la suite
Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Borderline
reflet d'un visage dans un miroir

Critères diagnostiques du trouble de la personnalité borderline?

Neuf critères diagnostiques sont utilisés pour diagnostiquer le trouble de la personnalité. Ils vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_Brockmann_demence

«J’ai vu mon père prisonnier de la démence»

Tim Brockmann préside l’Association Suisse pour la Recherche sur l’Alzheimer, qu’il a créée en 2009 alors que son père était atteint de la maladie. Il évoque les projets de son association et son implication auprès des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG). Entre espoir et combativité.
7_reflexes_memoriser

7 réflexes pour bien mémoriser

Plus une information est familière et associée à une émotion, plus elle aura de chances de se faufiler dans les rouages de notre mémoire. Mais ce n’est pas là la seule façon de garantir l’ancrage d’une information.
memoire_medecin_famille

Troubles de la mémoire: n’oubliez pas votre médecin de famille!

Quand la mémoire vacille de manière inquiétante, il vaut mieux consulter un médecin. Des premiers tests au diagnostic jusqu’à la proposition d’un traitement, la prise en charge se fait par étapes.
Videos sur le meme sujet

Dans la tête d'une personne souffrant de TOC, d'hyperactivité ou d'Alzheimer

La réalité virtuelle permet dorénavant de "se mettre" dans la tête d'une personne souffrant du Trouble obsessionnel-compulsif (TOC), d'hyperactivité ou de la maladie d’Alzheimer.

Le souvenir d'une odeur

Une étude de l'Université de Genève (Unige) permet de comprendre comment le cerveau fait appel à différents types de cellules pour traiter l’information olfactive, mais aussi la remodeler selon le contexte.
Maladies sur le meme sujet
maladie d'alzheimer: deux personnes se tiennent la main

Maladie d'Alzheimer

La maladie d'Alzheimer est une dégénérescence du cerveau qui atteint surtout les personnes âgées, et qui a de nombreuses répercussions sur la vie quotidienne.

Foie

Cirrhose

La cirrhose et une maladie chronique du foie. Les cellules normales sont progressivement remplacées par une grande quantité de tissu cicatriciel, ce qui conduit à une diminution du fonctionnement de cet organe.

Symptômes sur le meme sujet
Pense-bête

Perte mémoire

J’ai (il a) des pertes de mémoire