Prédire la récidive des crimes grâce à l’IRM

Dernière mise à jour 12/04/13 | Article
Prédire la récidive des crimes grâce à l’IRM
Le temps approche où les magistrats auront recours aux neurosciences pour mieux rendre justice. Une étude de chercheurs américains vient de montrer la voie.

Il y a dix ans sortait le célèbre film Minority Report. Aujourd’hui les résultats d’un travail de chercheurs de la Duke University démontrent que nous nous approchons de ce qui était, hier encore, impensable. Rappelons-nous le film de Steven Spielberg, qui reprenait et nourrissait la trame d’une nouvelle de Philip K. Dick (1928-1982), ce génie mal compris en son temps. La nouvelle date de 1956 et nous amène à Washington en 2054. Des mutants, les «pré-cognitifs», y ont le don de préscience. Et notamment la faculté de prédire la survenue de crimes avant même qu’ils ne se produisent. Le rêve pour la police et les états policiers.

En 2013 nous n’avons certes pas encore atteint ce stade. Mais nous nous en approchons. La publication des résultats d’une étude américaine marque une nouvelle étape dans l’utilisation des neurosciences pour évaluer le risque de récidive criminelle, ce qui permettrait de prendre des décisions moins risquées quant aux libérations conditionnelles et autres procédures judiciaires. Ces résultats tendent à montrer que des examens d’imagerie cérébrale permettent de prédire un futur comportement criminel ou une récidive de comportements asociaux. Tout est affaire, ici, de reflets de l’activité du cortex cingulaire antérieur (CCA).

En pratique, le Dr Kent A. Kiehl, spécialiste de neurologie au Mind Research Network (MRN) à Albukerque (Nouveau Mexique) et ses collègues de différentes universités américaines, ont pu étudier 96 détenus (âgés de 20 à 52 ans) juste avant leur libération. Ils ont ainsi analysé leurs cerveaux occupés à diverses tâches informatiques à l’aide d’un appareil d’imagerie à résonnance magnétique fonctionnelle (IRMf).

Durant cet examen les prisonniers devaient prendre des décisions rapides et inhiber des réactions impulsives. Les analyses d’imagerie étaient focalisées sur une région particulière du cerveau; une région importante connue sous le nom de cortex cingulaire antérieur (CCA). Il s’agit notamment du centre de l’anticipation de la «récompense» et de la prise de décision, mais aussi celui de l’empathie et de l’émotion. On le tient également impliqué dans la résolution de conflits, la sélection des réponses et l'apprentissage de l'évitement. Des dysfonctionnements de cette zone du cerveau ont déjà été associés à des phénomènes de désinhibition, d’apathie ou d'agressivité et les personnes atteintes de lésions du CCA peuvent être considérées comme des psychopathes.

Passé cet enregistrement de l’activité dans cette région du cerveau, les chercheurs d’Albuquerque ont suivi (de loin) les activités des anciens prisonniers durant quatre ans. Leurs résultats viennent d’être publiés dans les Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) sous le titre «Neuroprédiction de la récidive». On en trouvera un court récapitulatif ici. Pour résumer, les personnes présentant les plus faibles taux d’activité du CCA étaient également celles qui ont commis le plus de récidives. Ce résultat tient compte des possibles biais tels que l’âge ou la consommation d’alcool ou de drogues illicites. Les statistiques des chercheurs révèlent qu’une faible activité du CCA correspond à des taux de récidives de 2,6 fois supérieurs pour l’ensemble des délits et de 4,6 fois supérieurs pour les délits étiquetés comme «non violents». Pour les chercheurs, aucun doute n’est permis: leurs résultats «suggèrent l’existence d’un bio marqueur neurocognitif potentiel de la persistance d’un comportement antisocial.»

Que fera-t-on de telles observations? A elle seule, la stricte utilisation des résultats de l’équipe de Kent A. Kiehl pourrait conduire à l’impossibilité, pour certains prisonniers, de recouvrer la liberté, soit un enfermement à vie. La justice intégrera-t-elle bientôt les résultats de ces examens aux réflexions menées pour savoir si un prisonnier peut bénéficier ou non d’une remise en liberté? Mieux: cet examen sera-t-il utilisé (en complément des expertises psychiatriques) avant de prononcer un jugement? Et d’éventuelles anomalies pourront-elles être considérées comme des circonstances non pas aggravantes mais bien atténuantes? L’affaire reste à suivre…

A LIRE AUSSI

Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Troubles bipolaires
masques

Médicaments pour le traitement des troubles bipolaires

Ces médicaments psychotropes sont utilisés pour traiter les fluctuations extrêmes de l’humeur telles...
Lire la suite
Borderline
reflet d'un visage dans un miroir

Critères diagnostiques du trouble de la personnalité borderline?

Neuf critères diagnostiques sont utilisés pour diagnostiquer le trouble de la personnalité. Ils vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
promesses_neurostimulation

Les promesses de la neurostimulation

Un ophtalmologue propose des séances de stimulation visuelle aux sportifs d’élite pour améliorer leur capacité à traiter l’information et développer leurs performances perceptivo-cognitives. Les résultats sont spectaculaires.

Effets de l’anesthésie sur le cerveau

L’impact d’une opération sur les facultés intellectuelles est avéré. On ignore pour l’heure les causes de ce phénomène.

Le cerveau, chef d’orchestre de l’organisme

Le cortex cérébral produit à la fois la pensée et la contrôle. Il reçoit et interprète les signaux du corps et commande les organes. Les lésions qui l’affectent peuvent donc avoir de sévères conséquences.
Videos sur le meme sujet

Dyspraxie, le trouble du «Comment faire?»

La dyspraxie est un trouble invisible et encore méconnu. Les enfants qui en souffrent sont souvent maladroits, ils ont de la difficulté à nouer leurs lacets, à couper leur viande ou à s’habiller correctement.

Troubles du langage oral: quand les mots ne viennent pas

Les enfants apprennent à parler naturellement, le cerveau est programmé pour qu’ils absorbent les mots et la grammaire d’une façon innée. Mais il arrive parfois que la parole ne vienne pas aussi facilement.