Le cerveau du lecteur

Dernière mise à jour 17/05/16 | Audio
Loading the player ...
L'écriture est apparue il y a près de 5'000 ans.

Pourtant, notre cerveau est très proche de celui de nos ancêtres préhistoriques d'il y a 25'000 ans. Cela veut dire que notre cerveau a dû se spécialiser dans la lecture. Les recherches actuelles montrent que nous possédons une zone cérébrale spécifiquement dédiée à cette activité.

Les explications de Laurent Cohen, neurologue à l'Institut du cerveau et de la moelle épinière à l'Hôpital de la Salpêtrière à Paris, interrogé par Huma Khamis.

Une émission CQFD - RTS La Première

A LIRE AUSSI

Troubles bipolaires

Troubles bipolaires: le yoyo des émotions

Les troubles bipolaires, anciennement appelés psychose maniacodépressive, sont des troubles qui affectent l’humeur. Ils se caractérisent par l’alternance...
Lire la suite
Emotions

Les expressions faciales des émotions sont-elles innées ou apprises?

L'expression des émotions qui peuvent se lire sur notre visage, comme la peur, la joie ou la colère, sont-elles innées ou apprises?
Lire la suite
Troubles obsessionnels compulsifs (TOC)

Les T.O.C, la prison psychologique

L'ordre, la rigueur, le fait de vérifier si une tâche est bien accomplie, ces traits de caractère sont à priori plutôt considérés comme étant des qualités....
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
entendre_couleurs_possible

Entendre des couleurs ou voir des goûts, c’est possible

La synesthésie consiste à éveiller plusieurs sens en réponse à un seul stimulus. Une particularité neurologique acquise dès la petite enfance.
cerveau_gere_peur

Comment le cerveau gère-t-il la peur?

Des chercheurs lausannois étudient ce qui se passe dans notre cerveau lorsque nous avons peur. Leurs recherches ouvrent de nouvelles pistes, notamment pour le traitement des phobies.
andrea_volterra

«Il faut adopter de nouvelles stratégies pour lutter contre les maladies neurologiques et psychiatriques»

Professeur au département des neurosciences fondamentales de l’Université de Lausanne, Andrea Volterra étudie le fonctionnement du cerveau. Alors que la plupart de ses collègues se focalisaient sur les neurones, il s’est passionné pour un autre type de cellules cérébrales, les astrocytes. Jusqu’alors considérés comme de simples éléments de soutien, ces derniers communiquent avec les neurones et en assurent le bon fonctionnement. Ils pourraient même ouvrir de nouvelles pistes pour l’élaboration de traitements des maladies neurologiques et psychiatriques contre lesquelles les médecins sont encore très démunis.
Videos sur le meme sujet

Des cellules nerveuses qui aident à la cicatrisation

Faites connaissance avec des cellules qui deviennent des stars en ce moment.

Rencontre avec Armin Schnider, un spécialiste de la confabulation

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.

Dans la tête… d’un tricheur

Pourquoi triche-t-on?