L’impact démontré des voix de «crooners» sur les tympans féminins

Dernière mise à jour 12/11/13 | Article
Ils chantent à merveille et ils émeuvent les femmes. Et pourtant ils sont supposés volages. Deux études, canadienne et britannique, nous révèlent quels peuvent être les effets des voix graves.

Ecoutez un instant. L’un des plus célèbres crooners clame avec une voix inimitable qu’une femme n’est plus amoureuse de lui. Une telle situation est-elle possible? On peut en douter. Crooner? Le terme vient de to croon, dont le sens se situe entre fredonner et roucouler. «Crouner» en quelque sorte et en français. Nous sommes ici dans le registre du chanteur de charme. Un registre généralement méditerranéen – avec ses déclinaisons d’outre-Atlantique.

Le crooner c’est la gestuelle, la posture, la mise, le velours du regard, le vernis de la chaussure, le blanc de la chemise, la caresse supposée des mains, la chute lombo-sacrée. Mais c’est aussi, et surtout, une voix. Dans les graves de préférence. Une voix à se pâmer voire à se damner. Pourquoi?

Risque d’infidélité

C’est précisément le sujet qui passionne quelques chercheuses et chercheurs1 de l’Université canadienne McMaster, travaillant dans les départements de psychologie, neurosciences et comportement. Ils viennent de publier les résultats de leurs derniers travaux dansla revue Personality and Indivual Differences2. Et à cette occasion ils nous éclairent sur le rôle que peut jouer la voix dans le choix, à court et long terme, du partenaire sexuel.

Pour résumer, une voix mâle grave évoque, pour les femmes, un homme à la fois plus séduisant mais aussi plus infidèle. Sans que l’on puisse préciser s’il y a là une relation de cause à effet. Les chercheurs ont évalué les préférences de 87 femmes pour différents timbres de voix masculines – des voix manipulées par un système électronique. Une recherche de psychologie qui portait aussi sur la perception du risque d’infidélité. 

Relations durables ou pas

L’équipe canadienne constate, schématiquement, que les femmes préfèrent les hommes à voix grave dans le cadre d’une relation occasionnelle. Des voix perçues donc comme plus séduisantes et plus viriles, mais aussi nettement plus évocatrices d’infidélité et de mensonges dans l’optique de relations plus durables (le mariage au tout premier chef).

Les hommes pourront voir là un paradoxe: plus les femmes pensent qu’un homme est susceptible d’être infidèle plus elles sont attirées par lui (du moins dans le cadre d’une relation «occasionnelle»). Corollaire: lorsque les chercheurs demandent aux participantes de choisir la voix qu'elles pensent la plus adaptée à une relation de long terme, les préférences vont vers des timbres moins graves.

Les auteurs font ici l’hypothèse d’un «mécanisme de protection». Choisir une voix a priori moins immédiatement séduisante (moins grave, donc) réduirait le risque de l’infidélité (masculine). Et le cortège de ses conséquences plus ou moins graves, affectives ou matérielles. Tout se passe comme si la voix grave renvoyait inconsciemment à une image de la virilité-séductrice. Elle-même renvoyant au postulat de l’incapacité masculine à la maîtriser et donc à l’infidélité.

1. Jillian J.M. O’Connor, Katarzyna Pisanski, Cara C. Tigue, Paul J. Fraccaro et David R. Freinberg.

2. Un résumé (en anglais) de cette publication est disponible ici.

A LIRE AUSSI

Libido
libido_femme_frequent

Problèmes de libido chez la femme: un trouble sexuel fréquent mais mal connu

Alors que la médecine actuelle reconnaît l’importance du désir sexuel féminin, ses troubles sont souvent...
Lire la suite
Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Borderline
reflet d'un visage dans un miroir

Critères diagnostiques du trouble de la personnalité borderline?

Neuf critères diagnostiques sont utilisés pour diagnostiquer le trouble de la personnalité. Ils vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Comment l’addiction modifie le cerveau

Neuroscientifique à l’Université de Genève, Christian Lüscher a élucidé les mécanismes cérébraux qui conduisent à l’addiction et a trouvé le moyen de les neutraliser chez les souris. Le chercheur a reçu le prix Théodore Ott 2017 pour ses travaux qui pourraient avoir d’importantes implications cliniques.
rire_bon_sante

Rire est vraiment bon pour notre santé

Nous rions en moyenne une vingtaine de fois par jour, et c’est tant mieux. Réduction du stress, activation des muscles, renforcement du lien social: les bienfaits du rire sont nombreux.
musique_modifie_cerveau

La musique modifie notre cerveau

Jouer d’un instrument est une activité très complète, qui a des effets bénéfiques sur le plan intellectuel et cérébral. A force de s’entraîner, les musiciens assidus auraient même un cerveau différent de la moyenne.
Videos sur le meme sujet

Des neurones qui réécrivent les souvenirs traumatiques

Des neuroscientifiques de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) ont localisé les cellules permettant de reprogrammer des souvenirs d’expériences traumatiques en souvenirs de sécurité.

Dans la tête... d'un rebelle

La plupart des gens sont convaincus d’être un peu rebelle, juste quand il le faut.

Rencontre avec Bogdan Draganski, un spécialiste de l'imagerie cérébrale

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.