La solitude impacte la santé physique et mentale

Dernière mise à jour 16/12/19 | Article
solitude_perturbe_sante
Etats dépressifs, problèmes cardiovasculaires, anxiété, font partie des troubles dont souffrent les personnes isolées. A l’inverse, une vie sociale riche serait un facteur protecteur pour la santé.

Il y a les vertus des retraites méditatives ou des balades solitaires qui permettent de se ressourcer et de trouver calme et sérénité. Ce type de solitude, voulue et limitée dans le temps, est bénéfique pour le corps et l’esprit. Mais il y a aussi l’isolement subi, celui qui semble ne jamais vouloir finir, celui qui nous tombe dessus et nous afflige. Celui-là peut nuire gravement à la santé. Certaines études réalisées dans les pays anglo-saxons avancent même des chiffres étonnants. L’isolement social est associé à un risque majoré de 30% de développer des maladies cardiovasculaires, selon un article paru en 2016 dans la revue britannique Hearth.

Des chiffres à prendre avec des pincettes, car associer facteurs sociaux et maladies n’est pas chose aisée. Une certitude cependant: avoir de bonnes relations familiales et des amis que l’on voit régulièrement est bénéfique pour la santé. Comme le prônait maladroitement Johann Schneider-Ammann déjà en 2016: rire, c’est bon pour la santé. Et il est bien connu que l’on rit plus facilement avec ses amis que seul sur son canapé.

Rire donc, mais aussi se balader, faire des activités en groupe, voir du monde. Alain Delabays, médecin associé au Service de cardiologie du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) et cardiologue référent de l’Ensemble hospitalier La Côte (EHC), explique: «Les gens isolés socialement ont tendance à boire et fumer davantage, ce qui augmente le risque de développer une maladie cardiovasculaire. Un état dépressif est également un facteur de risque important. Il induit souvent un mauvais sommeil, une diminution de l’activité physique et va de pair avec une alimentation déséquilibrée.»

Yann Roux, médecin agréé en cardiologie à l’EHC, va plus loin: «Certaines études ont montré que même sans consommer de tabac, les personnes dépressives ont un risque plus élevé d’avoir un événement cardiovasculaire. La dépression pourrait jouer un rôle dans le métabolisme des lipides et altérer la fonction plaquettaire. De plus, il existe des évidences que des fluctuations du système nerveux autonome augmenteraient le risque d’arythmie ventriculaire et de mort subite chez le patient dépressif. A noter que les personnes qui ont eu un infarctus et qui se retrouvent à faire de la réadaptation avec des patients qui ont le même âge et les mêmes problèmes de santé, se remettent bien plus vite que celles qui restent isolées.»

L’homme, un animal social

Les êtres humains sont des animaux grégaires par excellence. «Le contact est indispensable au bon développement de l’enfant, explique Nader Perroud, directeur de l’Unité du trouble de la régulation émotionnelle des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Notre développement cérébral est très lent, il se poursuit jusqu’à l’âge de 23 ans environ. Nous avons besoin des autres pour apprendre et pour nous sentir sécurisés. Sans cela l’humanité disparaîtrait!»

Seul, l’homme a tendance à ressentir du stress. Ce dernier amène le corps à produire certaines hormones en plus grande quantité, ce qui peut aboutir, à long terme, à un dysfonctionnement physiologique et, enfin, à des maladies. «Il faut comprendre comment un individu arrive à son isolement. Est-ce une personne âgée qui a perdu tous ses amis? Est-ce une personne fragile qui fonctionnait bien jusque-là grâce à certains piliers dans sa vie, comme ses parents ou des proches? La solitude est un phénomène qui se construit petit à petit et qui peut être un facteur de risque de développer certaines pathologies, mais c’est rarement la cause première», explique Luca Leardini, psychologue adjoint, responsable au sein de l’Unité soins psychiatriques accueil, urgence, liaison de la Fondation de Nant qui opère au sein de l’Hôpital Riviera Chablais. Le psychologue pense que la solitude peut aussi avoir des bons côtés: «On peut tenter de donner un sens à cet isolement, car il peut aussi constituer une ressource. Certaines personnes parviennent à le gérer, à l’utiliser comme un espace à remplir plutôt que quelque chose à subir.»

Entourés, mais si seuls

Les docteurs Paco Prada et Nader Perroud travaillent tous deux aux HUG avec des patients ayant un trouble de la personnalité borderline. Pour ce type de patients, le sentiment de solitude peut être très fort sans qu’il y ait un réel isolement social. «Les sujets borderline ont de grandes difficultés relationnelles et peinent à interagir avec l’autre, explique le Dr Nader Perroud, directeur de l’Unité du trouble de la régulation émotionnelle. Tisser des liens avec les autres est un moteur important pour avoir une vie satisfaisante. Parmi les patients avec des troubles psychiatriques, le taux de suicide le plus élevé se trouve chez ceux qui ont un trouble borderline ! Mais lorsqu’ils arrivent à se connecter avec autrui, les idées suicidaires disparaissent.»

Pour les deux spécialistes, les troubles de la personnalité trouvent la plupart du temps leur origine dans l’enfance et un manque d’interactions positives tout au long de la croissance. «Pour qu’une personne se développe bien, il est primordial qu’elle soit entourée par des parents bienveillants, précise le Dr Paco Prada, médecin adjoint agrégé au Service de psychiatrie de liaison et d'intervention de crise des HUG. Si les contacts ne sont pas assez bons ni assez nombreux, l’enfant n’aura pas une confiance suffisante en l’autre. Il va devoir faire de gros efforts d’adaptation qui finissent par devenir aliénants.»

_________

Paru dans Planète Santé magazine N° 36 - Décembre 2019

A LIRE AUSSI

Libido
libido_femme_frequent

Problèmes de libido chez la femme: un trouble sexuel fréquent mais mal connu

Alors que la médecine actuelle reconnaît l’importance du désir sexuel féminin, ses troubles sont souvent...
Lire la suite
Anxiété et crise psychique
Une anxiété durable peut cacher un trouble profond

Une anxiété durable peut cacher un trouble profond

«Des conséquences trop longtemps sous-estimées.» Martin Preisig, psychiatre au Centre hospitalier universitaire...
Lire la suite
Emotions
Une explosion de rage révèle des troubles psychiques

Une explosion de rage révèle des troubles psychiques

Incapable de gérer sa colère, un passager a été débarqué d’un avion puis interné. Car si ce sentiment...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
luminotherapie_remplacer_antidepresseurs

La luminothérapie pour remplacer les antidépresseurs?

«C’est une saison qui me déprime!» On estime que 2 à 4% de la population seraient touchés par la dépression saisonnière. Si la luminothérapie est souvent indiquée dans ces cas spécifiques, elle pourrait aussi avoir une action capitale sur des troubles plus profonds. Explications.
PS37_mieux_gerer_anxiete

Mieux gérer son anxiété

Tachycardie, transpiration, «boule au ventre»: les premières manifestations de l’anxiété sont le plus souvent physiques (on parle d’angoisse). En cause: l’activation de nos systèmes d’alarme internes et leur flot d’hormones nous disposant à affronter l’épreuve. C’est ainsi que sous l’impulsion d’un esprit tourmenté et craignant le pire, cortisol et adrénaline (entre autres) incitent le cœur à battre plus vite, décuplent la vigilance, aiguisent les fonctions cognitives et adaptatives.
PULS_pistes_traiter_TOC

Des pistes pour mieux traiter les TOC

Dans le cadre de leur programme «troubles anxieux», les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) développent de nouvelles thérapies pour les personnes souffrant de troubles obsessionnels compulsifs.
Videos sur le meme sujet

Neuroscience, musique et dopamine

Chair de poule, osmose, transe.

Le comment du pourquoi: le rire

Pourquoi est-ce que l'humain rit?

Le point sur les crises dʹangoisse

Une peur intense, sans raison apparente, une sensation de danger face auquel la personne est démunie.