La première cartographie corporelle de nos émotions

Dernière mise à jour 22/01/14 | Article
Une équipe finlandaise vient de dresser la carte biologique de nos sensations les plus fortes. Elle nous offre ainsi un «tableau émotionnel» inédit. Le voici.

Nos émotions les plus fortes ont une traduction biologique et corporelle. Et on peut donner à cette traduction la forme d’une carte. C’est ce que démontrent quatre chercheurs universitaires finlandais1. Ils viennent de publier leurs résultats dans les Actes de l’Académie des Sciences américaine. La cartographie des émotions est disponible ici2. Cette recherche a pu être effectuée auprès de 701 participants volontaires de Finlande, Suède et Taiwan.

Combinaisons de sensations

Les participants devaient indiquer, via un ordinateur, les régions corporelles dont l'activité augmentait ou diminuait en fonction de chaque émotion induite et ressentie. En pratique ils devaient représenter sur une silhouette humaine les parties de leur corps qui se trouvaient suractivées, ou, au contraire, dont l'activité diminuait. «Nous avons été surpris de constater qu'à chaque émotion correspondait une combinaison précise de sensations, et que celle-ci était reproduite spontanément par la majorité des participants, qu'ils viennent de Finlande, de Suède ou de Taïwan», a commenté le Pr Nummenmaa au lendemain de cette publication.

Les chercheurs observent donc que les émotions les plus courantes provoquent des sensations corporelles d’une assez grande intensité et que chacune renvoie à une cartographie physique à la fois spécifique et physiologiquement cohérente. Chacune a une base biologique. Les professionnels de santé pourront voir dans cette approche un outil de compréhension des différents troubles émotionnels.

Rouge aux joues

Ce travail est aussi une forme de confirmation de la véracité biologique de nombreuses expressions: le cœur se fend, le rouge monte aux joues et la moutarde au nez, les chevilles gonflent, la colère monte à la tête, le bonheur irradie (on «rayonne»). La dépression vous rend moins sensible au monde extérieur. La peur va se nicher dans le ventre et la tristesse serre le cœur.

Les résultats des chercheurs finlandais permettent aussi de démontrer que le ressenti des émotions est équivalent chez les Occidentaux et les Asiatiques. Les impressions et sensations corporelles liées à telle ou telle émotion sont à l’évidence beaucoup plus liées à notre biologie qu'à notre culture.

Psychosomatique

Sous différentes latitudes la colère, la peur ou la surprise sont associées à une augmentation de l'activité sensorielle qui correspond à une accélération des rythmes respiratoires ou cardiaques. À l'inverse, les sensations de tristesse sont associées à une réduction de l'activité sensitive des membres supérieurs. Les sensations gastro-intestinales et de la gorge sont propres à la sensation nauséeuse de dégoût. Pour le Pr Jean-Louis Millot, spécialiste en neurosciences (Université de Franche-Comté) cette topographie inédite pourrait faire avancer la recherche dans la compréhension de mécanismes émotionnels encore mal connus. La méthode pourrait par exemple être selon lui appliquée à des personnes anorexiques, dont on sait qu'elles souffrent d'une perception perturbée d'elles-mêmes.

Cartographies individuelles

Ce travail confirme aussi que les émotions sont de véritables interfaces entre corps et cerveau. Elles induisent tout un éventail de réactions: musculaires, hormonales, neurologiques et immunitaires. De ce point de vue elles sont le terrain d’élection de la médecine psychosomatique. Des émotions réitérées peuvent ainsi avoir, selon les personnes, des impacts positifs (guérison plus rapide de certaines affections) ou négatifs (plus grandes vulnérabilités cardio-vasculaires ou immunitaires).

Peut-être reste-t-il désormais à affiner le travail finlandais: définir la cartographie émotionnelle de chacun pour identifier et corriger certains dysfonctionnements jusqu’ici invisibles.

1. Ce travail a été mené par Lauri Nummenmaa, Enrico Glereana et Riitta Hari (Université d’Aalto) associés à Jari K. Hietanend (Université de Tampere).

2. Le texte (en anglais) de cette publication ainsi que les illustrations sont disponibles ici. On peut ainsi y voir les zones associées à la colère (anger), la peur (fear), le dégoût (disgust), le bonheur (happiness), la tristesse (sadness), l'anxiété (anxiety), l'amour (love), la satisfaction (contempt), la fierté (pride), la honte (shame) ou encore sa voisine: la jalousie (envy).

A LIRE AUSSI

Libido
libido_femme_frequent

Problèmes de libido chez la femme: un trouble sexuel fréquent mais mal connu

Alors que la médecine actuelle reconnaît l’importance du désir sexuel féminin, ses troubles sont souvent...
Lire la suite
Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Borderline
reflet d'un visage dans un miroir

Critères diagnostiques du trouble de la personnalité borderline?

Neuf critères diagnostiques sont utilisés pour diagnostiquer le trouble de la personnalité. Ils vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
MD_estime_soi

L’estime de soi, un bien précieux qui fait souvent défaut

L’estime de soi est essentielle à notre bonheur. Pourtant, elle est souvent difficile à construire et à renforcer. Mais les moyens d’agir sont nombreux et devraient être mieux connus.
mitan_vie_maintenant

Mitan de la vie: maintenant ou jamais

Le mitan de la vie est, pour certaines femmes et certains hommes, l’occasion d’une profonde remise en question et d’un bilan de vie. Une crise qui peut être salutaire.
procrastiner_a_du_bon

Sauf quand ça paralyse le quotidien, procrastiner a du bon

On a tous tendance à remettre à plus tard des tâches urgentes. Rien de grave pour la plupart des gens, sauf chez 15%, pour qui cela relève presque de la pathologie. Il existe des moyens pour la surmonter.
Videos sur le meme sujet

Les expressions faciales des émotions sont-elles innées ou apprises?

L'expression des émotions qui peuvent se lire sur notre visage, comme la peur, la joie ou la colère, sont-elles innées ou apprises?

Le suivi spirituel à l'hôpital

La prise en compte de la douleur physique ou des troubles psychologiques sont des notions intégrées dans la médecine moderne.

La ville rend fou

Les villes se densifient tout autour du monde.