Pastilles vertes et sirops roses

Dernière mise à jour 19/03/12 | Article
Potions de diverses couleurs
Le goût, la couleur et la forme des médicaments varient considérablement. Ils sont déterminés par l’âge du patient, la pathologie visée ou encore le mode d’administration le plus efficace. Explications.
CHUV

Un article CHUV Magazine

1. Forme

Comprimés, gels, sirops, cachets, granules, pastilles, ou encore dragées… Il faut faire preuve d’imagination pour concevoir l’aspect physique des médicaments, leur "forme galénique", du nom de Galien – qui est à la pharmacie ce qu’Hippocrate est à la médecine. "Les substances actives, qui se présentent le plus souvent sous forme de poudre, ne sont pas ingérables en tant que telles, explique le Prof. André Pannatier, pharmacien-chef au CHUV. Pour en faire un médicament, il faut ajouter des excipients, des substances inertes permettant de soutenir l’action du médicament."

Un seul médicament peut ainsi se décliner sous plusieurs formes. Le méthotrexate, par exemple, utilisé entre autres en oncologie, est disponible sous forme orale liquide ou sous forme de comprimé, en solution injectable administrable par voie sous-cutanée, intramusculaire, intraveineuse et même intrathécale c’est-à-dire par injection directe dans le dos, entre les vertèbres.

Autre exemple d’inventivité pharmaceutique: l’oméprazole, qui vise à couper l’acidité gastrique. "S’il arrive tel quel dans le milieu acide de l’estomac, il se détruit tout de suite, explique le docteur Grégory Podilsky, pharmacien responsable de l’Unité de fabrication des médicaments du CHUV. Or, la substance active ingérée doit transiter par l’estomac avant de passer dans le sang. L’industrie a donc créé une forme gastro-résistante, qui peut traverser l’estomac tout en étant protégée de l’acidité et se libérer ensuite au niveau de l’intestin." On parle dans ce cas de comprimés "enrobé".

Outre le choix du mode d’administration le plus efficace, l’industrie pharmaceutique fait aussi intervenir une logique commerciale dans l’aspect des médicaments. Un choix controversé, note le Dr Grégory Podilsky: "Très clairement, le marketing ne va pas toujours de pair avec la sécurité. Par exemple, la ligne graphique utilisée pour identifier une marque peut amener à la confusion entre plusieurs médicaments, notamment en ce qui concerne leur couleur (voir point no 2)."

2. Couleurs

La couleur n’est jamais le fruit du hasard. "A des fins de marketing, l’industrie pharmaceutique a exploité des études sur la psychologie des couleurs, explique le Prof. André Pannatier. Par exemple, il a été démontré que le rouge était associé à un effet stimulant alors que le bleu était plutôt perçu comme exerçant un effet tranquillisant." Paradoxalement, la petite pilule bleue bien connue contre l’impuissance doit sa couleur à celle de son fabricant, qui a fait le choix du bleu pour son logo. La logique commerciale n’est jamais très loin...

D’autres constantes existent. Par exemple, la plupart des emballages contenant des produits à base de fer contre l’anémie sont rouges, pour rappeler le sang. Il n’existe cependant pas de consensus au niveau international pour le code couleur des médicaments. "Il y a tellement d’associations possibles qu’il est inconcevable d’attribuer une couleur spécifique à chaque médicament, note Grégory Podilsky. Un patient peut donc très bien se retrouver avec cinq médicaments blancs et ronds, ce qui rend les confusions possibles."

3. Goût

Les plus jeunes générations ont pu échapper à l’ingestion d’huile de foie de morue à la cuillère, grâce à l’arrivée des gélules. Il n’en reste pas moins que le goût des médicaments fait débat. "Je trouve personnellement que certains comprimés effervescents ont très mauvais goût", dit en souriant le Dr Gregory Podilsky. Mais il y a une bonne raison à cela: la forme galénique la plus simple est toujours la meilleure. "Il y a déjà suffisamment de contraintes techniques à intégrer, et trouver de bons agents masquant le goût n’est pas si facile."

Les pharmaciens du CHUV masquent le goût en priorité lorsque le médicament doit être ingéré par un enfant. "Par exemple, la predisone, un dérivé de la cortisone utilisé entre autres contre certains types d’allergie, a un goût absolument horrible qui peut être masqué par du chocolat." Certains praticiens s’opposent cependant à ce qu’on donne une saveur trop attractive à un médicament. Un goût désagréable peut en effet aussi servir à limiter les abus.

Le placebo, plus qu’une simple croyance

"Les médecins utilisent souvent l’effet placebo, par exemple lorsqu’ils prescrivent des vitamines contre un peu de fatigue, explique Thierry Buclin, professeur de pharmacologie clinique. L’esprit humain étant très sensible à la suggestion, les remèdes "à bien plaire" étaient déjà connus dans l’Antiquité, rappelle-t-il. L’étymologie latine du mot placebo signifie d’ailleurs "je plairai", titre d’un psaume." Après la Seconde Guerre mondiale, les Anglo-Saxons ont lancé les premiers grands essais cliniques comparant les effets d’un médicament comprenant des substances actives à un produit neutre, un placebo. Ni le patient volontaire ni le médecin ne savent quel est le "vrai" médicament.

"L’effet placebo contient la force de la croyance, mais aussi celle du temps qui passe. Les statistiques nous permettent d’évaluer l’effet réel d’un médicament, au-delà de l’effet placebo."

Source

CHUV Magazine, hiver 2012, http://www.chuv.ch/chuv-enbref-chuvmag-medicaments.pdf

A LIRE AUSSI

Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Troubles bipolaires
masques

Médicaments pour le traitement des troubles bipolaires

Ces médicaments psychotropes sont utilisés pour traiter les fluctuations extrêmes de l’humeur telles...
Lire la suite
Borderline
reflet d'un visage dans un miroir

Critères diagnostiques du trouble de la personnalité borderline?

Neuf critères diagnostiques sont utilisés pour diagnostiquer le trouble de la personnalité. Ils vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Etes-vous de ceux chez qui l’effet placebo marche du tonnerre?

Etes-vous de ceux chez qui l’effet placebo marche du tonnerre?

Des chercheurs américains pensent être en mesure de lever le voile sur ce mystère médical. Ils viennent d’identifier les raisons génétiques qui font que l’on est ou non très sensible aux placebos? Un progrès majeur dont les entreprises pharmaceutiques pourraient peut-être se réjouir. Pour l’heure, êtes-vous Met/Met ou Val/Val?
L’effet placebo fonctionne aussi sans passer par la conscience

L’effet placebo fonctionne aussi sans passer par la conscience

Avec l’effet placebo, on va de surprise en surprise. Après avoir découvert que l'effet positif pouvait se produire même quand le patient savait qu'il prenait un placebo, on découvre aujourd'hui que les effets, placebo ou nocebo, n'ont pas besoin de passer par la conscience pour agir...
Bonbons colorés au chocolat

Les effets bien réels des placebos

De récentes découvertes en neurosciences et dans le domaine de l’imagerie du cerveau ont permis de montrer que certaines émotions et sensations (comme la douleur) sont modifiées dans le cerveau par l’humeur ou la pensée.
Videos sur le meme sujet

La violence conjugale: Elle est inacceptable!

La violence entre conjoints touchent majoritairement les femmes, mais aussi les hommes. Les caméras de L'antidote abordent le sujet avec Philip Jaffém psychologue et directeur de l'institut universitaire Kurt Bosch à Bramois.

Les T.O.C, la prison psychologique

L'ordre, la rigueur, le fait de vérifier si une tâche est bien accomplie, ces traits de caractère sont à priori plutôt considérés comme étant des qualités. Mais parfois ces qualités peuvent se transformer en handicap. Cette vidéo vous parle des T.O.C ou Troubles Obsessionnels Compulsifs.

Schizophrénie: Privilégier le lien social

La schizophrénie : en Suisse environ une personne sur cent connaitrait des troubles schizophréniques, c'est beaucoup et l'on a toujours de cette maladie une image caricaturale, parfois encore associée à la folie. Le point sur cette maladie avec l'antidote.