Hyperactivité (TDAH): trop de médicaments prescrits n'importe comment

Dernière mise à jour 20/06/12 | Article
Enfants actifs
Une nouvelle qui n’est pas faite pour calmer les inquiétudes autour des médicaments en question. Précisions.

La prescription de médicaments contre l’hyperactivité a explosé aux Etats-Unis, selon une nouvelle étude majeure, relayée par le Washington Post. Une nouvelle qui n’est pas faite pour calmer les inquiétudes autour des médicaments en question, que les scientifiques estiment administrés de plus en plus à la légère.

L’étude, réalisée par la Food and Drug Administration, et mise en ligne ce 18 juin, montre que les prescriptions anti-hyperactivité (ou TDAH: trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité) ont augmenté de 46% entre 2002 et 2010.

Dans un article intitulé «Les enfants hyperactifs sont-ils les victimes de leurs gènes», Jean-Yves Nau expliquait en 2010 sur Slate.fr les enjeux d’un tel trouble chez les petits atteints.

«En pratique, ces enfants apparaissent très vite comme difficilement supportables par leur entourage: manque d'attention soutenue, incapacité à se concentrer, grande impulsivité ne pouvant être contenue, difficultés chroniques à obéir, instabilité émotionnelle, etc. Un tel tableau explique les difficultés majeures rencontrées dans la sphère scolaire comme dans le milieu familial. Aussi cette situation réclame-t-elle une prise en charge spécialisée qui peut être comportementale ou médicamenteuse. Depuis de longues années une polémique existe sur l’usage massif et injustifié qui est fait (notamment aux Etats-Unis) chez des enfants présentant différents troubles du comportement d’un médicament psycho-actif: le méthylphénidate ou Ritaline de la multinationale pharmaceutique Novartis. Ce médicament est officiellement indiqué contre les TDAH alors même que la relation entre le mode d'action de ce médicament et ses effets cliniques n’est pas encore complètement élucidée».

La question soulevée aux Etats-Unis actuellement ne concerne plus uniquement les enfants effectivement atteints du trouble. De nombreux étudiants par exemple, qui ne sont absolument pas affectés, prennent de la ritaline ou ses dérivés, car ces médicaments permettent une concentration intense.

Dans un article évoquant les «pilules des bonnes notes», le New York Times souligne la façon dont même des lycéens espérant avoir les notes pour entrer dans les prestigieuses fac américaines s’échangeaient ces médicaments.  «Si ces médicaments permettent de calmer les personnes atteintes de TDA, ils insufflent à celles qui ne le sont pas une énergie capable de leur permettre de se concentrer et de tenir toute la nuit à étudier tout en restant éveillé pour les examens du lendemain.» Les pilules peuvent être vendues à l'école par des élèves qui ont réussi à s'en faire prescrire. Les parents insistent aussi parfois auprès des médecins, persuadés que les médicaments aideront leur progéniture à mieux réussir.

Ces abus sont dangereux pour la santé des étudiants qui ne sont pas malades au départ. Cela crée aussi, actuellement, une pénurie de médicaments dans le pays, pouvant mettre en difficulté les enfants souffrant réellement d'hyperactivité.

Article original: http://www.slate.fr/lien/57991/hyperactivite-TDAH-prescriptions

A LIRE AUSSI

Libido
libido_femme_frequent

Problèmes de libido chez la femme: un trouble sexuel fréquent mais mal connu

Alors que la médecine actuelle reconnaît l’importance du désir sexuel féminin, ses troubles sont souvent...
Lire la suite
Libido
libido_femme_traitements

Problèmes de libido chez la femme: diagnostic et traitements

Bonne nouvelle, il existe plusieurs remèdes à un trouble du désir! Grâce au diagnostic médical et à certaines...
Lire la suite
Anxiété et crise psychique
Une anxiété durable peut cacher un trouble profond

Une anxiété durable peut cacher un trouble profond

«Des conséquences trop longtemps sous-estimées.» Martin Preisig, psychiatre au Centre hospitalier universitaire...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_V/F_TDAH

Vrai/Faux: le trouble du déficit de l'attention-hyperactivité (TDA-H)

Environ 5% des enfants sont touchés par un TDA-H. La Dre Isaline Ducommun, cheffe de clinique à l’Unité ambulatoire péri-hospitalière des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), déconstruit pour nous quelques idées reçues.
PULS_envant_psy_grave

Mon enfant va chez le psy, est-ce grave?

L’équilibre de l’enfant est une préoccupation majeure chez les parents, si bien que consulter un «pédopsy» n’est plus une exception aujourd’hui. Les experts du Service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent nous dévoilent comment venir en aide à ceux qui sont en souffrance.
Puls_quotidien_souffrance

TDA-H: «Mon quotidien était une montagne de souffrances»

Claude-Nicolas Becker a longtemps dysfonctionné, sans parvenir à mettre de nom sur son problème. Jusqu’au jour où le diagnostic, trouble déficit de l’attention-hyperactivité*, sonne comme une libération.
Videos sur le meme sujet

TDAH - déficit de l'attention, des enfants mal compris

Environ 4% des enfants et des adolescents sont atteints par le trouble de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH). Il est bien souvent la cause d'un manque de concentration et d'une certaine impulsivité. Ce reportage fait le point sur les enjeux et remèdes de ce trouble encore mal compris.

Dans la tête d'une personne souffrant de TOC, d'hyperactivité ou d'Alzheimer

La réalité virtuelle permet dorénavant de "se mettre" dans la tête d'une personne souffrant du Trouble obsessionnel-compulsif (TOC), d'hyperactivité ou de la maladie d’Alzheimer.

Hyperactivité et déficits de l'attention: le développement des enfants en question

L'antidote vous invite à découvrir l'hyperactivité et les déficits de l'attention chez les jeunes et vous aide à comprendre comment aborder le développement de ces enfants ?