Quand la maltraitance laisse une cicatrice sur l’ADN

Dernière mise à jour 21/03/12 | Article
Petit pion blanc mis en échec par des pions noirs
La maltraitance dans l’enfance peut provoquer des troubles psychiatriques à l’âge adulte. La nouveauté, c’est la découverte d’une modification génétique qui prouve ce lien.

Le fait d’avoir subi de la maltraitance dans son enfance perturbe la gestion du stress de l’individu devenu adulte. Ce qui pourrait juste paraître logique, voire banal, vient d’être démontré scientifiquement. Et même génétiquement. En effet, une équipe des HUG et de la Faculté de médecine a observé dans les cellules sanguines de patients victimes d’abus dans leur enfance une dérégulation du gène récepteur des glucocorticoïdes (NR3C1).

Cette découverte épigénétique, c’est-à-dire liée à une modification des mécanismes de régulation des gènes, reflète bien la collaboration croissante entre psychiatrie et génétique. L’étude des interactions entre des facteurs génétiques et environnementaux et le rôle que celles-ci peuvent jouer dans l’origine et l'évolution des troubles psychiatriques est en effet un domaine de recherches de plus en plus prometteur.

De la maltraitance aux troubles borderline

Comment s’est déroulée cette étude? 101 sujets adultes souffrant d’un trouble de la personnalité borderline, caractérisé par une instabilité dans les relations interpersonnelles, les émotions et l'impulsivité, notamment, ont accepté de prêter leur sang à la science. Les chercheurs ont observé un pourcentage sensiblement plus élevé de modifications épigénétiques sur l’ADN prélevé à partir de cellules sanguines des sujets qui ont été maltraités dans leur enfance (abus physique, sexuel et émotionnel, carences affectives) par rapport à ceux n’ayant pas subi de tels abus. Quelle est la conséquence de cette modification de l’ADN? Elle altère le processus de gestion du stress à l’âge adulte et peut entraîner le développement de psychopathologies telles que le trouble de la personnalité borderline. Il est donc clairement établi que les mécanismes de régulation du stress cérébral peuvent être perturbés de manière durable en cas de maltraitances répétées dans l'enfance.  

Un enfant traumatisé est à risque

La Dr Dora Knauer, pédopsychiatre aux HUG relève que «cette inscription de la maltraitance dans la mémoire cellulaire confirme nos impressions de pédopsychiatres et les études menées par les psychanalystes d’enfants depuis plus de 50 ans sur les traumatismes affectant les petits. Maintenant, nous avons la preuve que tout traumatisme laisse non seulement des traces psychologiques mais aussi biologiques dans l’ADN. Cette découverte d’une modification chimique donne un caractère plus mesurable scientifiquement à des processus que nous constatons chaque jour dans nos consultations. L’enfance, et surtout la petite enfance, est une période très vulnérable face aux traumatismes causés par l’environnement. Le savoir permet d’agir tôt pour éviter que des pathologies psychiatriques se développent ultérieurement. Il ne faut pas laisser le traumatisme se perpétuer. De plus, on vit dans un tel déni des maladies mentales, qui touchent pourtant 20% de la population mondiale, que des découvertes à caractère génétique permettent de parler de psychiatrie autrement.»

Enfin, pour le Dr Nader Perroud, chef de clinique scientifique au Département de psychiatrie des HUG et premier auteur de l’étude «si notre étude était centrée sur le lien entre la maltraitance infantile et certaines psychopathologies, il est important de noter que la causalité d’autres traumatismes violents, tels que l’expérience d’une catastrophe naturelle ou d’un crash aérien, pourrait être étudiée et mener à des conclusions similaires. En outre, le résultat de ces recherches met en avant l’utilité de l’étude du génome pour mieux comprendre et soigner les troubles 
psychiatriques.»

A LIRE AUSSI

Bien vieillir
Qu'est-ce que la déshydratation?

Qu'est-ce que la déshydratation?

L'eau est le composant principal de l'organisme, et représente environ 60% du poids d'un être humain....
Lire la suite
Bien vieillir
Repas de personnes âgées

Troubles de la déglutition chez la personne âgée

Manger est l’un des seuls actes de notre vie quotidienne qui lie à la fois nécessité vitale et plaisir....
Lire la suite
Mémoire
Les trous de mémoire sont le plus souvent sans gravité

Les trous de mémoire sont le plus souvent sans gravité

«C’est quelqu’un qui m’a dit… qui m’a dit…» Qui m’a dit quoi, au fait? Pas facile de garder la face quand,...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Puls_soigner_memoire

Stimuler ses neurones tout au long de la vie

La revue scientifique The Lancet a émis des recommandations, qui devraient être suivies tout au long de la vie, pour stimuler ses neurones et prévenir ainsi des maladies telles qu’Alzheimer ou les démences.
Puls_soigner_memoire

Mémoire et santé psychique, quels liens?

Les réponses du Pr Julius Popp, chef du service de psychiatrie gériatrique des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG).
Puls_junior_memoire

Comment se forme un souvenir dans notre mémoire?

Déguster une glace à la pistache, caresser un chaton, écouter de la musique, regarder un film… Comment ces moments passés deviennent-ils des souvenirs?
Videos sur le meme sujet

Rencontre avec Armin Schnider, un spécialiste de la confabulation

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.

Prendre sa retraite ferait du mal à la mémoire

Une étude anglaise parue l'année dernière dans l'European Journal of Epidemiology est formelle: la mémoire à court terme décline de 38% dès le moment où l'on prend sa retraite!