Attention: les faux souvenirs débarquent

Dernière mise à jour 10/11/16 | Article
attention_faux_souvenirs
Le fonctionnement de notre mémoire peut être détourné pour nous faire intégrer de faux souvenirs.

Votre mémoire, vous la croyez solide comme le roc? Peut-être… Mais, avec quelques techniques simples, on peut créer, chez vous, un «faux souvenir». Le scénario d’Inception dans lequel Leonardo DiCaprio et son équipe «implantent» un souvenir chez un businessman, n’est donc pas complètement impossible.

Différentes méthodes existent, décrit le professeur Armin Schnider, chef du Service de neurorééducation aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Par exemple, demander à quelqu’un d’apprendre des mots sur un thème précis. «Si je vous dis "piquer", "médicament", "injection" et "médecin" et que je vous demande, ensuite, de reproduire cette série, vous risquez fort d’ajouter "seringue" même si le terme n’y figurait pas.» Notre mémoire est associative et se concentre davantage sur ce qui paraît globalement pertinent («un ensemble de mots tournant autour d’une injection»), plutôt que sur des bribes d’information (les mots individuels).

Des souvenirs réactivés

Un autre exemple: on peut convaincre quelqu’un qu’il s’est perdu, enfant, dans un supermarché. Le principe? Lui demander de donner un maximum de détails sur des événements de son enfance. Dans le lot, rajouter un événement fictif: «Rappelez-vous, vous aviez 5 ans, vous étiez avec votre mère et vous vous êtes perdu…» Même parmi les personnes qui soutiennent ne pas se souvenir de cet épisode, une proportion significative finit par s’approprier la situation inventée.

Le mécanisme de consolidation de la mémoire est à l’œuvre dans ce cas, détaille le professeur. «A chaque fois qu’on réactive des souvenirs, on enregistre des informations liées au contexte dans lequel on les réactive, et les traces de mémoire s’adaptent. A chaque réactivation, un peu de bruit peut se déposer.» La distinction entre ce qu’on a vraiment vécu et ce qu’on en a pensé s’amenuise donc.

Généralement, deux conditions facilitent l’implantation d’un «faux souvenir». Premièrement, un souvenir de base d’un événement faible et, deuxièmement, l’information introduite doit être plausible. Votre interlocuteur se laissera plus facilement convaincre si la base pour le «faux souvenir» concerne une situation ancienne qu’il a vue en passant, sans l’enregistrer précisément (souvenir de base faible). D’autre part, vous me persuaderez facilement que j’ai mangé deux tartines au petit-déjeuner si c’est mon habitude.

«Si l’on s’intéresse à ces phénomènes, on ne fait plus entièrement confiance à ses propres souvenirs, sourit le professeur Schnider, même les plus clairs.» Pour le spécialiste, ce n’est pas une surprise. «La fonction de la mémoire est d’assembler les expériences du passé pour s’adapter au mieux à une situation présente ou future. Pour cela, une précision totale des souvenirs du passe n’est pas essentielle. Au contraire, cette flexibilité de la mémoire –sa capacité de se modifier selon les expériences– lui permet de mieux remplir sa vraie fonction.»

________

Paru dans Générations, Hors-série «Tout savoir sur notre mémoire», Novembre 2016.

A LIRE AUSSI

Mémoire
liberer_mauvais_souvenirs

Se libérer des mauvais souvenirs

Parfois, un épisode douloureux vécu dans le passé empêche d’apprécier pleinement le présent. Pour éviter...
Lire la suite
Mémoire
trous_memoire_inquieter

Trous de mémoire, quand s’inquiéter?

Avec l’âge, la mémoire se fragilise et peut nous jouer des tours. Mais comment savoir si nos oublis sont...
Lire la suite
Bien vieillir
cinq_facteurs_rester_jeune

«Il existe cinq facteurs majeurs pour rester jeune le plus longtemps possible»

Le vieillissement est un processus biologique complexe. Le professeur Karl-Heinz Krause de l’Université...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
LMD_amnesie_traumatique

L’amnésie traumatique permet de survivre à l’inceste

Alors que les témoignages des victimes d’inceste et d’abus sexuels subis durant l’enfance se multiplient, comment comprendre les sursauts de la mémoire des années, parfois même des dizaines d’années, après les faits? Décryptage d’un phénomène.
LMD_mémoriser_donner_récompense

Pour bien mémoriser, il faut donner la juste récompense

Selon une étude de l’Université de Genève, trouver la bonne dose de récompense permet un fonctionnement optimal de la mémoire. Un savant équilibre qui pourrait être bénéfique pour de nombreux types d’apprentissages.
liberer_mauvais_souvenirs

Se libérer des mauvais souvenirs

Parfois, un épisode douloureux vécu dans le passé empêche d’apprécier pleinement le présent. Pour éviter de ruminer ou de déprimer… il faut agir!
Videos sur le meme sujet

Oublier n’est pas une maladie

Le 13 octobre dernier, la ville de Vernier dans la Canton de Genève organisait une conférence intitulée "Oublier n'est pas une maladie" et destinée aux seniors.

Une juste récompense pour une bonne mémoire

Notre cerveau aime les récompenses et en recevoir l'aide à retenir des informations.

Le sport, c'est bon pour la mémoire

Une séance intensive de vélo de seulement quinze minutes améliore la mémoire.