Le senior, un voyageur comme les autres?

Dernière mise à jour 21/03/16 | Article
C’est un fait: le nombre de voyageurs d’âge «mûr» (dès 55 ans) est en augmentation. Bien que les risques de développer une maladie liée au voyage ne soient pas plus élevés pour cette tranche d’âge, il est important de prendre des mesures spécifiques pour anticiper certains problèmes médicaux. Préparer son départ est ainsi vivement conseillé.

Depuis le siècle dernier, des changements démographiques, technologiques et culturels, associés à une meilleure gestion de la santé, ont amélioré notre espérance de vie et révolutionné nos habitudes. Bénéficiaires de cette amélioration, les seniors voyagent de plus en plus. S’il est difficile d’avoir des chiffres précis sur cette évolution, on constate que les plus de 60 ans représentent actuellement entre 10 et 20% des voyageurs effectuant des séjours nationaux et internationaux, et se rendant dans les consultations médicales pour le voyage. Le vieillissement de la population contribue à l’augmentation de la fréquence des voyages, mais l’aisance économique relative et l’accès aux transports sont autant d’autres éléments qui encouragent les départs en vacances chez les seniors.

Attention aux complications

De manière générale, chez les seniors en bonne santé, il n’y a pas plus de risque de développer une pathologie liée aux déplacements que chez une personne jeune. Les infections pulmonaires et urinaires sont certes proportionnellement plus présentes dans cette tranche d’âge mais à l’inverse, on y observe moins de diarrhées. L’âge est plutôt à mettre en lien avec une diminution des capacités d’adaptation physiologique et une sensibilité accrue aux risques de déshydratation. De plus, les complications liées à certaines maladies infectieuses, telles que la malaria, peuvent être plus fréquentes et plus sévères dès 60 ans. Autre risque chez les seniors: la révélation, pendant les voyages, d’une pathologie liée à l’âge qui n’aurait pas encore été diagnostiquée ou la complication soudaine de maladies préexistantes qui étaient jusque-là bien contrôlées.

Indépendamment de l’âge, la présence de fragilités accroît le risque de maladies liées au voyage ou les complications de troubles déjà présents, voire encore les accidents (en cas de baisse de l’acuité visuelle par exemple).

Bien préparer son voyage

En plus des préparatifs usuels de départ en vacances, il est préférable pour les seniors de prévoir une visite chez le médecin, afin de vérifier la compatibilité du voyage avec l’état de santé. Le praticien pourra évaluer la situation et définir s’il y a ou pas une contre-indication à prendre l’avion par exemple, en fonction, entre autres, d’une récente chirurgie cardiaque ou d’un pneumothorax. En outre, pour les personnes à risque de thromboses veineuses, le port des bas de contention et la pratique d’exercices de gymnastique sont souvent recommandés sur les vols long courrier.

La prise de médicaments doit également être abordée, car sous d’autres latitudes ceux-ci peuvent être moins bien tolérés ou, pour certains, favoriser des infections secondaires. Il est aussi important de rappeler les éventuelles interactions entre les molécules prises pour une pathologie existante et celles qui sont administrées en prophylaxie en fonction du pays visité.

Se faire vacciner… ou pas?

Pour certaines destinations, la question du vaccin se pose, et ce indépendamment de l’âge. D’ailleurs, les recommandations –quel que soit le type de vaccin– sont les mêmes pour tous les voyageurs. Malgré le manque de preuves quant à l’efficacité des vaccins chez les personnes âgées, l’absence d’augmentation des pathologies au retour de vacances est une raison suffisante pour continuer à vacciner. La seule vaccination potentiellement déconseillée chez les plus de 60 ans est celle contre la fièvre jaune. En effet, un vaccin contenant un agent infectieux vivant, tel que celui de la fièvre jaune, présente un risque très rare de maladie vaccinale. Cependant, il présente l’avantage de protéger d’un virus sévère non traitable, raison pour laquelle la décision de vacciner ou pas est discutée de cas en cas.

La consultation «prévoyage» est donc vivement recommandée. C’est l’occasion de faire le point sur la prévention en matière d’hygiène et d’habitudes comportementales. La gestion des traitements ainsi que des troubles associés à des pathologies existantes pouvant survenir durant le voyage est aussi abordée. En préparant leur départ, les seniors en bonne santé, et les autres, peuvent voyager en toute quiétude.

Documents à emporter en voyage

En amont d’un futur voyage, mieux vaut préparer des copies des documents médicaux. Voici une liste non exhaustive des choses à ne pas oublier:

  • copie du dossier médical, traduit si possible dans la langue du pays de destination;
  • copies d’examens tels que l’électrocardiogramme;
  • médicaments pour la durée du séjour, répartis dans différents bagages;
  • ordonnances ou certificats médicaux pour les traitements injectables ou les stupéfiants;
  • assurances annulation ou rapatriement;
  • adresses de centres médicaux ou de médecins dans les pays visités.

_________

Références

Adapté de «Le senior en voyage: revue et conseils», Dr Gilles Eperon et Pr François Chappuis, Service de médecine tropicale et humanitaire, Département de médecine communautaire, de premier recours et des urgences, HUG. In Revue Médicale Suisse 2015; 11:1028-32. En collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Alzheimer et démences
alzheimer_prevention_fonctionne

Alzheimer: la prévention fonctionne

Deux urgences sont nécessaires face à la maladie d’Alzheimer: agir sur les facteurs de risque et opter...
Lire la suite
Bien vieillir
Qu'est-ce que la déshydratation?

Qu'est-ce que la déshydratation?

L'eau est le composant principal de l'organisme, et représente environ 60% du poids d'un être humain....
Lire la suite
Bien vieillir
cinq_facteurs_rester_jeune

«Il existe cinq facteurs majeurs pour rester jeune le plus longtemps possible»

Le vieillissement est un processus biologique complexe. Le professeur Karl-Heinz Krause de l’Université...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
pleine_forme_100_ans

Être en pleine forme à 100 ans passé n’est plus une utopie

Depuis 1950, le nombre de centenaires a été multiplié par 66. Et tout indique que leur forme physique s’améliore. L’exploit de Robert Marchand est donc moins exceptionnel qu’il n’y paraît. Explications.
soutien_psy_seniors

Le soutien psychologique des seniors à domicile, une nécessité

L’Observatoire suisse de la santé a récemment tiré la sonnette d’alarme à propos de l’augmentation des pathologies psychiques chez les aînés.
cinq_facteurs_rester_jeune

«Il existe cinq facteurs majeurs pour rester jeune le plus longtemps possible»

Le vieillissement est un processus biologique complexe. Le professeur Karl-Heinz Krause de l’Université de Genève nous en explique les contours.
Videos sur le meme sujet

115 ans, l'âge maximum des humains

L’espérance de vie des humains ne cesse d’augmenter et a gagné 6 ans depuis 1990.

Il n'y a pas d'âge pour les bienfaits du sport

Les mitochondries sont des parties des cellules qui brûlent les graisses ou les sucres pour les transformer en énergie.

Ce sera comment quand on aura 100 ans?

Les pronostics des démographes nous permettent d'anticiper et de faire face à cette situation. 36,9° a voulu savoir si la Suisse était prête à pourvoir à la longévité des baby-boomer qui vont bientôt arriver à la retraite.
Maladies sur le meme sujet
moustique qui transmet le paludisme

Paludisme

Appelé aussi malaria, le paludisme est une infection causée par un parasite microscopique (Plasmodium) transmis par la piqûre de la femelle d'une race de moustique.