Avec l’âge et l’isolement les neurones se déconnectent. Comment les reconnecter?

Dernière mise à jour 26/03/14 | Article
Avec l’âge et l’isolement les neurones se déconnectent. Comment les reconnecter?
Plusieurs études récentes commencent à établir quels sont les conséquences biologiques de la solitude.

Vivre seul n’est pas sans danger. Plusieurs études récemment publiées montrent que le sentiment d’isolement peut nuire à la qualité du sommeil, augmenter la pression artérielle, induire des phénomènes de stress et de dépression et perturber l’immunité de l’organisme. Ces études viennent d’être présentées à la réunion annuelle 2014 de l’Association américaine pour l'avancement des Sciences (AAAS). Il en résulte que l'impact de la solitude sur la santé peut être un facteur de risque majeur, un risque comparable à celui d’un statut socio-économique défavorisé, un risque équivalent au double de celui constitué par l’obésité. C’est aussi un élément qui peut accroître le risque de mortalité chez les personnes les plus âgées.

Ne pas passer ses vieux jours au soleil

Le même phénomène peut être dit autrement: «Les relations sociales favorisent un vieillissement réussi, explique le Pr John T. Cacioppo, spécialiste de psychologie à l'Université de Chicago. Pour cet expert des  effets de la solitude mieux vaut, à la fin de sa vie, privilégier la proximité de la famille, des amis ou des anciens collègues de travail. «Passer ses vieux jours au soleil, loin des siens, n’est pas forcément une bonne solution, explique-t-il. Les personnes d’âge mûr doivent réfléchir à la façon de se prémunir contre la dépression, à la façon de protéger leur bien-être et de prévenir des morts trop précoces».

Partage fructueux de l’intimité

Les travaux menés dans ce domaine ont permis de recenser des différences spectaculaires dans les taux de déclin de la santé physique et mentale au fur et à mesure du vieillissement. Les relations sociales, du moins lorsqu’elles sont suffisantes et satisfaisantes, permettent d’améliorer la résilience, cette capacité de rebondir en cas d’adversité et de trouver une qualité de vie en dépit des contraintes de cette même vie.

Trois facteurs semblent ici essentiels: partager son intimité avec une personne qui vous accepte et vous apprécie; avoir des relations sociales mutuellement enrichissantes et gratifiantes; être membre d’une communauté qui donne le sentiment d’appartenir à un groupe. A retenir: ce n'est pas la solitude physique en elle-même mais bien le sentiment subjectif d'isolement qui peut être profondément perturbateur d’un point de vue physiologique.

Isolement extrême

L'isolement modifie fondamentalement le cerveau. La conférence de l’AAAS a entendu le témoignage de Robert King, un ancien prisonnier angolais maintenu à l'isolement (seul, dans l'obscurité, dans une petite cellule  vingt-trois  heures par jour pendant 29 ans). Cette expérience extrême a déformé de façon permanente sa fonction visuelle et son sens de l’orientation. L'isolement modifier fondamentalement le cerveau et peut provoquer de nombreux effets psychologiques et physiques, ont confirmé des chercheurs dirigé par le Pr Craig Haney, spécialiste  de psychologie à l'Université de Californie à Santa Cruz. Ce dernier évoque, dans les cas les plus spectaculaires, des troubles de l’identité, l’installation d’une paranoïa, des automutilations, une hypersensibilité au son, à la lumière et au toucher ainsi que de sévères dysfonctionnements cognitifs.

Imagerie fonctionnelle par résonance magnétique

Ces cas les plus spectaculaires reflètent une vérité plus générale. Une grande partie de notre identité dépend de nos relations avec les autres. C’est «L’homme est un animal social» célèbre formule souvent prêtée à Aristote. Lorsque ces relations  s’amenuisent ou disparaissent la perte d’autonomie peut ne plus être très loin. L’effacement progressif des interactions physiques avec le monde, la réduction des interactions sociales, des contacts et des stimulations visuelles bouleversent  radicalement le cerveau. Les processus de communication des neurones en sont rapidement modifiés.

Les travaux de John T. Cacioppo et de ses collègues montrent aussi que la solitude peut être associée à de multiples phénomènes: moindre fluidité sanguine, élévations matinales des taux de cortisol (reflet du stress), expression  altérée de certains gènes impliqués dans les mécanismes de défenses immunitaires, élévation de la pression artérielle, niveau accru de dépression, difficulté à atteindre le stade du sommeil profond, progression plus rapide de la maladie d'Alzheimer. Nombre des ces observations résultent d’études menées à partir de l’imagerie fonctionnelle par résonance magnétique.

Préparer le repas ensemble

Il s’agit d’une problématique qui ne cessera de prendre de l’ampleur. Les sociologues constatent déjà une diminution des relations intimes par rapport aux précédentes générations. Le nombre de personnes âgées plus ou moins isolées va croître si rien n’est mis en œuvre pour prévenir l’installation des solitudes. Solitudes qui renforcent l’anxiété et la peur des autres.

«Il faut surmonter la peur et trouver des moyens de se reconnecter, insiste John T. Cacioppo. Il faut  redécouvrir ces sensations physiologiques positives qu’on éprouve dans les moments de contact humain les plus simples. Les personnes seules sont comme en appétit. La solution de l’équation c’est de comprendre qu’elles n’ont pas faim d’un bon repas. La solution réside dans la cuisine: il s’agit de préparer le repas avec les autres et, ensuite, de le partager avec eux».

A LIRE AUSSI

Bien vieillir
Qu'est-ce que la déshydratation?

Qu'est-ce que la déshydratation?

L'eau est le composant principal de l'organisme, et représente environ 60% du poids d'un être humain....
Lire la suite
Mémoire
trous_memoire_inquieter

Trous de mémoire, quand s’inquiéter?

Avec l’âge, la mémoire se fragilise et peut nous jouer des tours. Mais comment savoir si nos oublis sont...
Lire la suite
Bien vieillir
Repas de personnes âgées

Troubles de la déglutition chez la personne âgée

Manger est l’un des seuls actes de notre vie quotidienne qui lie à la fois nécessité vitale et plaisir....
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_Brockmann_demence

«J’ai vu mon père prisonnier de la démence»

Tim Brockmann préside l’Association Suisse pour la Recherche sur l’Alzheimer, qu’il a créée en 2009 alors que son père était atteint de la maladie. Il évoque les projets de son association et son implication auprès des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG). Entre espoir et combativité.
Puls_soigner_memoire

Prendre soin de sa mémoire aujourd’hui

Les troubles de la mémoire affectent durement le quotidien de la personne concernée. Lorsqu’ils sont graves, la vie des proches est aussi touchée. Poser des diagnostics plus précoces, offrir des traitements ciblés, améliorer la prévention et avancer dans la recherche: ce sont les objectifs du nouveau Centre de la mémoire des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG).
Puls_soigner_memoire

Mémoire et santé psychique, quels liens?

Les réponses du Pr Julius Popp, chef du service de psychiatrie gériatrique des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG).
Videos sur le meme sujet

Vieillir musclé

Le muscle perd près de 50% de sa masse musculaire entre 30 et 80 ans. Cependant, il est possible de combattre cette fonte musculaire en pratiquant des exercices physiques réguliers et adaptés, permettant de regagner du muscle, même après 80 ans.

Vieillir musclé

Le muscle perd près de 50% de sa masse musculaire entre 30 et 80 ans.

Alzheimer, pas si destructrice pour les neurones

Stéphane Délétroz se penche sur une étude franco-canadienne qui remet en cause une donnée fondamentale de la maladie d’Alzheimer.
Maladies sur le meme sujet
maladie d'alzheimer: deux personnes se tiennent la main

Maladie d'Alzheimer

La maladie d'Alzheimer est une dégénérescence du cerveau qui atteint surtout les personnes âgées, et qui a de nombreuses répercussions sur la vie quotidienne.

Personne seule

Dépression

La dépression peut se manifester par une tristesse, un manque de plaisir et d'énergie, mais aussi par des changements dans le sommeil, l'appétit ou le poids.

Symptômes sur le meme sujet
La tristesse

Dépression

Je pleure souvent / je n’ai pas le moral / je suis déprimé(e)
Pense-bête

Perte mémoire

J’ai (il a) des pertes de mémoire