De la dépendance et du sevrage aux somnifères

Dernière mise à jour 20/09/18 | Audio
Loading the player ...
Prendre un médicament pour dormir peut s’avérer utile durant une courte période.

Quand la prise de ces médicaments devient chronique, cela devient problématique car le risque de dépendance est important.

Le point avec Jose Haba Rubio, médecin agréé responsable du Centre du sommeil de Florimont, à Lausanne, et le témoignage de David, 27 ans. Un dossier d'Anne Baecher.

Le Centre du sommeil de Florimont

Le Centre d'investigation et de recherche sur le sommeil du CHUV

Une émission CQFD - RTS La Première

A LIRE AUSSI

Amputation

Reconstruction de la vessie

Certaines affections de la vessie, telles un cancer, une perte de la fonction de vidange ou de recueil des urines, peuvent nécessiter son ablation. Il...
Lire la suite
Anti-inflammatoires

Le comment du pourquoi: médicaments à jeun

Pourquoi faut-il prendre certains médicaments à jeun?
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Une femme qui a une insomnie

Une nouveauté américaine: le médicament pour ne pas se réveiller «au milieu de la nuit»

Les autorités sanitaires américaines viennent de donner leur feu vert à Intermezzo, un somnifère désormais proposé pour mieux se rendormir quand on vient de se réveiller…. Que faut-il en penser ?
Une femme qui a une insomnie

S'endormir vite et bien, un cauchemar?

15 minutes. Voilà le temps moyen que met un Suisse romand pour s'endormir. Mais pour certaines personnes, aller au lit peut tourner à l'angoisse tant il est parfois difficile de trouver le sommeil. Pourquoi a-t-on parfois du mal à s'endormir et comment régler le problème? Les réponses du docteur Raphaël Heinzer du centre d’investigation et de recherche sur le sommeil (CIRS) du CHUV.
tranquilisants_pas_innocents

Des tranquillisants pas si innocents

Sur le long terme, les benzodiazépines, prescrites notamment contre l’anxiété, ne sont pas sans risque, en particulier chez la personne âgée.
Videos sur le meme sujet

Des somnifères à Alzheimer

Selon une étude française publiée par l’Inserm, le risque de démence de type Alzheimer augmente de 60% chez les personnes consommant des benzodiazépines à demi-vie longue, donc ceux qui agissent dans la durée après la prise.