Se remettre d’une lésion au cerveau

Dernière mise à jour 31/10/11 | Article
Foule de visages dessinés
Des soins intensifs à la rééducation, itinéraire des patients victimes de traumatisme crânio-cérébral ou d’accident vasculaire cérébral.

Lors d’une lésion au cerveau causée par un accident vasculaire cérébral ou un traumatisme crânio-cérébral, le patient est d’abord pris en charge dans un service hospitalier de soins aigus. Lors de cette étape, le but de la rehabilitation consiste dans la limitation des complications et l’initiation de la rééducation aussi précocement que possible. Le patient continue ensuite son parcours au sein d’un service spécifique de neuroréhabilitation, dans un centre de réhabilitation générale ou  ambulatoirement.

Le parcours de neuroréhabilitation peut être décliné en trois dimensions: 1. la rééducation, visant la récupération des fonctions altérées; 2. la réadaptation, visant à compenser ou à pallier les déficits et incapacités, en apprenant au patient à réaliser les activités de manière différente et en mobilisant des ressources extérieures (modification du fonctionnement familial, intervention d’aides à domicile, utilisation de moyens auxiliaires, adaptation du domicile, du lieu professionnel, du véhicule, etc.). Et enfin, 3. la réinsertion, visant la réintégration des milieux de vie, c’est-à-dire les cercles familial, social, professionnel et de loisirs.

La première phase débute dans les services de soins aigus et met le patient dans les meilleures conditions de récupération possible.  La seconde se déroule le plus souvent dans un centre spécialisé, permettant une prise en charge de rééducation intensive. Elle se justifie par le besoin d’une intensité thérapeutique ne pouvant être dispensée en ambulatoire et par le besoin d’un encadrement interprofessionnel trop conséquent pour pouvoir être organisé au domicile. Durant cette étape, l’accent est mis sur la récupération maximale, tout en développant la dimension de réinsertion sociofamiliale, voire professionnelle. Enfin, dans la troisième phase, ambulatoire et suivant parfois directement la phase de soins aigus, les objectifs sont axés sur la dimension de réinsertion, notamment professionnelle et des loisirs, tout en poursuivant les mesures de récupération et de réinsertion sociofamiliale.

Un handicap persistant

Néanmoins, malgré les étapes de cette prise en charge de neuroréhabilitation, de nombreux patients cérébrolésés (donc victimes de lésion au cerveau) gardent un handicap plus ou moins sévère. Celui­-ci est parfois sous-­estimé par les proches, voire les professionnels de la santé, risquant alors de faire échouer les mesures de réinsertion, surtout lorsqu’il  se traduit par des symptômes tels que fatigabilité, hypersomnie, irritabilité, intolérance à la foule, etc. Il en résulte souvent un isolement social plus ou moins sévère, d’autant plus si des troubles de la communication et du comportement s’y ajoutent.

Dans ces situations, les répercussions sur les proches ne sont pas négligeables. On estime qu’environ 50 à 75% des conjoints présentent une dépression à un moment donné. Et parmi les enfants adolescents des patients cérébrolésés, la majorité souffre d’un sentiment d’insécurité, d’une difficulté à exprimer leurs sentiments, de problèmes scolaires, d’isolement et de symptômes physiques. Enfin, la proportion de retours au travail cinq ans après une lésion cérébrale, dans une population en âge de travailler, est d’environ 40% pour les patients victimes d’un accident vasculaire cérébral, 25 à 40% dans le traumatisme cranio-­cérébral sévère et 80% dans le traumatisme cranio­-cérébral léger.

L’itinéraire bien coordonné de ces patients est donc un long parcours, impliquant de nombreux intervenants. Il vise à concrétiser un nouveau projet de vie pour le patient et ses proches. Il laisse aussi la place à l’innovation et à la créativité, tant certains domaines, comme la réinsertion professionnelle, sont encore lacunaires en termes de structures adaptées et de coordination des divers services impliqués.

Références

Adapté de « Quel itinéraire de neuroréhabilitation pour les patients victimes d’un AVC ou d’un TCC ? », Dr Raymond Bossy, Service de neuropsychologie et neuroréhabilitation, Département des neurosciences cliniques, Hôpital Nestlé 05, CHUV ; Dr Pierre-André Rapin Service de neuroréhabilitation,  Institution de Lavigny,  in Revue médicale suisse 2011 ; 7 : 941-3, en collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Anesthésie
Une banane

Circoncision: à quoi sert le prépuce?

La circoncision, du latin circumcisio, signifiant «découper autour», consiste en l’ablation du prépuce,...
Lire la suite
Paracétamol
Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Vous ne connaissez peut-être pas le paracétamol et, pourtant, vous en avez déjà sûrement ingurgité. En...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Effets de l’anesthésie sur le cerveau

L’impact d’une opération sur les facultés intellectuelles est avéré. On ignore pour l’heure les causes de ce phénomène.
Videos sur le meme sujet

Vivre avec une prothèse

Plusieurs personnes amputées témoignent de leur quotidien à domicile, en ville, sur leur lieu de travail. Comment vivre avec une prothèse des membres inférieurs?

Sauver sa peau: parcours thérapeutique des grands brûlés

On dénombre environ 50 000 brûlures par année en Suisse. La majorité se soigne à la maison, mais environ 1000 personnes devront être hospitalisées dans l’un des deux centres spécialisés pour grands brûlés de Lausanne ou de Zurich.

Réapprendre à marcher après une paralysie des jambes

Des chercheurs de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) ont réussi à restaurer la marche chez des rats dont la moelle épinière avait subi une lésion provoquant la paralysie des membres inférieurs (paraplégie). Une vidéo pour mieux comprendre.