Nous vivons tous avec notre propre «nuage de bactéries» autour de nous

Dernière mise à jour 26/10/15 | Article
Nous vivons tous avec notre propre «nuage de bactéries» autour de nous
Des chercheurs américains viennent de disséquer ce «halo microbien» qui nous entoure. Une véritable signature aérienne, une empreinte personnelle atmosphérique.

Nous commençons peu à peu à découvrir les mystères et les vertus de notre «microbiote intestinal», cette flore composée de dix milliards de bactéries –dix fois plus que le nombre de cellules de notre corps. Il faudra aussi compter, désormais, avec les bactéries qui ne sont pas à l’intérieur, mais bien à l’extérieurfleur de peau) de ce même corps. Des chercheurs de l’Oregon ont «disséqué» la composition de cet ensemble de microbes aéroportés que nous émettons dans l'air. Ils viennent de publier leur travail dans la revue spécialiséePeerJ(1).

Ce travail a été dirigé par le Pr Brendan J. Bohannan  (Department of Biology, Institute of Ecology and Evolution, University of Oregon). En enfermant onze participants dans une chambre expérimentale avec air filtré préalablement aseptisée, les chercheurs sont parvenus à séquencer les génomes des microbes de l'air ambiant. Au total, deux études ont été menées, aboutissant à plus de quatorze millions de séquences correspondant aux milliers de types de bactéries présentes dans plus de trois cents échantillons de poussière et d’air ambiants.

Applications médico-légales

Ces données devraient permettre de mieux comprendre les mécanismes impliqués dans la propagation des maladies infectieuses dans les bâtiments et, peut-être, de développer dans l’avenir des applications médico-légales permettant d’identifier un coupable ou de déterminer la présence d’une personne dans un lieu donné.

Premier signataire de cette publication, le Dr James F Meadow n’a pas caché sa surprise. «Nous nous attendions à être en mesure de détecter le microbiote humain présent dans l’atmosphère autour d'une personne, mais nous avons été surpris de constater que nous avons pu identifier la plupart des volontaires en parvenant à identifier la personnalité de chaque nuage microbien», a-t-il expliqué à la BBC.

Bonne intelligence

Ces nouvelles données témoignent aussi des échanges bactériens que nous pouvons avoir avec autrui –échanges dont nous n’avions, jusqu’ici, nullement conscience. «Des échanges qui, le plus souvent, n’ont rien de pathologique», rassurent les chercheurs américains. Aucune raison, en d’autres termes, de prendre des douches supplémentaires. Et ce d’autant que ce nuage se reconstitue à volonté.

Faut-il s’inquiéter de tout cela? Adam E. Altrichter, l’un des auteurs, résume la question: «Nous devons comprendre que nous ne sommes pas stériles et ceci est quelque chose de complètement naturel et sain.» Il nous faut apprendre à vivre (en bonne intelligence) avec les bonnes bactéries qui, très proches de nous, nous accompagnent tout au long de notre vie.

_________

1 L’intégralité de la publication (en anglais) des chercheurs américains parue dans Peer J est disponible ici: «Humans differ in their personal microbial cloud»

A LIRE AUSSI

Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Paracétamol
Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Vous ne connaissez peut-être pas le paracétamol et, pourtant, vous en avez déjà sûrement ingurgité. En...
Lire la suite
Anti-inflammatoires
Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Fréquents et douloureux, les problèmes à l'épaule prennent du temps à guérir. L'origine de la douleur...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_patients_virtuels_recherche

Patients virtuels pour recherche réelle

Une équipe des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG) utilise des patients virtuels pour faire de la recherche clinique. Des milliers de personnes porteuses du VIH pourraient en profiter.
genomique_personnalisera

La génomique personnalisera les soins donnés aux patients

La médecine de précision promet d’améliorer les diagnostics, d’adapter les traitements à chaque personne, mais aussi de prévenir de manière plus ciblée, voire de prédire les maladies.
Walter Wahli: «La nutrition a une influence capitale sur nos gènes»

«La nutrition a une influence capitale sur nos gènes»

Apparue récemment, la nutrigénomique étudie les interactions entre notre alimentation et nos gènes. Son but: prévenir certaines maladies métaboliques comme le diabète en déterminant des profils alimentaires individualisés. Interview du Pr Walter Wahli, fondateur du Centre intégratif de Génomique de l’Université de Lausanne.
Videos sur le meme sujet

Gros plan sur les biopsies liquides, une nouvelle méthode d’analyse

Début juin 2017, les biopsies liquides ont fait l’objet de nombreuses interventions à Chicago, lors du plus grand congrès mondial sur le cancer.

Des "ciseaux génétiques" qui pourraient révolutionner le futur de la médecine

Stéphane Délétroz et Bastien Confino vous propose une émission spéciale consacrée à CRISPR-CAS9.

Du nouveau sur la maladie de Crohn

La maladie de Crohn serait exacerbée par une souche de levure utilisée couramment et soulagée grâce au recours à un médicament contre la goutte.