La source de la Jouvence féminine a été localisée

Dernière mise à jour 14/08/12 | Article
La source de la jouvence féminine identifiée
Voilà une information qui ne va guère satisfaire les partisans acharnés de la parité. On avait depuis longtemps observé que les femmes mouraient nettement plus âgées que les hommes. On est enfin sur le point de comprendre pourquoi. Et si l’hypothèse se confirme, aucun remède ne pourra sans doute y être apporté avant très très longtemps.

L’affaire réjouira ou révoltera. Elle vient d’être révélée sur le site de Current Biology. Sous la signature de deux hommes et d’une femme: Florencia Camus et Damian K. Dowling (School of Biological Sciences, Monash University, Clayton, Victoria, Australia) d’une part; de l’autre, David J. Clancy, Division of Biomedical and Life Sciences, School of Health and Medicine, Lancaster University, UK). Ces chercheurs nous expliquent en substances les raisons qui font que d’une manière générale dans le monde vivant (du moins dans le monde vivant sexué) les mâles voient moins longtemps le soleil que les femelles. Et les mêmes causes produisant généralement et depuis longtemps les mêmes effets, tout laisse penser que la découverte australo-britannique vaille pour l’espèce humaine.

Une inégalité innée

Restons un instant chez l’homme. Les tenants de l’acquis avaient jusqu’à présent invoqué des arguments tenus pour être de bon sens. A la différence des femmes, les hommes prenaient, volontairement ou pas, nettement plus de plus de risques – à commencer par l’exposition à la consommation d’alcool ou de tabac. C’était faire bien peu de cas de la dimension innée de la question et sur laquelle ont planché les auteurs de la publication de Current Biology.

Pour mieux comprendre la dimension biologique de l’affaire, ces chercheurs se sont penchés sur la célèbre Drosophila melanogaster et, plus précisément, sur l'ADN des mitochondries présentes dans les cellules de cette mouche à laquelle le vinaigre et la science génétique doivent tant. Il faut rappeler ici que les mitochondries sont les « centrales électriques » présentes dans toutes les cellules des organismes vivants et qu’elles ont à ce titre une influence sur le vieillissement de ces cellules. Or, il se trouve que dans les organismes pluricellulaires (et notamment les hommes, les femmes et les mouches du vinaigre des deux genres) les mitochondries «sont transmises par le sexe faible».

On veut schématiquement dire par là que cet organites intracellulaires sont présents dans le cytoplasme des ovocytes, pas dans les têtes des spermatozoïdes. Il en ressort que l’embryon puis le fœtus se développent avec les mitochondries «maternelles» dont les descendantes seront également ultérieurement présentes dans toutes les cellules (et durant toute la vie) de l’individu. En d’autres termes, l’ADN mitochondrial est chez ce dernier d’origine maternelle. L’hypothèse des chercheurs est que cet ADN mitochondrial pourrait être le siège de mutations bénéfiques pour le sexe faible et, paradoxalement, donner des forces à ce dernier. On peut le dire autrement: les mutations de l’ADN mitochondrial seraient favorables au sexe faible en raison des processus de sélection naturelle, mais seraient préjudiciables au sexe fort. Et parmi ces mutations, certaines pourraient contribuer à faire vieillir les hommes plus vite que les femmes.

Des mutations en faveur des «femmes»

Et c’est précisément cette hypothèse qui est vérifiée chez la mouche du vinaigre. Les chercheurs des universités Monash et de Lancaster ont étudié chez diverses souches de cet insecte la transmission de l’ADN mitochondrial de la mère à sa progéniture. Ils ont notamment comparé les matériels transmis et les espérances de vie comparées des mâles et des femelles. Ils ont alors eu la surprise de constater que les variations d'une seule lettre de l'ADN mitochondrial sont associées au vieillissement et à la longévité des mouches mâles, mais pas des femelles. Mieux: plus les variations sont importantes, plus les différences en termes de vieillissement et la longévité sont statistiquement significatives.

Comment mieux dire que des variations mitochondriales participent au vieillissement et à la longévité et qu’il y a là une inégalité majeure entre les deux genres? Les auteurs prennent toutefois soin de souligner que le vieillissement est un processus bien complexe avec de très nombreux autres facteurs impliqués. Ils ajoutent ainsi que d’autres recherches leur seront donc nécessaires pour déterminer si ce qui est vrai chez la drosophile l’est aussi chez l’homme. Il n’en reste pas moins qu’il a là une belle matière à réflexion sur les origines naturelles de l’inégalité. Et une réflexion d’autant plus intéressante  (ou désespérante) que l’on voit bien mal (en 2012) comment cette inégalité génétique et fondamentale pourrait être un jour corrigée.

Pour l’heure, le constat de cette inégalité est inscrit dans les chiffres de l’OMS qui prévoit dans le monde une espérance de vie moyenne à la naissance de 66 ans pour les hommes et de 71 ans pour les femmes. Avec, certes, des variations nationales: 78 ans et 85 ans, respectivement, en France, 76 ans et 81 ans aux Etats-Unis, 47 et 50 ans en Afghanistan. Mises à part des différences qui ne profitent jamais aux hommes, si l’on s’intéresse à l’espérance de vie «en bonne santé», les différences demeurent encore et encore: 62,4 ans pour les hommes et 64,2 ans pour les femmes en France en 2008. Les méchants esprits observeront que cette inégalité est compensée par le fait que les femmes vivent, certes, plus longtemps mais qu’une fraction de cette différence est le fait d’une vie «en mauvaise santé». Que faut-il préférer, si tant est qu’une préférence puisse être ici formulée?

A LIRE AUSSI

Antidépresseurs

Antidépresseurs: pour un temps ou pour la vie?

Traitement clé des dépressions modérées à sévères, les antidépresseurs s’inscrivent souvent dans la vie...
Lire la suite
Anesthésie

Effets de l’anesthésie sur le cerveau

L’impact d’une opération sur les facultés intellectuelles est avéré. On ignore pour l’heure les causes...
Lire la suite
Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
 PS48_itw_david-zacharie_issom

«Les innovations doivent tenir compte du monde tel qu’il est»

Récemment nommé professeur en algorithme et programmation à la Haute école de gestion de Genève et passionné par le domaine de la santé globale, David-Zacharie Issom multiplie les projets, notamment avec les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et l’Institut de e-Santé de la HES-SO Valais. Son leitmotiv: favoriser l’émancipation des patients et patientes par le biais de technologies accessibles et adaptées.
LMD_quoi_neuf_2023

Quoi de neuf Docteur… en 2023?

Elles ciblent l’obésité, les mystères de la grossesse, la dégénérescence maculaire liée à l'âge ou encore les particules de Covid dans l’air… Zoom sur six innovations phares.
PULS_recherche_clinique_IA

Optimiser la recherche clinique grâce à l’IA

La recherche pourrait tirer profit de l’intelligence artificielle (IA), avec pour but ultime, des bénéfices pour les patientes et patients.
Videos sur le meme sujet

Une nouvelle méthode pour détecter la sensibilité des bactéries aux antibiotiques

Des scientifiques de lʹEPFL et de la Vrije Universiteit Brussel travaillent depuis plusieurs années sur une nouvelle méthode pour détecter la sensibilité des bactéries aux antibiotiques via la microscopie optique.

Une oncologue genevoise gagne une bourse dʹun million de francs pour ses recherches sur le lymphome

1 million de francs suisses, cʹest la montant de la bourse remportée par la chercheuse genevoise Noémie Lang, première bourse du genre décernée par le Groupe suisse de recherche clinique sur le cancer (SAKK).

Maladie de Charcot: un nouveau médicament, le Qalsody, arrive sur le marché aux Etats-Unis

La sclérose latérale amyotrophique ou maladie de Charcot se traduit par une paralysie progressive des muscles, empêche progressivement le patient de marcher, de se nourrir, de respirer ou encore de parler.