Médicament

Dernière mise à jour 20/10/11 | Article
Plaquette de médicaments
La prescription d’un antidépresseur est un test diagnostique. Si le patient est déprimé, le médicament le guérit et le protège d’une rechute, s’il ne l’est pas, il ressent immédiatement des effets secondaires.

Prescrit à tort à un patient qui n’est pas déprimé, un antidépresseur provoque très rapidement des troubles insup­portables­ qui augmentent quotidiennement dès le 2e ou 3e jour. Le patient surpris par une agitation, une fébrilité inexplicable qu’il n’arrive pas à contrôler, se sent de plus en plus mal et arrête en général de lui-même de prendre les médicaments.

A l’inverse, si un patient prend un antidépresseur et qu’il ne ressent rien après la prise du médicament c’est qu’il en a besoin. Dans ce cas, il est à coup sûr déprimé et le médicament par son action pharmacologique douce continue (sérotoninergique et ou noradrénergique) corrige la déficience biologique dont il est atteint et qui provoque sa dépression. Il a intérêt à prendre le médicament aussi longtemps que possible pour ne pas rechuter.

La prescription d’un antidépresseur est un test diagnostique. Si le patient est déprimé, le médicament le guérit et le protège d’une rechute, s’il ne l’est pas, il ressent immédiatement des effets secondaires dus à une hyperactivité sérotoninergique ou noradrénergique, l’organisme réagissant comme s’il était en présence d’un corps étranger.

Tous les médicaments psychotropes améliorent l’efficacité de la psychothérapie. Ils atténuent ou corrigent par leur action spécifique, les troubles paralysant interactifs qui entravent la poursuite de la psychothérapie. Ils favorisent la mise en place des nouveaux circuits cérébraux susceptibles de neutraliser l’impact des anciens circuits.

Un médicament psychotrope ne devrait jamais être prescrit sans une psychothérapie concomitante, le médicament n’étant pas à même d’éviter des rechutes. Un patient qui n’a pas la chance biologique de bien dormir, d’oublier relativement facilement ce qui l’encombre (événements douloureux, traumatismes, pressions), a besoin de prendre des médicaments psychotropes pour guérir, améliorer l’efficacité de sa psychothérapie et surtout favoriser la démémorisation des émotions négatives sur laquelle nous n’avons pas de prise volontaire directe.

Couverture du Petit lexique de la psychothérapie

Source

Retrouvez d'autres mots essentiels dans le Petit lexique de la Psychothérapie du Dr François Adler aux éditions Georg.

A LIRE AUSSI

Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Anesthésie
Une banane

Circoncision: à quoi sert le prépuce?

La circoncision, du latin circumcisio, signifiant «découper autour», consiste en l’ablation du prépuce,...
Lire la suite
Paracétamol
Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Vous ne connaissez peut-être pas le paracétamol et, pourtant, vous en avez déjà sûrement ingurgité. En...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Benzodiazépines: vrai ou faux?

Des réponses aux idées reçues sur ces médicaments aux propriétés tranquillisantes et hypnotiques.

L’Ayahuasca vu par un psychiatre jungien

Le tourisme ésotérique reprend du poil de la bête. La consommation d’Ayahuasca, une plante hallucinogène très puissante utilisée depuis des millénaires par les tribus chamaniques d’Amazonie, attire de plus en plus de personnes à la recherche d’expérience transcendantales et salvatrices.
Les djihadistes tuent-ils sous l’effet d’une amphétamine?

Les djihadistes tuent-ils sous l’effet d’une amphétamine?

Le captagon engendre un sentiment de toute-puissance et annihile peur et douleur. Cette «potion magique des djihadistes» ferait l’objet d’un trafic croissant au Moyen-Orient.
Videos sur le meme sujet

Le futur de la médecine

Demain, un tiers de la population aura plus de 65 ans. 40% de la population aura une maladie chronique. Les hôpitaux seront saturés, les médecins trop peu nombreux et les coûts de la santé continueront de prendre l’ascenseur. Dès lors, quelles sont les mesures adoptées par le monde médical pour répondre à ces problématiques?

Vaccins: quelle utilité?

Se faire vacciner n'est jamais un plaisir, ça pique, ça gonfle, et parfois on se sent un peu patraque. Mais pourquoi se vaccine-t-on au juste? Le point avec l'antidote.

Rougeole: faisons la disparaitre!

Faire disparaitre durablement le spectre d'une maladie contagieuse, c'est l'objectif de bien des responsables de santé publique à travers le monde. Par le passé ils y sont parvenus, et ils comptent bien récidiver. Cette émission vous en apprend plus sur l'une de ces maladies : la rougeole.