Guérison

Dernière mise à jour 20/10/11 | Article
Peintre en action
La guérison ne commence pas lorsque les symptômes d’une maladie disparaissent, mais dès qu’ils apparaissent.

L’ouverture à la guérison est plus importante que la guérison. La santé n’est pas l’absence de maladie, mais un état d’esprit. La guérison ne commence pas lorsque les symptômes d’une maladie disparaissent, mais dès qu’ils apparaissent. Elle précède même l’apparition de tout symptôme, par une attitude saine, la recherche immédiate d’un bien-être, si minime soit-il, la mise en place, l’instauration d’un confort, d’une détente, d’un mieux-être, fut-il très relatif. En toute circonstance, il s’agit non pas de se fixer sur la souffrance, les symptômes, la maladie, mais sur leur contraire, sur ce qui est sain, sur la créativité, la joie d’exister, de partager, d’être heureux.

La guérison d’un état dépressif est possible. Eviter des rechutes également. Cela nécessite un long travail psychothérapique, jamais achevé, qui dure toute la vie, travail qui consiste à mettre en place dans le cerveau une mémoire nouvelle, celle de l’ouverture au plaisir. A terme, cette nouvelle mémoire, ces nouveaux circuits cérébraux neutralisent l’impact des anciens circuits, ceux de la maladie et modifient les conséquences biologiques des émotions, voire même la nature de ces émotions. Ce qui auparavant,­ par exemple était ressenti comme un coup de poignard peut devenir une égratignure.

Cette modification demande beaucoup de temps, mais se poursuit en permanence, de manière invisible, une fois le travail mis en route et la stratégie de l’ouverture au plaisir maintenue. Ce travail ne se fait pas tout seul, il nécessite une attention, une vigilance, de la persévérance et de la force, par conséquent un bon état général, un renouvellement constant de l’énergie par une hygiène de vie appropriée impliquant des périodes de repos et un respect absolu du sommeil.

Dans l’épuisement dépressif, tout est une montagne. On peut parler de guérison, lorsque les difficultés, les échecs, les rebuffades, les crises, les chocs, les contrariétés, les mauvaises nouvelles, etc. au lieu d’abattre le patient, au contraire, chaque fois le renforcent. Cette modification du vécu n’est pas imaginable, planifiable. C’est une véritable découverte, une révolution.

Couverture du Petit lexique de la psychothérapie

Source

Retrouvez d'autres mots essentiels dans le Petit lexique de la Psychothérapie du Dr François Adler aux éditions Georg.

A LIRE AUSSI

Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Paracétamol
Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Vous ne connaissez peut-être pas le paracétamol et, pourtant, vous en avez déjà sûrement ingurgité. En...
Lire la suite
Anti-inflammatoires
Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Fréquents et douloureux, les problèmes à l'épaule prennent du temps à guérir. L'origine de la douleur...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
troubles_psychiatriques_sexualite

Troubles psychiatriques: quels effets sur la sexualité?

Très fréquents chez les personnes atteintes d’un trouble psychiatrique, les troubles sexuels sont parfois aggravés par le traitement. Souvent passés sous silence, ils nécessitent une prise en charge adaptée à la pathologie coexistante.
mon_enfant_psy

Mon enfant chez le psy

«Maman, j’ai mal au ventre!» Plaintes somatiques, agressivité ou tristesse, difficultés scolaires… les signaux qu’envoie un enfant pour dire qu’il ne va pas bien peuvent être nombreux. Parfois, le bon sens des parents, leurs ressources personnelles et les conseils de l’entourage ne suffisent pas pour décoder les difficultés ou aider l’enfant à les dépasser. Consulter un spécialiste peut alors être d’une grande aide. Quelques points de repère à l’attention des parents.

La psychothérapie créative du jeu de sable

Technique psychothérapeutique inspirée de la théorie jungienne, le jeu de sable utilise la créativité pour permettre aux patients de verbaliser leurs émotions et leur vécu, par exemple dans le cadre troubles du comportement alimentaires.
Videos sur le meme sujet

Améliorer la cohérence cardiaque pour venir en aide aux enfants atteints de maladies psychiques

Selon l’OMS un enfant sur 5 est attient d’une maladie psychique ou d’un trouble du comportement.

Op Art et neurosciences pour soigner des maladies mentales

Et si l’art permettait de soigner des maladies mentales comme la schizophrénie ?

Traitement des maladies mentales: de plus en plus tôt?

De nos jours, les maladies mentales sont prises en charge de façon plus précoce.