Les tisanes aident à surmonter les maux de l’hiver

Dernière mise à jour 26/01/21 | Article
LMD_Nutrition_maux_hiver_tisanes
Bien plus que de simples boissons chaudes, les infusions de plantes permettent de soulager une multitude de symptômes typiques de l’hiver. Petit tour d’horizon.

Pour aller plus loin

www.natural-self-care.org: un questionnaire en ligne permettant de trouver la ou les plantes capables de vous soulager.

Un rhume guérit en sept jours avec des médicaments et en une semaine sans… Cet adage n’est pas totalement dénué de bon sens, mais il ne mentionne pas le coup de pouce que les plantes, sous forme d’infusions, peuvent donner. «Les tisanes, c’est encore la façon la plus simple, la plus spontanée, la plus immédiate pour l’être humain de se retrouver connecté à la nature, explique Christophe Perret-Gentil, fondateur de l’Herboristerie Ariès à Bioley-Orjulaz. Une nature dont il s’est éloigné, mais qui lui est restée fidèle puisque les remèdes les plus simples à base des plantes les plus familières continuent à lui venir en aide et le soulager.» Et Emanuel Roggen, droguiste à Domdidier, de préciser: «Indépendamment des différents principes actifs qui se trouvent dans les tisanes, le fait de fournir à l’organisme une quantité de liquide chaud ne peut que lui être bénéfique lorsqu’il lutte contre une maladie. Cela l’aide à transpirer et à mieux éliminer.»

Bien plus qu’un remède de grand-mère

Bien qu’elles puissent souffrir d’une image un peu poussiéreuse, les tisanes sont efficaces contre tout un tas de maux: rhumes, toux, symptômes grippaux, problèmes digestifs, coups de froid, maux de tête, entre autres. Mais quelles sont les plantes qui peuvent nous aider à passer l’hiver le mieux possible? «À la base, principalement celles qui se plaisent dans les contrées chaudes, jouissant du plein soleil sans pourtant s’y brûler, explique Christophe Perret-Gentil. Celles aussi qui ont développé une aptitude particulière à capter la lumière en s’épanouissant au cœur de l’été et qui nous redonnent, dans les périodes obscures et de grands froids, l’énergie ainsi emmagasinée. Je pense au thym, au plantain lancéolé, aux bourgeons de pin, aux fleurs de mauve, au tussilage, au tilleul et au sureau, entre autres.»

Pour profiter pleinement de leurs vertus, il faut respecter quelques consignes simples. «Les plantes, dont on emploie l’écorce ou la racine, nécessitent une décoction, précise Emanuel Roggen. Il faut les cuire quelques minutes, puis laisser infuser au maximum dix minutes et enfin les filtrer et les boire. À titre d’exemple, l’écorce de saule, qui contient de la salicine (le principe actif utilisé dans l’aspirine) doit être préparée par décoction. Pour les autres, une simple infusion de cinq à dix minutes suffit. Attention à verser toujours l’eau sur la plante et non pas l’inverse. Cela permet au liquide de perdre quelques degrés lors du versement et évite d’abîmer la plante. » Il est préférable de laisser infuser en couvrant le récipient, cela évite que des principes actifs volatils ne s’échappent dans l’air ambiant.

Et pas besoin de préparer des tisanes ultra-concentrées et qui finissent par être particulièrement amères. «Après un certain temps, l’eau est saturée en principes actifs, il est donc inutile de laisser infuser trop longtemps, précise Bertrand Graz, médecin à la Fondation Antenna, à Genève. La plupart des maladies de l’hiver passent toutes seules, on peut aussi décider de les traiter par l’indifférence! Les tisanes peuvent cependant accélérer la guérison.» Et le spécialiste de préciser: «Ce qu’il faut impérativement éviter de faire, c’est prendre des antibiotiques contre une maladie virale. Ils sont inutiles et risquent de créer des bactéries résistantes. Pour la toux, la réglisse et l’eucalyptus ont fait leurs preuves. En y ajoutant du miel, on parvient à obtenir une tisane très efficace contre la bronchite. Plusieurs études scientifiques ont démontré l’effet antiseptique et anti-inflammatoire du miel. Il est cependant contre-indiqué chez les enfants de moins d’un an.» Le miel déploie aussi ses effets bénéfiques s’il est dilué dans du lait chaud ou simplement dans une tasse d’eau chaude.

Prendre le temps d’être malade plutôt que tenter à tout prix de couper les symptômes est aussi un remède efficace, selon Emanuel Roggen. Fièvre, toux et autres désagréments liés au refroidissement sont le signe que l’organisme lutte contre la maladie. Repos, tisanes, bouillons et douceur suffisent, la plupart du temps, à retrouver la forme après quelques jours. Et Christophe Perret-Gentil de conclure: «La nature est bienveillante et généreuse et elle n’a jamais cessé de croire en nous, en nous dispensant ses bienfaits depuis la nuit des temps.»

Quelques plantes contre quelques maux

Les plantes utilisées en tisane peuvent être bues sous forme de mélange plutôt que seules. «La synergie qui se crée entre les plantes est importante et peut renforcer l’effet de toutes celles présentes dans la tisane », précise Antoine Wegmüller, acupuncteur et spécialiste en médecine chinoise à Lausanne. Dans les grandes surfaces, il existe plusieurs gammes de tisanes en sachet proposant des mélanges de plantes pour lutter contre tel ou tel mal. Selon Bertrand Graz, la qualité de ces infusions est correcte, mais il est difficile de savoir dans quelles proportions exactes elles se trouvent. En les achetant en vrac chez un herboriste, on peut mieux savoir ce que l’on boit et faire son propre mélange en fonction de l’effet désiré ou simplement de ses goûts.

  • Contre la toux: thym, plantain, lierre terrestre, réglisse, eucalyptus, mauve, bourgeons de pin, coquelicot.
  • Contre le froid: cynorrhodon, fenouil, ronces, tilleul, sauge, tussilage, cannelle, gingembre, clou de girofle, anis étoilé. Emanuel Roggen, droguiste à Domdidier, recommande le gingembre sous sa forme fraîche plutôt qu’en tisane, ne serait-ce que pour son agréable goût.
  • Pour améliorer la digestion: mélisse, fenouil, laurier, menthe, sauge, thym, marjolaine, verveine, racine de livèche sont les plantes les plus connues sous nos latitudes pour aider à faire passer la fondue chinoise du réveillon ou la raclette mangée après le ski. «En médecine chinoise, les écorces d’agrumes sont utilisées en décoction pour soulager les ballonnements liés à une digestion ralentie, précise Antoine Wegmüller. L’orange amère immature a, quant à elle, fait ses preuves contre l’indigestion et la constipation.»
  • Contre la congestion: thym, tilleul, sureau, reine-des-prés, verveine. «La reine-des-prés contient de la salicine, le principe actif de l’aspirine, précise Emanuel Roggen. Le nom scientifique de cette fleur est spirea car sa semence est en forme de spirale. Les scientifiques ayant réussi à synthétiser l’acide salicylique, ils ont pu se priver de la spirea : le nom "aspirine" vient de "a-spirea" (sans spirea).»
  • Contre la fatigue: baies de goji, myrtilles, mûres, à réhydrater dans une tasse d’eau chaude et à boire avec une tranche de gingembre frais.
  • Contre les maux de tête: menthe poivrée, reine-des-prés, écorce de saule.

___________

Paru dans Le Matin Dimanche le 08/11/2020.

A LIRE AUSSI

Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Anti-inflammatoires
Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Fréquents et douloureux, les problèmes à l'épaule prennent du temps à guérir. L'origine de la douleur...
Lire la suite
Anesthésie

Effets de l’anesthésie sur le cerveau

L’impact d’une opération sur les facultés intellectuelles est avéré. On ignore pour l’heure les causes...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Le yoga, une arme contre la dépression?

Traitement alternatif désormais reconnu, le yoga peut aider pour contrer certains symptômes associés à la dépression. Plongée dans l’univers du souffle et des postures.
PS39_médecine_intégrative_pédiatrie

La médecine intégrative, une alliée en pédiatrie

En Suisse, le recours aux thérapies complémentaires dans le domaine de la pédiatrie séduit toujours plus. Cette approche intégrative, pour autant qu’elle soit basée sur l’évidence scientifique et l’expérience médicale, peut être un plus pour la santé de l’enfant et de l’adolescent.
Hypnose, acupuncture, ostéopathie, méditation de pleine conscience, homéopathie… Les approches de médecine complémentaire sont multiples et suscitent de plus en plus d’intérêt de la part des parents. Selon l’Enquête suisse sur la santé de 2017, 38% de la population des 15 ans et plus en Suisse romande font appel au moins une fois par année à un traitement de médecine complémentaire, un chiffre en constante augmentation depuis 2002.

Ce vif intérêt pour la médecine complémentaire se retrouve également du côté des médecins. On observe en effet une part toujours plus importante de pédiatres et médecins de famille pratiquant une pédiatrie intégrative, ainsi qu’une augmentation des publications scientifiques dans ce domaine. En 2017, un groupe d’intérêt dédié (Swiss Interest Group for Integrative Pediatrics) a été créé, tandis que la pédiatrie intégrative sera le sujet principal du prochain congrès de la Société Suisse de pédiatrie.

Décryptage d’un phénomène en cinq questions-réponses.
infection_urinaire_remedes_naturels

Infections urinaires: le point sur les remèdes naturels

Le traitement des infections urinaires requiert le plus souvent une prise d’antibiotiques. Mais dans certains cas, la médecine complémentaire peut soulager les symptômes et prévenir les récidives.
Maladies sur le meme sujet
Bronchite aigue

Bronchite aiguë

La bronchite aiguë est une infection bénigne qui se manifeste en général par une toux, des maux de gorge et une gêne à la respiration, sans fièvre élevée.

Symptômes sur le meme sujet
thermomètre digital

Fièvre

J’ai de la fièvre