Baisse de moral : avez-vous essayé le millepertuis ?

Dernière mise à jour 15/10/20 | Article
baisse_moral_millepertuis
Plante aux fleurs jaunes éclatantes, le millepertuis est connu pour ses vertus médicinales, en particulier en cas d’état dépressif passager.

Huile de millepertuis

Le millepertuis peut être utilisé en application externe. L’huile de millepertuis, aux vertus désinfectantes, peut en effet servir à soulager plaies et brûlures. Pour la réaliser soi-même : faire macérer au soleil les fleurs de millepertuis dans de l’huile d’olive, pendant quelques semaines. L’huile rouge ainsi obtenue pourra ensuite être appliquée sur la peau.

Le millepertuis fait partie de ces plantes aux multiples bienfaits utilisées en phytothérapie. «Il a été l’objet de nombreuses études cliniques qui ont permis de mettre en évidence son efficacité, notamment en cas de baisse de l’humeur ou de chagrin passager. Et contrairement à un antidépresseur de synthèse, il n’entraîne ni accoutumance, ni dépendance», explique Kurt Hostettmann, professeur honoraire de pharmacognosie et phytochimie aux universités de Lausanne et de Genève.

Où le trouver?

Il existe plusieurs espèces de millepertuis. Celle que l’on utilise en thérapie est reconnaissable aux petites glandes transparentes présentes sur ses feuilles, qui leur donnent une apparence «perforée». En Suisse, on trouve très fréquemment le millepertuis à l’état naturel en plaine et jusqu’à environ 1500 mètres d’altitude. Il peut facilement être récolté et séché pour préparer des infusions, mais celles-ci sont néanmoins déconseillées par le Pr Hostettmann: «La tisane de millepertuis ne sert pas à grand-chose car l’eau chaude n’extrait qu’une petite partie des principes actifs. Il perd ainsi de son efficacité.» On lui préférera donc une utilisation sous forme de gélules ou d’huile.

Pas n’importe comment

Depuis 2002, le millepertuis est enregistré comme médicament de catégorie C par Swissmedic, autorisant sa vente libre uniquement en pharmacie. Une précaution due au risque d’interaction du millepertuis avec certains médicaments. Autre mise en garde : le millepertuis possède des substances photosensibilisantes et il est donc déconseillé de s’exposer au soleil d’altitude durant son utilisation. «Mais en respectant la dose indiquée par le fabriquant, il n’y a pas de risque», rassure le Pr Hostettmann. D’où l’importance d’éviter l’automédication et de demander un avis à son médecin ou pharmacien avant d’entamer une cure.

Si ça ne marche pas

Efficace sur une baisse de moral passagère, le millepertuis ne peut en revanche pas venir à bout, seul, d’une dépression profonde, ancrée depuis longtemps. «On peut l’essayer pendant un temps donné, mais sans signes d’amélioration de l’humeur, il faut consulter un médecin pour une éventuelle prise en charge allopathique (autrement dit conventionnelle, ndlr) et/ou psychologique», conseille le spécialiste.

Pour aller plus loin

Les plantes pour prévenir et soigner les affections du système nerveux central, Kurt Hostettmann, Ed. Favre, 2014.

_____________

Paru dans Générations, Hors-série « Se soigner autrement – Gros plan sur la médecine intégrative », Octobre 2019.

A LIRE AUSSI

Anti-inflammatoires
Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Fréquents et douloureux, les problèmes à l'épaule prennent du temps à guérir. L'origine de la douleur...
Lire la suite
Anesthésie
Une banane

Circoncision: à quoi sert le prépuce?

La circoncision, du latin circumcisio, signifiant «découper autour», consiste en l’ablation du prépuce,...
Lire la suite
Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
objectif_panoplie_patients

«L’objectif est d’offrir la panoplie de soins la plus adéquate et la plus sûre possible aux patients»

Le Pr Pierre-Yves Rodondi, médecin de famille, a fait de l’intégration adéquate des médecines complémentaires un de ses sujets de prédilection. D’abord au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) où il a travaillé sur cette thématique pendant sept ans. Aujourd’hui à l’Institut de médecine de famille de l’Université de Fribourg qu’il dirige. Son leitmotiv: que les médecines complémentaires utiles aux patients puissent faire partie intégrante de l’arsenal thérapeutique, aux côtés et sans opposition avec la médecine conventionnelle, par une approche scientifique et non dogmatique. Ni plus, ni moins.
drainage_lymphatique_bienfaisant

Le drainage lymphatique: thérapeutique et bienfaisant

Très utile après une immobilisation forcée, une chirurgie ou simplement pour se débarrasser de sensations de lourdeur dans les membres inférieurs, le drainage lymphatique aide la lymphe à circuler correctement.
medecine_chinoise_hopital

La médecine chinoise arrive à l'hôpital

Autrefois perçue comme de la poudre aux yeux, la médecine traditionnelle chinoise est de plus en plus acceptée par le monde scientifique occidental. Cette tradition évolue à présent en milieu hospitalier en collaboration avec la médecine conventionnelle.
Videos sur le meme sujet

Comment la nature soigne

Vivre dans le béton des villes nuit à la santé. Inquiète, la communauté scientifique explore les ressources offertes par la nature.

Les bons remèdes de grand-mère pour se soigner… et les autres

Pour les bobos du quotidien, de nombreuses personnes préfèrent éviter une visite chez le docteur et se tourner vers des remèdes dits "de grand-mère".

Détox ou intox?

C’est un classique: avec le retour des beaux jours, les médias, et notamment la presse féminine, consacrent de nombreux articles et émissions aux cures détox.