Stocker nos données sur de lʹADN

Dernière mise à jour 26/01/21 | Audio
Loading the player ...
Adrien Zerbini vous propose un sujet qui ressemble à de la science-fiction: lʹécriture des données informatiques sur de lʹADN.

Les spécialistes estiment quʹun seul brin dʹADN est dix millions de fois plus dense, en termes d'informations, quʹun disque dur. Cette capacité pourrait répondre à la progression exponentielle des données générées par l'humain.

On en parle avec Christophe Dessimoz, chef de groupe à l'Institut suisse de bioinformatique, directeur du Dessimoz Lab de l'Université de Lausanne (Unil) et professeur associé à lʹUniversity College de Londres, et François Képès, animateur du groupe de travail pour lʹAcadémie des Technologies.

Towards practical, high-capacity, low-maintenance information storage in synthesized DNA (Nature, 2013)

Archiver les mégadonnées au-delà de 2040: la piste de l’adn (Académie des technologies)

Une émission CQFD - RTS La Première

A LIRE AUSSI

Amputation

Reconstruction de la vessie

Certaines affections de la vessie, telles un cancer, une perte de la fonction de vidange ou de recueil des urines, peuvent nécessiter son ablation. Il...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
pulsations_interview_Korff

«La neuro-pédiatrie est une spécialité multidisciplinaire par excellence»

Tandis que son domaine connaît une véritable révolution grâce à l’essor de la génétique, le Dr Christian Korff, responsable de l’Unité de neuropédiatrie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), reste mobilisé sur des enjeux majeurs en lien avec le quotidien des enfants.
LMD_autisme_génétique

Autisme: la part génétique se confirme

Si l'errance du diagnostic reste le lot de nombreuses familles, les recherches se multiplient pour percer les causes de l'autisme. Et la piste génétique n'est pas en reste: près d’un cas de trouble autistique sur cinq trouverait son origine dans les gènes des jeunes patients.
rene_frydman

Pr René Frydman: «La connaissance peut être retardée, enfouie, mais tôt ou tard, elle se dévoile»

Dans le monde médical, René Frydman est ce que l’on appelle une superstar. Spécialiste en gynécologie-obstétrique, père du premier bébé-éprouvette en France, puis plus tard du premier bébé-médicament, co-fondateur de Médecins Sans Frontières avec Bernard Kouchner, professeur émérite… son curriculum vitae suscite l’admiration. Auteur d’une vingtaine d’ouvrages, il mène en parallèle diverses recherches, organise des colloques, a une vie de famille, se rend régulièrement à l’opéra, produit quasiment tout seul des émissions médicales à grand succès sur France Culture, et pratique même des accouchements. Retenu à l’Assemblée Nationale, il arrive avec une heure de retard à notre rendez-vous: «J’essaie de changer la loi, vous comprenez».
Videos sur le meme sujet

L'intelligence artificielle pour prédire des mutations génétiques

Une équipe de recherche neuchâteloise cherche à apprendre à un ordinateur à reconnaître là où les variations génétiques dʹun champignon pathogène peuvent arriver.

CRISPRoff, un "couteau suisse" de lʹépigénétique

Stéphane Délétroz s'intéresse à un nouvel outil dérivé du "ciseau génétique" CRISPR.

Les vrais jumeaux sont-ils génétiquement identiques

Les vrais jumeaux se ressemblent comme deux gouttes dʹeau, mais ils ont chacun leur identité propre, liée notamment aux expériences quʹils ont vécues.