Le glaucome, la maladie que l’on ne voit pas

Dernière mise à jour 24/04/12 | Article
Glaucome
Le glaucome détient le triste privilège d’être la première cause de cécité irréversible au monde. En Suisse, la moitié des cas ne sont pas diagnostiqués, car le glaucome est indolore et…invisible.

«Le voleur silencieux de la vue». C’est une des appellations de l’affection des yeux nommée glaucome. Parce que cette maladie chronique est asymptomatique pendant presque toute son évolution, n'entraînant ni perte visuelle ni douleur. La vision centrale qui permet de lire et reconnaître les visages n’est pas affectée avant que la maladie n’en soit à un stade avancé, ce qui la rend difficile à détecter. En l'absence de traitement, cette dégénérescence progressive des fibres nerveuses du nerf optique provoque une perte de vision irréversible et seuls un diagnostic précoce et la mise en route d'un traitement peuvent ralentir sa progression.

Le dépistage et le traitement précoce revêtent donc une importance primordiale dans la prévention de la cécité. Quels sont les facteurs de risque du glaucome? Pression intraoculaire élevée, âge avancé, antécédents familiaux, migraines, faible tension artérielle, diabète, myopie et hypertension, entre autres.

«Cette maladie est asymptomatique, indolore, donc elle n’attire pas l’attention. Souvent, on la découvre par hasard, quand la pression sur le nerf optique a déjà causé des dégâts et que le glaucome est avancé. Par exemple, chez des gens qui atterrissent aux urgences pour d’autres raisons», explique le Dr Tarek Shaarawy, spécialiste du glaucome aux HUG.

La Suisse à la pointe du dépistage et du traitement

En Suisse, 150’000 personnes souffrent de glaucome et on estime que 2% des personnes âgées de plus de 40 ans sont touchées par la maladie. Il est globalement admis qu’environ 50% des cas ne sont pas diagnostiqués, donc ne sont pas traités à temps. Ce qui inquiète les spécialistes. Surtout que, pour le Dr Tarek Shaarawy, «la technologie pour dépister et traiter cette maladie est à la pointe en Suisse, c’est dommage de ne pas en profiter. Heureusement, il est rare que l’on perde la vision à cause d’un glaucome en Suisse, il existe des centres renommés à Genève, Lausanne, Berne, Bâle, Zürich. La recherche est très active en Suisse, aux HUG on organise un congrès pour les jeunes médecins européens de deux jours sur le glaucome chaque année en janvier.»

Pour faciliter ce dépistage, les spécialistes recommandent un check-up régulier dès l’âge de 40 ans, au moins une fois par an. Comme souvent, les causes en sont génétiques et les familles où a déjà sévi un glaucome sont plus à risques.

Comment combattre cette maladie une fois qu’elle est détectée? Le glaucome se traite par laser ou chirurgie selon le degré d’avancement de la maladie. «On peut arrêter la péjoration mais pas régénérer le nerf optique. La chirurgie consiste en baisser la pression sur le nerf en sortant le liquide de l’œil et en nettoyant les chemins normaux. On peut aussi implanter des valves qui permettront de baisser la pression. Un énorme espoir repose aussi sur la chirurgie expérimentale, il n’y a jamais eu autant de recherche en matière de chirurgie du glaucome», explique l’ophtalmologue des HUG.

Quand la chirurgie ou le laser ne sont pas nécessaires, le traitement du glaucome se fait par des gouttes, «mais l’on constate que 50% des patients ne prennent pas correctement leur traitement, il faut aussi les sensibiliser», avertit le spécialiste. L’information a donc un grand rôle à jouer pour favoriser le dépistage du glaucome.

A LIRE AUSSI

Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Anesthésie
Une banane

Circoncision: à quoi sert le prépuce?

La circoncision, du latin circumcisio, signifiant «découper autour», consiste en l’ablation du prépuce,...
Lire la suite
Paracétamol
Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Vous ne connaissez peut-être pas le paracétamol et, pourtant, vous en avez déjà sûrement ingurgité. En...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

En Suisse, le cancer colorectal est le 3e cancer le plus fréquent

Entre 50 et 69 ans, le dépistage du cancer colorectal par recherche de sang dans les selles ou coloscopie est très efficace.
J’ai une grosseur, un kyste… que faire?

J’ai une grosseur, un kyste… que faire?

L’apparition soudaine d’une grosseur sur la peau, ou juste en dessous, peut sembler très banale à certains et inquiéter d’autres. Il est toutefois important de la montrer à son médecin traitant qui pourra rapidement déterminer si le cas est bénin ou s’il nécessite une surveillance ou des investigations supplémentaires. Car il peut aussi bien s’agir d’un kyste que d’une tumeur bénigne ou maligne.
Cerveau sur circuit imprié

Dépister la maladie d’Alzheimer des années avant qu’elle apparaisse. Et après?

C’est pratiquement certain: on saura bientôt diagnostiquer cette affection incurable longtemps en amont des premiers symptômes. Il restera alors à organiser une prévention efficace.
Videos sur le meme sujet

Cancer du sein: dépister pour mieux soigner

Cancer le plus fréquent chez la femme, surtout après 50 ans, le cancer du sein touche les femmes dans leur intégrité et a une connotation particulière. L'antidote nous aide à faire la lumière sur cette maladie.

Cancer du côlon: dépister c'est soigner

Le cancer du colon est l'un des cancer les plus fréquents. Il est mortel pour 1600 personnes par année en Suisse. Ce cancer peut être pris en charge tôt afin d'améliorer les chance de traitement. Comment faire? L'antidote nous aide à en savoir plus.
Maladies sur le meme sujet
Un zoom sur un oeil

Glaucome

Le glaucome est une atteinte du nerf optique. Il est dû à un excès de pression dans l'œil et sa fréquence augmente avec l'âge (après 40 ans). Le risque majeur est de devenir aveugle.

Symptômes sur le meme sujet

Ganglion

J'ai une grosseur/un ganglion qui m'inquiète