Je vais passer une coloscopie

Dernière mise à jour 24/07/13 | Article
Je vais passer une coloscopie
C’est actuellement l’un des examens les plus performants pour explorer le côlon et le rectum et pour diagnostiquer la plupart des pathologies colorectales.
La coloscopie est très fréquemment pratiquée: rien qu’à l’Hôpital de la Tour à Meyrin, il s’en fait quelques 2000 par an. François-Xavier Troillet, gastro-entérologue dans cet hôpital genevois, vous explique ce qui vous attend si votre médecin traitant vous en prescrit une.

Avant

Qu’est-ce qu’une coloscopie?

L’examen se pratique avec un coloscope, un long instrument flexible doté d’une source lumineuse et d’une optique vidéo. Introduit dans le côlon, ce dispositif permet au gastro-entérologue de visualiser sur un écran les parois internes du gros intestin et d’y repérer d’éventuelles anomalies.

Pourquoi dois-je passer une coloscopie?

Lorsque l’on souffre de douleurs abdominales ou de diarrhées chroniques, que l’on a des saignements dans les selles ou que l’on est suspecté d’avoir un cancer du côlon, la coloscopie s’impose comme un examen diagnostique de haute performance. Elle permet en effet de détecter des tumeurs bénignes (les polypes) ou malignes (donc cancéreuses) et de prélever des échantillons pour faire des biopsies. Elle est aussi utilisée pour repérer des zones inflammatoires qui peuvent être dues à une colite ulcéreuse ou à une autre pathologie intestinale inflammatoire, la maladie de Crohn. Ou encore pour déceler des diverticules, ces petites hernies qui se forment dans la paroi du côlon. Elle est enfin conseillée aux personnes dont le père ou la mère ont souffert d’un cancer du côlon ou de polypes.

Outil diagnostique, la coloscopie est aussi la seule technique d’exploration du côlon qui permette un geste thérapeutique: s’il y a des polypes dans le côlon, on pourra les enlever au cours de l’examen.

Comment dois-je m’y préparer?

Durant les trois jours qui précèdent l’examen, il est nécessaire de suivre un régime sans fibres et donc d’exclure de ses menus les légumes, les salades, les céréales complètes, etc. La veille et le matin de l’examen, il faut boire une solution laxative puissante afin de nettoyer le côlon. Enfin, il faut arriver à jeun pour l’examen.

Pendant

Est-ce qu’on va me faire une piqûre?

Oui, car le médecin vous proposera le plus souvent de vous injecter des sédatifs qui vous feront dormir pendant l’examen.

Comment cela se passe?

Vous serez couché sur le côté gauche, sur la table d’examen. Le gastro-entérologue introduira alors le coloscope par l’anus et le fera progresser, très lentement, sur toute la longueur du côlon (environ un mètre).

Est-ce que ça dure longtemps?

Vous passerez environ deux heures à hôpital. En moyenne, l’examen proprement dit dure entre 20 et 30 minutes. Il peut se prolonger (environ 45 minutes) si de nombreux polypes doivent être enlevés.

Est-ce que ça fait mal?

La progression de l’instrument dans le côlon est presque indolore. En revanche, on peut ressentir des douleurs quand le médecin insuffle de l’air dans l’intestin pour le distendre. Toutefois, lorsque l’on est endormi, on ne sent généralement rien. D’après les enquêtes de satisfaction faites auprès des patients, le plus gênant dans l’affaire reste l’obligation, avant l’examen, de boire deux ou trois litres de solution laxative au goût désagréable.

Après

Puis-je avoir les résultats immédiatement?

Avant de sortir de l’hôpital, le gastro-entérologue vous donnera les résultats de l’examen et une éventuelle prescription pour un traitement. Si des biopsies ont été prélevées ou que des polypes ont été supprimés au cours de la coloscopie, les conclusions seront communiquées à votre médecin traitant dans les 48 heures.

Est-ce dangereux pour ma santé?

Comme toute intervention invasive, la coloscopie s’accompagne de possibles complications. Il peut y avoir perforation du côlon (qui se produit surtout quand on enlève des polypes volumineux) ou, dans la même situation et encore moins fréquemment, une hémorragie. Ces complications restent cependant rares: elles ne se produisent que dans un examen sur 1000.

Les enfants peuvent-ils passer une coloscopie?

Oui, bien que ce soit beaucoup moins fréquent que chez les adultes. L’examen est alors réalisé, sous anesthésie générale, par un pédiatre spécialisé en gastro-entérologie.

Combien ça coûte?

Le coût de l’examen est d’environ 800 francs; il est remboursé par l’assurance maladie de base.

A LIRE AUSSI

Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Anesthésie
Une banane

Circoncision: à quoi sert le prépuce?

La circoncision, du latin circumcisio, signifiant «découper autour», consiste en l’ablation du prépuce,...
Lire la suite
Paracétamol
Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Vous ne connaissez peut-être pas le paracétamol et, pourtant, vous en avez déjà sûrement ingurgité. En...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Maux de ventre

Les maladies liées à la flore intestinale

La flore intestinale – le microbiote – contribue à nous maintenir en bonne santé. A condition toutefois que les différentes populations bactériennes qui la composent vivent en bon équilibre. Si cet ordonnancement est rompu, diverses maladies peuvent se développer. Quelques exemples.
Le cancer du côlon, un obscur envahisseur

Le cancer du côlon, un obscur envahisseur

S’il est l’un des plus répandus, ce cancer demeure pourtant méconnu. Comment éviter son développement?
Videos sur le meme sujet

Cancer du côlon: dépister c'est soigner

Le cancer du colon est l'un des cancer les plus fréquents. Il est mortel pour 1600 personnes par année en Suisse. Ce cancer peut être pris en charge tôt afin d'améliorer les chance de traitement. Comment faire? L'antidote nous aide à en savoir plus.
Maladies sur le meme sujet
Un côlon

Cancer du côlon (carcinome rectal)

Chaque année en Suisse, près de 4000 personnes développent un cancer du côlon, ce qui correspond à 11% de toutes les maladies cancéreuses.