Antidépresseurs

Dernière mise à jour 05/07/11 | Article
Cachets dans la main
Les antidépresseurs sont des médicaments qui servent en premier lieu à soigner la dépression. Ils peuvent aussi être utilisés dans le cas d’autres maladies telles que les affections liées à l’anxiété ou aux troubles obsessionnels compulsifs (TOC).

Les antidépresseurs sont des médicaments qui servent en premier lieu à soigner la dépression. Ils peuvent aussi être utilisés dans le cas d’autres maladies telles que les affections liées à l’anxiété ou aux troubles obsessionnels compulsifs (TOC).

Qu’est-ce qu’une dépression?

Les personnes qui souffrent de dépression sont d’humeur sombre, perdent leur initiative habituelle et souffrent aussi souvent de troubles somatiques secondaires. Ce qui auparavant leur procurait du plaisir les laisse soudain indifférentes. Désormais, elles ressassent sans cesse des idées noires. Leur propre personne, leur avenir et la situation actuelle leur apparaissent d’une manière exagérément assombrie. Sur le plan corporel, il arrive qu’elles souffrent de pertes de l’appétit ou d’une forte diminution du désir sexuel; les troubles du sommeil sont également fréquents. Les symptômes peuvent s’aggraver à un point tel que les personnes concernées développent des pensées suicidaires. Il arrive qu’une dépression se manifeste sous la forme d’une augmentation de l’agitation, de l’anxiété et de la tension; on parle alors de dépression agitée.

Il est important de souligner que, contrairement à ce que l’on prétend parfois, n’importe quelle saute d’humeur, n’importe quelle période d’accablement ou de tristesse ne sont pas l’expression ou le fait d’une dépression. Le chagrin et la souffrance, ainsi que la nécessité de s’y confronter activement, font partie de l’existence. On ne parle de dépression que lorsque les modifications décrites ci-dessus persistent durant un certain temps. Le terme de dépression désigne une maladie et son usage devrait rester limité au champ médical. Les spécialistes distinguent trois formes de dépression: légère, moyenne et sévère. Les dépressions peuvent survenir par phases ou rester un épisode unique dans la vie d’un individu. Statistiquement, on constate qu’une personne qui a déjà souffert d’une dépression court plus de risques de rechuter.

Mode d’action des antidépresseurs

Les neurobiologistes et les psychiatres supposent aujourd’hui que lors d’une dépression, la quantité des médiateurs chimiques noradrénaline et sérotonine dans la fente synaptique est insuffisante. Après avoir été libérés, ils sont soit rapidement «recapturés» par la cellule nerveuse afin de pouvoir être réutilisés, soit éliminés dans la fente synaptique. Beaucoup d’antidépresseurs agissent en empêchant cette recapture, raison pour laquelle ils sont appelés inhibiteurs sélectifs de la recapture de sérotonine (ISRS). Parmi les autres produits, se trouvent notamment les inhibiteurs de la monoamine oxydase (MAO) ou les antidépresseurs tricycliques (ATC). Ils agissent aussi la plupart du temps sur les neurotransmetteurs noradrénaline et sérotonine, en retardant leur élimination (inhibiteurs de la MAO) ou en inhibant leur recapture (ATC).

«Pendant des années, je n’ai été traité qu’avec des antidépresseurs. Ce n’est que lorsque j’ai fait une psychothérapie que beaucoup de choses ont changé dans ma vie. La dépression a disparu d’elle-même»

Différents antidépresseurs avec différents modes d’action

Il existe aujourd’hui près de 40 antidépresseurs différents. Parmi les plus souvent prescrits, on trouve les produits suivants: Anafranil©, Ludiomil©, Fluctine©, Seropram©, Zoloft©, Remeron©, Tolvon© Efexor©.

Ils se différencient selon leur mode d’action biochimique, mais aussi selon leur effet sur les personnes concernées. Certains antidépresseurs ont un effet plutôt stimulant et augmentent l’initiative. D’autres ont un effet sédatif, provoquent de la fatigue et favorisent le sommeil. Le millepertuis est aujourd’hui souvent utilisé pour la préparation de produits naturels efficaces. Des études ont en effet montré que cette plante a un effet antidépressif en cas de dépression légère ou moyenne. Les produits à base de millepertuis ne devraient pas être employés pour soigner la dépression sévère, car leur effet est dans ce cas fort improbable. Ces produits ne sont efficaces que lorsque le dosage est suffisamment élevé. Les produits disponibles en droguerie sont généralement trop faibles pour traiter la dépression. Ceux qui sont prescrits par les médecins contiennent en revanche suffisamment de principe actif. On citera par exemple le Jarsin© ou l’Hyperiforce©.

Effets souhaités et effets indésirables

Les antidépresseurs agissent sur tous les symptômes dépressifs décrits plus haut. L’humeur s’améliore. Les personnes concernées ont plus facilement envie de faire quelque chose et reprennent goût aux activités. Ces effets ne se font cependant sentir qu’après un certain laps de temps. La dose du médicament augmentant généralement lentement au début du traitement, les Personnes concernées n’en ressentent les effets qu’après deux semaines ou plus. En revanche, les effets sédatifs ou ceux augmentant l’initiative sont perçus beaucoup plus rapidement. Un antidépresseur pourra par exemple commen-cer par fatiguer et modérer l’activité d’une personne concernée, qui devra attendre quelques semaines avant de sentir son humeur s’améliorer. A côté des effets antidépressifs souhaités, les antidépresseurs ont souvent aussi des effets indésirables. Les antidépresseurs du groupe des ATC peuvent agir sur la circulation sanguine et provoquer une baisse de la pression sanguine ou une augmentation du rythme cardiaque. La sécheresse buccale, la transpiration ou la constipation sont d’autres effets indésirables provoqués par ces médi-caments. La prise de poids est également fréquente. Les effets indésirables se manifestent en général avec le plus d’intensité au début du traitement. Les ISRS peuvent par exemple provoquer des nausées, la diarrhée, une aug-mentation de l’inquiétude et de l’insomnie. Quelques fabricants reconnaissent depuis peu que certains produits pourraient augmenter le risque de suicide, ce qui va à l’encontre des objectifs du traitement. Tous les antidépresseurs peuvent sensiblement affecter la libido. Un autre problème peut être l’appari-tion d’une manie à la suite de l’utilisation d’antidépresseurs. De façon géné-rale, l’efficacité des antidépresseurs est limitée. Des études montrent que leur efficacité globale n’est que de 15 à 18% supérieure à celle des placebos (tablettes de sucre ne contenant pas de principe actif). Les produits à base de millepertuis ont également des effets indésirables, quoique nettement moin-dres que ceux de la plupart des substances chimiques. Les plus fréquents sont les troubles gastriques, les réactions allergiques de la peau et une hyper-sensibilité à la lumière.

Comment les antidépresseurs sont-ils utilisés?

Les antidépresseurs sont utilisés en premier lieu pour traiter les dépressions sévères. Le succès du traitement ne peut être estimé qu’après quelques semaines. Si aucun résultat n’est constaté, il se peut que la dose administrée soit encore insuffisante. Dans ce cas, le médecin traitant commencera par l’augmenter. Il arrive parfois qu’un antidépresseur ne fasse aucun effet sur certaines personnes. Il faut alors rechercher quel médicament sera efficace pour la personne concernée, et cela prend souvent du temps. Dans ce cas, on essaie en général un antidépresseur possédant un autre mode d’action biochimique. Pour savoir s’il est efficace, il devra d’abord être pris pendant quelques semaines, et il se peut même que la dose soit ensuite augmentée avant de pouvoir procéder à un jugement définitif. Lorsque l’état de la personne concernée s’est amélioré, il faudrait qu’elle continue à prendre le médicament quelques mois afin d’éviter une rechute. Une médication à long terme, sur plusieurs années, destinée à prévenir d’autres crises dépressives n’est pas nécessaire dans tous les cas de maladie. Une telle mesure n’est indiquée que lorsqu’une personne souffre d’épisodes dépressifs graves de façon répétée. D’après les connaissances actuelles, dans les dépressions légères, il convient de privilégier les psychothérapies aux médicaments.

Sur le même sujet

Texte extrait d'une publication Pro Mente Sana

(Cliquez sur l'image pour accéder à la brochure pdf
 ou la commander gratuitement)

ezembed

Autres articles également disponibles:

Comment agissent les médicaments psychotropes 
Tranquillisants et somnifères 
Médicaments pour le traitement des troubles bipolaires 
Neuroleptiques
Psychotropes: informations pour un usage éclairé

Article original: http://www.promentesana.org/upload/application/60-pmsbrochuremedpsychotropes.pdf

A LIRE AUSSI

Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Anesthésie
Une banane

Circoncision: à quoi sert le prépuce?

La circoncision, du latin circumcisio, signifiant «découper autour», consiste en l’ablation du prépuce,...
Lire la suite
Paracétamol
Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Vous ne connaissez peut-être pas le paracétamol et, pourtant, vous en avez déjà sûrement ingurgité. En...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Table de fast foods en forme de trappe à souris

Mal manger, dépression assurée

Les fast et autres junk foods ne sont pas mauvaises que pour le corps. Une étude scientifique révèle qu’elles jouent (négativement) sur l’humeur.
Antidépresseurs: ni surconsommation, ni diabolisation

Antidépresseurs: ni surconsommation, ni diabolisation

L'Académie nationale française de médecine lance un appel pour une meilleure prise en charge des personnes souffrant de dépression.
Un gène qui pèsera lourd dans le choix des médicaments antidépresseurs ou antipsychotiques

Un gène qui pèsera lourd dans le choix des médicaments antidépresseurs ou antipsychotiques

L’apparition fréquente de l’obésité chez les patients psychiatriques possède une base génétique. Celle-ci permettra une meilleure personnalisation dans l’administration des antipsychotiques et des antidépresseurs.
Videos sur le meme sujet

Le futur de la médecine

Demain, un tiers de la population aura plus de 65 ans. 40% de la population aura une maladie chronique. Les hôpitaux seront saturés, les médecins trop peu nombreux et les coûts de la santé continueront de prendre l’ascenseur. Dès lors, quelles sont les mesures adoptées par le monde médical pour répondre à ces problématiques?

Vaccins: quelle utilité?

Se faire vacciner n'est jamais un plaisir, ça pique, ça gonfle, et parfois on se sent un peu patraque. Mais pourquoi se vaccine-t-on au juste? Le point avec l'antidote.

Rougeole: faisons la disparaitre!

Faire disparaitre durablement le spectre d'une maladie contagieuse, c'est l'objectif de bien des responsables de santé publique à travers le monde. Par le passé ils y sont parvenus, et ils comptent bien récidiver. Cette émission vous en apprend plus sur l'une de ces maladies : la rougeole.