Les spermatozoïdes seraient affectés par le stress

Dernière mise à jour 25/06/14 | Article
Les spermatozoïdes seraient affectés par le stress
Des chercheurs américains démontrent que les cellules sexuelles masculines subissent les effets des agressions psychologiques.

Ce travail original a été mené sur 193 hommes, âgés de 38 à 49 ans, ayant donné leur accord entre 2005 et 2008 pour participer à la Study of the Environment and Reproduction (Kaiser Foundation Health Plan, Oakland, Californie). Les résultats de cette étude, dirigée par le Pr Teresa Janevic (Rutgers School of Public Health), viennent d’être publiés dans la revue Fertility and Sterility(1).

Tous les hommes ont passé des tests d’évaluation du stress (comment il était perçu et ressenti par les participants et comment il avait été provoqué). Dans le même temps, ces hommes ont donné des échantillons de leur sperme. Ceux-ci ont permis une analyse de différents paramètres (nombre, morphologie, vitesse, etc.).

Stress et stérilité

«Les hommes qui se sentent stressés sont plus susceptibles que les autres d'avoir de faibles concentrations de spermatozoïdes dans leur éjaculât. Et leurs taux de spermatozoïdes anormaux ou moins mobiles sont plus élevés, résument les auteurs. Ces déficits pourraient être associés à des problèmes de fertilité.» Telles sont les conclusions statistiques de leur travail.

Cette étude établit également que le stress au travail n'est pas, en soi, un facteur explicatif, même s’il semble de nature à altérer les niveaux de testostérone. Sans tenir compte spécifiquement du stress, le chômage semble quant à lui associé à une moins bonne qualité des spermatozoïdes.

Reflet de la psyché

Comment expliquer un tel phénomène? Les auteurs du travail ne fournissent pas de réponses précises. Une hypothèse serait toutefois que le stress pourrait modifier les équilibres hormonaux (sécrétion accrue d'hormones stéroïdiennes glucocorticoïdes) avec impact négatif sur la testostérone et, in fine, sur la production de spermatozoïdes. Une autre possibilité impliquerait les phénomènes moléculaires du «stress oxydatif».

«Le stress a longtemps été identifié comme ayant une influence sur la santé. Notre recherche suggère que la santé reproductive des hommes peut également être affectée par leur environnement social», explique le Pr Teresa Janevic. Pour le Pr Pam R. Factor Litvak (Mailman School of Public Health), qui a coordonné ce travail, les spermatozoïdes pourraient constituer à eux seuls un fidèle marqueur biologique du niveau de stress négatif de l’homme. Ces cellules sexuelles seraient ainsi une forme de reflet de l’état de la psyché.

(1) Un bref résumé (en anglais) de ce travail est disponible ici.

A LIRE AUSSI

Chlamydia
Sexe oral: un plaisir qui n'est pas sans conséquences

Sexe oral: un plaisir qui n'est pas sans conséquences

Plaisir sexuel très apprécié par beaucoup d’hommes, la fellation pratiquée sans préservatif peut toutefois...
Lire la suite
Pilule d'urgence
Contraceptif d'urgence

La pilule d’urgence en dix questions

Autrefois connue sous le nom de «pilule du lendemain», la contraception d’urgence permet, si elle est...
Lire la suite
Pilule contraceptive
Mon premier rendez-vous chez le gynécologue

Mon premier rendez-vous chez le gynécologue

Il suscite de nombreuses questions, craintes et fantasmes auprès des adolescentes. Le premier rendez-vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
rene_frydman

Pr René Frydman: «La connaissance peut être retardée, enfouie, mais tôt ou tard, elle se dévoile»

Dans le monde médical, René Frydman est ce que l’on appelle une superstar. Spécialiste en gynécologie-obstétrique, père du premier bébé-éprouvette en France, puis plus tard du premier bébé-médicament, co-fondateur de Médecins Sans Frontières avec Bernard Kouchner, professeur émérite… son curriculum vitae suscite l’admiration. Auteur d’une vingtaine d’ouvrages, il mène en parallèle diverses recherches, organise des colloques, a une vie de famille, se rend régulièrement à l’opéra, produit quasiment tout seul des émissions médicales à grand succès sur France Culture, et pratique même des accouchements. Retenu à l’Assemblée Nationale, il arrive avec une heure de retard à notre rendez-vous: «J’essaie de changer la loi, vous comprenez».
amis_fertilite

Amis et ennemis de la fertilité

Faire un bébé est un rêve parfois difficile à réaliser. Selon l'OMS, l'infertilité est définie comme l'absence de grossesse malgré un an de rapports sexuels réguliers. Ses causes sont imputables dans une même proportion de 30% aux hommes, aux femmes, et au couple; le 10% restant demeure inexpliqué. Des difficultés d'ordre médical –problèmes génétiques, malformations, traumatismes, pathologies hormonales, endométriose– ainsi que divers autres facteurs peuvent influencer la conception d'un enfant.
Videos sur le meme sujet

Désirs d'enfants: la difficile conception

Parfois, avoir un enfant s'avère impossible. Cette émission se penche sur les couples qui souffrent de ne pas pouvoir procréer.

Devenir maman après un cancer

Qui dit cancer dit souvent traitements comme la chimiothérapie, avec le risque, pour une jeune femme, de devenir stérile et de voir son rêve de devenir maman brisé. Aujourd'hui, l'espoir renaît grâce aux progrès de la procréation médicalement assistée.
Maladies sur le meme sujet
Test de grossesse négatif

Infertilité

En fonction de l'âge, il est conseillé de consulter après six mois ou une année de tentatives infructueuses pour mettre en route une grossesse. L'absence de règles pendant six mois sans grossesse doit aussi amener à consulter. Enfin, il est bon de se rappeler que dans la moitié des cas la cause de l'infertilité se trouve chez l'homme.

Symptômes sur le meme sujet
Que faire si je n'arrive pas à avoir d'enfant?

Infertilité

Je n'arrive pas à avoir d'enfant