Peut-on se passer des implants mammaires?

Dernière mise à jour 07/01/12 | Questions/Réponses
Peut-on se passer des implants mammaires?
Le scandale PIP a semé la confusion. Existe-t-il une alternative à la pose d’implants?

La polémique autour des prothèses mammaires frauduleuses produites par la société Poly Implant Prothèse (PIP) a semé la confusion chez les femmes porteuses d’implants. Même si les conclusions d’un groupe d’experts mandatés par l’Institut national du cancer en France (avis PIP, 22.12.20111) se sont avérées plutôt rassurantes, la méfiance reste de mise. Existe-t-il une alternative à la pause d’implants? Explications du professeur Brigitte Pittet-Cuenod, médecin-cheffe du service de chirurgie plastique, reconstructive et esthétique des HUG.

Après un cancer, il est possible de reconstruire le sein avec des tissus prélevés sur la patiente elle-même. Comment procède-t-on?

Brigitte Pittet-Cuenod: Des parcelles de peau et de graisse peuvent être prélevées dans différents endroits du corps et utilisées pour la reconstruction du sein. Suivant le site du prélèvement, les vaisseaux nourriciers assurant la vascularisation du tissu transféré seront sectionnés et suturés au niveau du thorax en utilisant des techniques microchirurgicales. Cela est valable pour les lambeaux de l’abdomen ou de la cuisse. Dans le cas du lambeau du dos, les vaisseaux étant suffisamment proches, ils pourront rester connectés. Ces méthodes permettent de reconstruire un sein très naturel, mais laissent des cicatrices aux sites de prélèvement.

Peut-on appliquer ces techniques à la chirurgie esthétique?

Dans le cadre d’une augmentation mammaire il n’y a pas besoin de peau, on pourrait donc théoriquement utiliser les mêmes techniques, en enlevant l’épiderme du lambeau prélevé. Mais ces opérations représentent 5-8 heures d’opération, ce qui est beaucoup trop important pour une intervention esthétique. D’autant plus qu’il faut opérer des deux côtés, ce qui allonge considérablement le temps d’intervention. Par ailleurs, dans cette indication, la patiente n’accepterait pas les cicatrices provoquées par les prélèvements.

L’utilisation de tissu graisseux, prélevé par liposuccion, est-elle possible?

Cette technique, appelée lipofilling, est utilisée depuis longtemps dans la chirurgie esthétique, au niveau du visage par exemple. Les cellules graisseuses sont aspirées, à l’aide d’une seringue, au niveau du ventre, des fesses ou des cuisses. Elles sont centrifugées pour éliminer le sang et les cellules abîmées. On les réinjecte ensuite en fines gouttelettes, de façon à ce qu’elles soient revascularisées et reprennent vie. En ce qui concerne le sein, cette technique a été d’abord utilisée pour la reconstruction. Cela s’est fait dans le cadre de protocoles d’étude, visant à s’assurer de son innocuité. Les premières études permettent de dire que le lipofilling ne semble pas avoir d’incidence sur les récidives de cancer. Aujourd’hui, cette technique commence à être largement utilisée pour l’augmentation mammaire. Mais la démonstration de son innocuité dans cette indication n’ayant toujours pas été faite, nous ne la proposons pas dans nos services.

Ne restent alors que les prothèses?

Malgré la tempête médiatique autour des implants PIP, qui à mon sens a fait plus de mal que de bien aux patientes, les prothèses restent le moyen le plus sûr. Les normes européennes, pour autant qu’elles soient suivies, demandent notamment que le silicone utilisé dans ces prothèses soit cohésif, ainsi il ne coule pas s’il y a une rupture de l’enveloppe.

Existe-t-il des méthodes moins orthodoxes?

Certains injectent directement du collagène dans le sein, ou de l’acide hyaluronique mais ces techniques ne sont pas recommandées. Les injections de silicone sont interdites chez nous, mais se pratiquent en Chine par exemple. En Russie, on implantait de la graisse de cadavre. Si l’on remonte plus loin dans le temps, on découvre que l’ivoire, le verre ont été utilisés pour augmenter le volume de la poitrine.

___________

1. www.e-cancer.fr/toutes-les-actualites/360/6737-protheses-mammaires-pip-avis-du-groupe-dexperts-coordonne-par-linca

    

  

    

Extrait de :

Check-Up. Les réponses à vos questions santé
de Marie-Christine Petit-Pierre
Ed. Planète Santé / Le Temps, 2014

            

A LIRE AUSSI

Chlamydia
Sexe oral: un plaisir qui n'est pas sans conséquences

Sexe oral: un plaisir qui n'est pas sans conséquences

Plaisir sexuel très apprécié par beaucoup d’hommes, la fellation pratiquée sans préservatif peut toutefois...
Lire la suite
Pilule d'urgence
Contraceptif d'urgence

La pilule d’urgence en dix questions

Autrefois connue sous le nom de «pilule du lendemain», la contraception d’urgence permet, si elle est...
Lire la suite
Pilule contraceptive
Mon premier rendez-vous chez le gynécologue

Mon premier rendez-vous chez le gynécologue

Il suscite de nombreuses questions, craintes et fantasmes auprès des adolescentes. Le premier rendez-vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Bienfaits de l'exercice physique: 5 coups gagnants!

Des chercheurs américains et australiens ont mené une analyse approfondie de 174 études prospectives consacrées aux éventuels bienfaits d'une activité physique soutenue. Conclusion? La réduction du risque d'être malade s'applique à cinq maladies chroniques majeures.
Un couple dans un champs

Le sexe, une médecine comme les autres? Des vertus thérapeutiques de l'acte amoureux

Le sexe est bon pour la santé. Vous l’ignoriez? C’est sans doute que vous n’avez pas suivi l’actualité d’assez près: si l’on en croit la presse, l’activité sexuelle présenterait plusieurs vertus thérapeutiques (six, huit, dix, seize ou dix-sept, selon les publications). Si l’on en croit les recherches mises en avant par ces articles, le sexe permettrait de brûler des calories, d’évacuer le stress, de dissiper la dépression, de soulager la douleur, de réduire les risques de cancer et de crise cardiaque, d’amoindrir les risques de décès – et permettrait même de réduire la fréquence des bouffées de chaleur chez les femmes ménopausées.
Videos sur le meme sujet

Cancer du sein: dépister pour mieux soigner

Cancer le plus fréquent chez la femme, surtout après 50 ans, le cancer du sein touche les femmes dans leur intégrité et a une connotation particulière. L'antidote nous aide à faire la lumière sur cette maladie.

Etre belle malgré la maladie

Le cancer du sein touche une femme sur 10 en Suisse. La grande majorité de ces femmes seront soumis à un traitement et guériront. Et malgré la maladie, elles peuvent êtres belles!
Maladies sur le meme sujet
Mammographie

Cancer du sein (carcinome mammaire)

Chaque année en Suisse, environ 5500 femmes et environ 40 hommes développent un cancer du sein. Le cancer du sein est ainsi le cancer le plus fréquent dans la population féminine: il représente presque un tiers de tous les diagnostics de cancer chez la femme.