Cancer du sein: le soutien-gorge n’est pas coupable

Dernière mise à jour 24/11/14 | Article
Cancer du sein: le soutien-gorge n’est pas coupable
Une étude américaine devrait mettre un terme à la rumeur selon laquelle le port du soutien-gorge serait un facteur de risque chez les femmes ménopausées.

L’information vient des Etats-Unis et a été publiée sur le site de la revue Cancer Epidemiology, Biomarkers & Prevention.(1) Une équipe de chercheurs du Fred Hutchinson Cancer Research Center (Seattle) a mené l’enquête sur cette étrange rumeur datant de près de vingt ans et qui continue à circuler sur Internet. Ses conclusions? Non, le soutien-gorge n’est pas un facteur de risque du cancer du sein chez la femme ménopausée.

Circulation lymphatique

1995. Un couple de chercheurs, Sydney Ross Singer et Soma Grismaijer, publie un ouvrage consacré au cancer du sein. Les auteurs expliquent que le soutien-gorge pourrait gêner la circulation dans le système lymphatique, ce qui compliquerait l’élimination des toxines. Ils font de cette hypothèse une explication possible de la prévalence du cancer du sein dans le monde occidental. Cette publication coïncide avec les balbutiements d’Internet, et c’est principalement sur la Toile que la théorie va se propager.

Au fil des années, de nombreux chercheurs dénoncent la méthodologie des auteurs, mais rien n’y fait. En 2002, l’American Cancer Society réalise une enquête: 6% des personnes interrogées estiment que «les soutiens-gorge à armatures peuvent donner le cancer du sein» et 31%  se disent «indécises». La rumeur est tenace, et il est bien difficile de la combattre.

Aucun lien établi

Les chercheurs du Fred Hutchinson Cancer Research Center ont conduit des entretiens face-à-face pour déterminer avec précision les habitudes vestimentaires de 1044 femmes âgées de 55 à 74 ans. Des femmes souffrant des deux types de cancer du sein les plus courants: le carcinome canalaire infiltrant et le carcinome lobulaire infiltrant.

L’équipe de Seattle a comparé ces résultats à ceux obtenus auprès de 469 femmes en bonne santé. «Notre étude n’a établi aucun lien entre le port du soutien-gorge et un risque accru d’apparition d’un cancer du sein, résume Lu Chen, auteur principal de l’étude. Le risque était le même quel que soit le temps de port du soutien-gorge, avec ou sans armatures, ou quel que soit l’âge auquel les participantes avaient commencé à porter ce sous-vêtement.»

Hypothèses farfelues

Pour sa part,le Dr Ted Gansler, de l’American Cancer Society, se réjouit de voir les chercheurs fournir des éléments objectifs de nature à en finir avec cette rumeur: «Chez les femmes qui ne souffrent pas d’un cancer du sein, cette inquiétude pourrait être une source d’anxiété, ou elle pourrait les écarter des méthodes de prévention et de détection précoce. Chez les femmes qui en souffrent, cette théorie pourrait être une source de culpabilité.»

Et c’est bien parce que le cancer du sein est une importante source d’inquiétude (il demeure en Suisse comme en France le premier cancer féminin) qu’il est important de tordre le cou aux rumeurs qui l’entourent. La liste de ses facteurs de risques réels est particulièrement longue. Il est donc plus que nécessaire d’en extraire les hypothèses farfelues colportées par Internet.

_________

(1) Un résumé (en anglais) de l’étude est disponible ici.

A LIRE AUSSI

Chlamydia
Sexe oral: un plaisir qui n'est pas sans conséquences

Sexe oral: un plaisir qui n'est pas sans conséquences

Plaisir sexuel très apprécié par beaucoup d’hommes, la fellation pratiquée sans préservatif peut toutefois...
Lire la suite
Pilule d'urgence
Contraceptif d'urgence

La pilule d’urgence en dix questions

Autrefois connue sous le nom de «pilule du lendemain», la contraception d’urgence permet, si elle est...
Lire la suite
Pilule contraceptive
Mon premier rendez-vous chez le gynécologue

Mon premier rendez-vous chez le gynécologue

Il suscite de nombreuses questions, craintes et fantasmes auprès des adolescentes. Le premier rendez-vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Bienfaits de l'exercice physique: 5 coups gagnants!

Des chercheurs américains et australiens ont mené une analyse approfondie de 174 études prospectives consacrées aux éventuels bienfaits d'une activité physique soutenue. Conclusion? La réduction du risque d'être malade s'applique à cinq maladies chroniques majeures.
Un couple dans un champs

Le sexe, une médecine comme les autres? Des vertus thérapeutiques de l'acte amoureux

Le sexe est bon pour la santé. Vous l’ignoriez? C’est sans doute que vous n’avez pas suivi l’actualité d’assez près: si l’on en croit la presse, l’activité sexuelle présenterait plusieurs vertus thérapeutiques (six, huit, dix, seize ou dix-sept, selon les publications). Si l’on en croit les recherches mises en avant par ces articles, le sexe permettrait de brûler des calories, d’évacuer le stress, de dissiper la dépression, de soulager la douleur, de réduire les risques de cancer et de crise cardiaque, d’amoindrir les risques de décès – et permettrait même de réduire la fréquence des bouffées de chaleur chez les femmes ménopausées.
Videos sur le meme sujet

Cancer du sein: dépister pour mieux soigner

Cancer le plus fréquent chez la femme, surtout après 50 ans, le cancer du sein touche les femmes dans leur intégrité et a une connotation particulière. L'antidote nous aide à faire la lumière sur cette maladie.

Etre belle malgré la maladie

Le cancer du sein touche une femme sur 10 en Suisse. La grande majorité de ces femmes seront soumis à un traitement et guériront. Et malgré la maladie, elles peuvent êtres belles!

Cancer du sein: le combat d'Elena

Cancer féminin le plus fréquent, le cancer du sein touche une femme sur huit. Dans 80% des cas, la maladie touche des femmes de plus de 60 ans. Pourtant il atteint parfois des femmes très jeunes, comme Elena, frappée par la maladie à l'âge de 24 ans et qui témoigne dans cette vidéo.
Maladies sur le meme sujet
Mammographie

Cancer du sein (carcinome mammaire)

Chaque année en Suisse, environ 5500 femmes et environ 40 hommes développent un cancer du sein. Le cancer du sein est ainsi le cancer le plus fréquent dans la population féminine: il représente presque un tiers de tous les diagnostics de cancer chez la femme.