Paracétamol: sa consommation pendant la grossesse augmenterait le risque d’asthme infantile

Dernière mise à jour 29/03/16 | Article
Paracétamol: sa consommation pendant la grossesse semble augmenter le risque d’asthme infantile
Des chercheurs norvégiens viennent de démontrer que la prise de ce médicament très courant par des femmes enceintes pouvait comporter des risques. Explications.

Le terme «paracétamol» (acétaminophène) résulte de la contraction de «para–acétyl-amino-phénol». C’est l’un des antalgiques les plus prescrits et les plus consommés au monde. C’est aussi un médicament qui peut avoir des effets secondaires et qui, parfois, peut causer des intoxications graves. De récentes études ont également montré les limites de son utilisation au long cours pour lutter contre les douleurs d’origine arthrosique et celles du mal de dos.

Un groupe de chercheurs norvégiens démontre aujourd’hui, dans une publication de l’International Journal of Epidemiology, les risques inhérents à la consommation de ce même médicament durant la grossesse et durant les six premiers mois de la vie.1 Dirigés par Maria C. Magnus et Wenche Nystad (Division of mental and physical health, Norwegian Institute of Public Health, Oslo), ces chercheurs parviennent à la conclusion que la consommation de paracétamol par les femmes enceintes augmente le risque ultérieur, pour l’enfant, de souffrir de manifestations asthmatiques. Or cette substance est largement utilisée comme traitement de première intention pour la gestion de la douleur et de la fièvre pendant la grossesse.

Un enfant sur cinq exposé avant et après la naissance

Les chercheurs ont analysé les données recueillies auprès de plus de 114 000 enfants, depuis avant leur naissance, afin d’identifier ces liens entre la consommation de paracétamol et l’asthme infantile (entre 3 et 7 ans). Voici leurs conclusions: près de 28% des enfants sont nés de mères qui avaient consommé du paracétamol pendant la grossesse; 15% des enfants ont reçu du paracétamol au cours de leurs six premiers mois de vie; 19% des enfants ont à la fois été exposés au paracétamol in utero et durant leurs six premiers mois de vie.

Au total, 5,7% des enfants dont les données ont été étudiées souffrent d’asthme à l’âge de 3 ans. L’exposition directe du nourrisson au paracétamol augmente son risque d’asthme de 29% et l’exposition in utero de 13%. Soit au final une association à la fois significative et modeste entre l’utilisation du paracétamol et l’asthme infantile.

Selon les chercheurs norvégiens, leurs résultats suggèrent que les associations ne peuvent pas être entièrement expliquées par d’autres facteurs, à commencer par les raisons médicales ayant conduit à la prise de ce médicament. Pour Maria Magnus, «la découverte des effets néfastes potentiels est une donnée importante de santé publique dans la mesure où le paracétamol est l'analgésique le plus couramment utilisé chez les femmes enceintes et les nourrissons.»

________

1. Le texte complet (en anglais) de la publication de l’International Journal of Epidemiology est disponible ici: «Prenatal and infant paracetamol exposure and development of asthma: the Norwegian Mother and Child Cohort Study»

A LIRE AUSSI

Interruption de grossesse (IVG)
Avortement: la méthode médicamenteuse est la plus recommandée

Avortement: la méthode médicamenteuse est la plus recommandée

Les femmes voulant mettre un terme à une grossesse non désirée ont deux méthodes à disposition jusqu’à...
Lire la suite
Alimentation et grossesse
Tout n'est pas bon à manger pendant la grossesse

Tout n’est pas bon à manger pendant la grossesse

Toutes les femmes enceintes rêvent d’une grossesse harmonieuse et sans soucis. Adopter une alimentation...
Lire la suite
Accouchement
Patiente sous gaz hilarant

Gaz hilarant: l’anesthésique qui fait oublier la douleur

Cela n’a rien d’une plaisanterie. L’inhalation de gaz hilarant rend euphorique, s’accompagne de rires,...
Lire la suite
Videos sur le meme sujet

Désirs d'enfants: la difficile conception

Parfois, avoir un enfant s'avère impossible. Cette émission se penche sur les couples qui souffrent de ne pas pouvoir procréer.

Bébé arrive: le grand chamboulement

La grossesse, l'accouchement et les semaines qui suivent sont faits de bouleversements. Entre changements, peur et bonheur, le point avec l'Antidote.

Tests prénataux: utilité et conséquences

Les tests prénataux comme les échographies ou les amniocentèses permettent aux parents qui attendent un enfant de mieux cerner les risques de maladie ou de malformation d'origine génétique. L'antidote fait le point sur les maladies dépistées, les risques ainsi que la fiabilité de ces tests.