Les spermatozoïdes seraient affectés par le stress

Dernière mise à jour 25/06/14 | Article
Les spermatozoïdes seraient affectés par le stress
Des chercheurs américains démontrent que les cellules sexuelles masculines subissent les effets des agressions psychologiques.

Ce travail original a été mené sur 193 hommes, âgés de 38 à 49 ans, ayant donné leur accord entre 2005 et 2008 pour participer à la Study of the Environment and Reproduction (Kaiser Foundation Health Plan, Oakland, Californie). Les résultats de cette étude, dirigée par le Pr Teresa Janevic (Rutgers School of Public Health), viennent d’être publiés dans la revue Fertility and Sterility(1).

Tous les hommes ont passé des tests d’évaluation du stress (comment il était perçu et ressenti par les participants et comment il avait été provoqué). Dans le même temps, ces hommes ont donné des échantillons de leur sperme. Ceux-ci ont permis une analyse de différents paramètres (nombre, morphologie, vitesse, etc.).

Stress et stérilité

«Les hommes qui se sentent stressés sont plus susceptibles que les autres d'avoir de faibles concentrations de spermatozoïdes dans leur éjaculât. Et leurs taux de spermatozoïdes anormaux ou moins mobiles sont plus élevés, résument les auteurs. Ces déficits pourraient être associés à des problèmes de fertilité.» Telles sont les conclusions statistiques de leur travail.

Cette étude établit également que le stress au travail n'est pas, en soi, un facteur explicatif, même s’il semble de nature à altérer les niveaux de testostérone. Sans tenir compte spécifiquement du stress, le chômage semble quant à lui associé à une moins bonne qualité des spermatozoïdes.

Reflet de la psyché

Comment expliquer un tel phénomène? Les auteurs du travail ne fournissent pas de réponses précises. Une hypothèse serait toutefois que le stress pourrait modifier les équilibres hormonaux (sécrétion accrue d'hormones stéroïdiennes glucocorticoïdes) avec impact négatif sur la testostérone et, in fine, sur la production de spermatozoïdes. Une autre possibilité impliquerait les phénomènes moléculaires du «stress oxydatif».

«Le stress a longtemps été identifié comme ayant une influence sur la santé. Notre recherche suggère que la santé reproductive des hommes peut également être affectée par leur environnement social», explique le Pr Teresa Janevic. Pour le Pr Pam R. Factor Litvak (Mailman School of Public Health), qui a coordonné ce travail, les spermatozoïdes pourraient constituer à eux seuls un fidèle marqueur biologique du niveau de stress négatif de l’homme. Ces cellules sexuelles seraient ainsi une forme de reflet de l’état de la psyché.

(1) Un bref résumé (en anglais) de ce travail est disponible ici.

A LIRE AUSSI

Interruption de grossesse (IVG)
Avortement: la méthode médicamenteuse est la plus recommandée

Avortement: la méthode médicamenteuse est la plus recommandée

Les femmes voulant mettre un terme à une grossesse non désirée ont deux méthodes à disposition jusqu’à...
Lire la suite
Interruption de grossesse (IVG)
Interruption volontaire de grossesse: la loi suisse respecte la liberté de décision de la femme

Interruption volontaire de grossesse: la loi suisse respecte la liberté de décision de la femme

La Suisse a légalisé l’avortement en 2002. Depuis, une femme enceinte malgré elle peut librement décider...
Lire la suite
Accouchement
Patiente sous gaz hilarant

Gaz hilarant: l’anesthésique qui fait oublier la douleur

Cela n’a rien d’une plaisanterie. L’inhalation de gaz hilarant rend euphorique, s’accompagne de rires,...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
causes_infertilite_homme

Les causes d’infertilité chez l’homme

Quand il est difficile d’avoir un enfant, les causes sont souvent recherchées chez la femme. Pourtant, 30% des cas d’infertilité sont liés à l’homme, soit le même pourcentage que les cas liés à la femme.
infertilite_epreuve_couple

L’infertilité, une épreuve pour le couple

Alors que le diagnostic d’infertilité est le point de départ d’un long processus, les épreuves ne s’arrêtent pas là. La procréation médicalement assistée (PMA) est une étape difficile pour la patiente et son conjoint, et nécessite un suivi infirmier et psychologique.
Maladies sur le meme sujet
Test de grossesse négatif

Infertilité

En fonction de l'âge, il est conseillé de consulter après six mois ou une année de tentatives infructueuses pour mettre en route une grossesse. L'absence de règles pendant six mois sans grossesse doit aussi amener à consulter. Enfin, il est bon de se rappeler que dans la moitié des cas la cause de l'infertilité se trouve chez l'homme.

Symptômes sur le meme sujet
Que faire si je n'arrive pas à avoir d'enfant?

Infertilité

Je n'arrive pas à avoir d'enfant