Des alternatives au diagnostic prénatal invasif?

Dernière mise à jour 07/07/14 | Article
Des alternatives au diagnostic prénatal invasif?
Une nouvelle méthode de diagnostic prénatal permet de diminuer le nombre de diagnostics prénatals invasifs. Éclairage sur cette avancée en obstétrique.

Place à de nouvelles méthodes, moins risquées pour la grossesse

 Pour certaines maladies génétiques comme les trisomies, une amniocentèse était jusqu’à récemment systématiquement proposée aux femmes présentant un risque augmenté par leur âge (plus de 35 ans). Cet examen est loin d’être anodin et représente un risque non négligeable de fausse couche. Actuellement, un test de dépistage efficace est effectué durant le premier trimestre de la grossesse. Il s’agit d’un test permettant de calculer le risque individuel pour la trisomie 21. Le calcul de risque inclut les paramètres suivants:

  • une échographie entre 11 et 13 semaines d’aménorrhée;
  • une prise de sang (dosage des hormones de la grossesse bêta-HCG et PAPP-A);
  • âge maternel.

Ce dépistage a permis de diminuer de trois fois le nombre d’examens invasifs à Genève entre 2000 et 2010.

Diagnostic prénatal non invasif (DPNI)

En 1997, une équipe de chercheurs a mis en évidence la présence d’ADN du fœtus dans la circulation sanguine de la mère. Cet ADN est d’origine placentaire et est détectable dès les 5e-6e semaines après les dernières règles. La présence de cet ADN fœtal augmente durant la grossesse et disparait quelques heures après l’accouchement.

Un prélèvement sanguin maternel permet ainsi de détecter les trisomies 13, 18 et 21 fœtales. En cas de résultat positif pour une trisomie, une amniocentèse est indiquée pour confirmer le résultat avant de prendre une décision quant au choix de poursuivre la grossesse.

Très efficace dans le dépistage des trisomies 13, 18 et 21, ce test ne révèle en revanche pas actuellement d’autres anomalies génétiques détectables par le diagnostic prénatal invasif et ne remplace pas l’échographie du premier trimestre.

Références

Adapté de «Gynécologie-obstétrique. Diagnostic prénatal: la révolution des nouvelles technologies», par Drs S. Fokstuen, F. Sloan-Béna et Pr O. Irion. In Revue médicale suisse 2014;10:49-52, en collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Interruption de grossesse (IVG)
Avortement: la méthode médicamenteuse est la plus recommandée

Avortement: la méthode médicamenteuse est la plus recommandée

Les femmes voulant mettre un terme à une grossesse non désirée ont deux méthodes à disposition jusqu’à...
Lire la suite
Alimentation et grossesse
Tout n'est pas bon à manger pendant la grossesse

Tout n’est pas bon à manger pendant la grossesse

Toutes les femmes enceintes rêvent d’une grossesse harmonieuse et sans soucis. Adopter une alimentation...
Lire la suite
Accouchement
Patiente sous gaz hilarant

Gaz hilarant: l’anesthésique qui fait oublier la douleur

Cela n’a rien d’une plaisanterie. L’inhalation de gaz hilarant rend euphorique, s’accompagne de rires,...
Lire la suite
Videos sur le meme sujet

Tests prénataux: utilité et conséquences

Les tests prénataux comme les échographies ou les amniocentèses permettent aux parents qui attendent un enfant de mieux cerner les risques de maladie ou de malformation d'origine génétique. L'antidote fait le point sur les maladies dépistées, les risques ainsi que la fiabilité de ces tests.

Echographies «pour le plaisir» du futur bébé: pourquoi il faut savoir dire non

En France une institution officielle vient de mettre en garde contre la multiplication des échographies obstétricales réalisées à la demande des futurs parents. Ces examens ne devraient être pratiqués qu’à des fins médicales. La raison réclame de ne pas exposer inconsidérément aux ultrasons les yeux et les organes génitaux des fœtus. Une recommandation qui coïncide avec des images diffusées par la BBC de la formation in utero d’un visage d’un fœtus.