Les ravages de l'alcool sur le fœtus révélés par l'imagerie médicale

Dernière mise à jour 08/01/13 | Article
Les ravages de l'alcool sur le fœtus révélés par l'imagerie médicale
On estime qu'en Suisse, chaque année, près de 5000 femmes enceintes exposent leur futur enfant à de plus ou moins graves séquelles dues à l'alcool. Les progrès spectaculaires de l'imagerie médicale, mis en évidence lors du dernier congrès mondial de radiologie à Chicago, permettent désormais d'objectiver très clairement les dégâts que l'alcool inflige au cerveau du fœtus.

Les effets néfastes d'une consommation d'alcool par la femme enceinte sont bien connus, même s'ils ne sont hélas pas toujours pris en compte sérieusement par les personnes concernées. Sous le terme générique de «syndrome d'alcoolisation fœtale», on sait en effet  regrouper aujourd'hui les divers dégâts organiques ou neurologiques dont souffre le fœtus sous l'effet de l'alcool consommé par sa mère. On définit mieux aussi leurs conséquences sur le développement physique ou mental du nouveau-né, sans parler de leurs effets psychosociaux à long terme.

Sur le plan morphologique et neurologique, on sait par exemple que l'alcool est susceptible non seulement de provoquer des malformations congénitales et de retarder le développement du fœtus (ce qui explique certains avortements spontanés), mais surtout de détruire une partie de son système nerveux, en raison des propriétés toxiques de l'alcool. L'alcool consommé par la femme enceinte passe en effet directement du placenta dans le sang du fœtus, tout comme son produit de dégradation principal, l'acétaldéhyde. Or, l'embryon est incapable de détoxifier ces substances chimiques comme le ferait le foie d'un adulte, il en subit donc plus longtemps les effets délétères, dont les conséquences sont souvent définitives.

Les traits du visage, le cerveau, et la croissance de l'enfant à naître, sont les premières victimes de cette toxicité in utero et de ce syndrome d'alcoolisation fœtale, qui affecte jusqu'à 2 nouveau-nés sur 1000 dans nos sociétés industrielles.

Sous les lumières de l'IRM

Si les ravages de l'alcool sur le fœtus sont clairement mis en évidence, depuis une quarantaine d'années, en termes de dysfonctionnements divers ou de malformations physiques, on commence seulement à montrer de façon précise quelles sont les lésions, parfois irréversibles, que subissent diverses zones du cerveau, responsables de handicaps psychiques majeurs. Cette avancée décisive est due aux développements spectaculaires de l'imagerie médicale, et notamment de l'imagerie par résonance magnétique (IRM).

On vient d'en avoir une nouvelle preuve, sous l'égide de la société nord-américaine de radiologie (RSNA), à l'occasion de son congrès annuel. Il s'agit du plus grand congrès médical au monde, qui rassemble chaque année à Chicago plus de 50'000 spécialistes.

Une équipe polonaise y a présenté les résultats d'une étude particulièrement significative, qui a regroupé d'une part 200 enfants dont la mère avait consommé de l'alcool durant leur stade foetal, et d'autre part 30 enfants dont la mère était restée sobre durant sa grossesse ainsi que pendant la lactation.

A l'aide des dernières techniques d' IRM, les médecins du département de radiologie du centre médical universitaire Jagiellonian à Cracovie ont examiné le cerveau de ces enfants, et particulièrement le corps calleux, qui est la dernière grande structure cérébrale à se développer chez le fœtus, à partir de la 13e semaine de gestation. Cette structure, dont les fibres nerveuses font le lien entre les quatre lobes des deux hémisphères du cerveau, assure le transfert des informations, ainsi que leur coordination, entre le cerveau droit et le cerveau gauche.

Déficiences majeures

Or, les médecins polonais ont mis en évidence des différences manifestes, d'un groupe d'enfants à l'autre, dans la taille et la forme du corps calleux. C'est ainsi que les enfants du premier groupe présentaient un net retard de développement de cette structure cérébrale capitale, qui non seulement s'est révélée plus mince de façon statistiquement significative par rapport au groupe d'enfants non exposés à l'alcool, mais qui était même parfois complètement absente. «Ces différences peuvent être directement associées aux problèmes cognitifs rencontrés par ces enfants» a souligné à Chicago le responsable de cette étude, le Dr Andrzej Urbanik, directeur du département de radiologie de l'Université de Cracovie. Car quand le corps calleux n'assure plus ses fonctions, la perte de la coordination entre les deux hémisphères cérébraux provoque des troubles moteurs, ainsi que des troubles de la mémoire et de l'équilibre.

L'équipe polonaise a voulu pousser plus loin son investigation, à l'aide d'une technique évoluée de l'IRM que les spécialistes nomment l'IRM de diffusion, qui permet d'étudier la diffusion de l'eau dans les régions examinées, et ainsi de mieux mettre en évidence d'éventuelles anomalies tissulaires. Là aussi, pour les six zones particulières du cerveau qu'ils ont soumises à cet examen, les différences sont très nettes: «l'augmentation significative de la diffusion notée chez les enfants de mères ayant consommé de l'alcool indique clairement des dérèglements neurologiques, ou des dommages infligés aux tissus cérébraux», a poursuivi le médecin polonais.

Enfin, les chercheurs de Cracovie ont soumis le cerveau des deux groupes d'enfants à une troisième technique d'imagerie, la spectroscopie par résonance magnétique: elle aussi a révélé toute une série de modifications affectant le métabolisme dans diverses régions du cerveau.

Nul doute que nous ne sommes pas au bout des révélations que nous apporteront sur ce sujet les progrès de l'investigation médicale. Le message restera toutefois inchangé: même si les connaissances scientifiques actuelles ne permettent pas de fixer une limite précise quant à la quantité d'alcool qui peut être nocive durant la grossesse, il vaudrait mieux que la femme enceinte renonce au maximum aux boissons alcooliques.

A LIRE AUSSI

Interruption de grossesse (IVG)
Avortement: la méthode médicamenteuse est la plus recommandée

Avortement: la méthode médicamenteuse est la plus recommandée

Les femmes voulant mettre un terme à une grossesse non désirée ont deux méthodes à disposition jusqu’à...
Lire la suite
Alimentation et grossesse
Tout n'est pas bon à manger pendant la grossesse

Tout n’est pas bon à manger pendant la grossesse

Toutes les femmes enceintes rêvent d’une grossesse harmonieuse et sans soucis. Adopter une alimentation...
Lire la suite
Accouchement
Patiente sous gaz hilarant

Gaz hilarant: l’anesthésique qui fait oublier la douleur

Cela n’a rien d’une plaisanterie. L’inhalation de gaz hilarant rend euphorique, s’accompagne de rires,...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Pourquoi l’alcool est-il nuisible à l’enfant dès le début de la grossesse?

Pourquoi l’alcool est-il nuisible à l’enfant dès le début de la grossesse?

Les effets néfastes d'une consommation d'alcool par la femme enceinte sont connus. Des chercheurs anglais lèvent maintenant le voile sur les mécanismes impliqués dans ce phénomène. Une raison supplémentaire pour inciter les femmes enceintes à la plus grande modération.
Une femme enceinte avec un verre de vin rouge

Grossesse: une femme peut-elle boire de l'alcool? Si oui combien?

Une étude danoise fait vaciller un tabou. Dans le même temps une autre, américaine, confirme qu’une consommation modérée aiderait à mieux vivre. Précisions.
Alcool: bon ou mauvais pour la santé?

Alcool: bon ou mauvais pour la santé?

«La consommation d’alcool est mauvaise pour la santé», dit-on couramment… Paradoxalement, certains disent qu’un verre de vin rouge par jour protège contre les maladies cardiovasculaires. Quelle école devrait-on suivre?
Videos sur le meme sujet

Grossesse: alcool, tabac et viande crue

La conception est un grand moment où, de l’union entre deux êtres dotés de patrimoines génétiques différents, naîtra un être unique. S'ensuit alors la période de gestation pendant laquelle la femme devra faire face à une «nouvelle vie».