Génétique et cholestérol

Dernière mise à jour 05/04/16 | Audio
Loading the player ...
Un taux très élevé de mauvais cholestérol est très rarement imputable à des prédispositions génétiques.

C’est une grande étude américaine qui l’affirme et qui confirme des données lausannoises. 

La réaction de Vincent Mooser, chef du Département des laboratoires du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), invité par Stéphane Délétroz.

Une émission CQFD - RTS La Première

A LIRE AUSSI

Fin de vie et soins palliatifs

Soins palliatifs: vivre le temps qui reste

Les soins palliatifs, c’est une démarche qui vise à aider les personnes gravement malades atteints de maladies incurables à maintenir une certaine qualité...
Lire la suite
Génétique

Consanguinité et maladies rares

Dans l’esprit collectif, la consanguinité est synonyme de mal formations et de maladies graves.
Lire la suite
Santé personnalisée

Santé personnalisée, une santé sur mesure

C’est l’histoire d’une médecine sur mesure, de précision, qui propose une analyse moléculaire pour chaque patient, pour chaque maladie, et un traitement...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_pharmacogenomique

La pharmacogénomique au secours des douleurs chroniques

En partie à cause de différences génétiques qui influencent la réponse individuelle à une substance, chaque patient répond différemment à l’administration d’un médicament.
Videos sur le meme sujet

La génétique pour les nuls

Le 14 avril 2003, la Maison Blanche annonçait la fin du séquençage du génome humain, l'achèvement d'un projet amorcé en 1990.

Génome et dépistage des maladies

Un des grands espoirs du séquençage du génome humain est de pouvoir dépister de nombreuses maladies.

Les craintes et les applications du séquençage du génome humain

Nos invités s'expriment sur la protection des données génétiques et sur les vraies et fausses promesses de cette avancée scientifique.