Une sieste de temps en temps, c’est bon pour le cœur

Dernière mise à jour 26/11/20 | Article
LMD_sieste_coeur
Le repos dans la journée est bon pour le cœur. D’après des chercheurs lausannois, les personnes qui font la sieste une ou deux fois par semaine ont moins de maladies cardiovasculaires.

Elle est souvent considérée comme un signe d’oisiveté et de paresse, notamment dans les pays du nord de l’Europe où elle est plutôt mal vue. Au contraire, elle fait partie des habitudes quotidiennes au sud de l’Europe, dans les pays anglo-saxons et au Japon. La sieste est en effet un «phénomène culturel», constate le Pr Raphaël Heinzer, directeur du Centre d’investigation et de recherche sur le sommeil (CIRS) du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV).

En Suisse, elle fait de plus en plus d’adeptes, et certaines entreprises encouragent déjà leurs employés à faire un court somme dans la journée. Cela n’a finalement rien de surprenant tant la sieste, quand elle ne perturbe pas le sommeil nocturne, est bénéfique pour la santé. Elle pourrait même participer à la prévention des maladies cardiovasculaires, selon des médecins du CIRS.

Une à deux fois par semaine

Pour conduire leur étude, l’une des premières faites dans ce domaine, les chercheurs ont fait appel à près de 3500 personnes. Toutes participaient à la cohorte CoLaus, vaste programme qui récolte des informations sur la santé mentale et physique, en particulier cardiovasculaire, d’un échantillon de la population lausannoise. À deux reprises, entre 2009 et 2017, ces volontaires ont été invités à indiquer la fréquence et la durée de leurs siestes et à passer des examens médicaux destinés à établir leur bilan de santé. Certains d’entre eux se sont aussi prêtés à un enregistrement de leur sommeil.

Après avoir pris en compte l’âge, le sexe, le niveau d’éducation, la consommation de tabac, la sédentarité, l’indice de masse corporelle (IMC) et, bien entendu, les facteurs de risque des maladies cardiovasculaires des sujets del’étude, les médecins du CHUV ont abouti à une conclusion étonnante. Ils ont constaté que «les personnes qui font la sieste une ou deux fois par semaine ont moitié moins de risques de souffrir de maladies cardiovasculaires et d’avoir un infarctus ou un accident vasculaire cérébral (AVC), que celles qui n’en font jamais, explique Raphaël Heinzer, l’un des signataires de l’article publié par la revue médicale Heart. En revanche, celles qui la font tous les jours sont les plus à risque». Et cela, quelle que soit la durée du somme.

Pour les auteurs, ces résultats pourraient s’expliquer par le fait que le besoin de faire la sieste tous les jours «cache parfois la présence d’une maladie chronique qui peut être un facteur de risque pour les maladies cardiovasculaires». Alors qu’au contraire, «les siestes occasionnelles sont un bon moyen de compenser un sommeil nocturne insuffisant et de réduire le stress que les mauvaises nuits engendrent».

Moins d’accidents

D’une manière générale, lorsqu’on a eu des nuits perturbées ou trop courtes, un petit somme dans la journée permet de combler notre dette de sommeil. Celui-ci est en effet «régulé par deux phénomènes», explique Raphaël Heinzer. D’abord, par le rythme circadien – l’horloge biologique – «qui nous incite à dormir pendant la nuit et à rester éveillé dans la journée». Mais aussi par «le processus homéostatique qui traduit le fait que, plus on reste éveillé longtemps, plus on a envie de dormir. C’est un peu, ajoute le spécialiste, comme un sablier que l’on aurait besoin de vider au bout d’un certain temps». Soit complètement, comme on le fait en dormant pendant la nuit, soit en partie, lorsqu’on s’assoupit durant la journée.

C’est sans doute ce qui explique les nombreuses vertus attribuées à la sieste. À commencer par la restauration de la vigilance, que des équipes japonaises avaient déjà observée à la fin des années 1990. Ce qui a pour conséquence de réduire les risques d’accidents, notamment de la circulation. «D’ailleurs, rappelle le médecin du CHUV, en Suisse, selon la loi fédérale sur la circulation routière, un conducteur qui est pris de somnolence doit s’arrêter et dormir un peu avant de reprendre le volant.»

En outre, on sait que le sommeil consolide la mémoire, car il donne au cerveau l’occasion de «retravailler les informations reçues et de les trier». Ce qui est vrai la nuit l’est aussi pendant la journée, comme l’indiquent plusieurs études qui ont conclu qu’après une sieste, on retenait mieux des choses apprises juste avant de s’endormir – une liste de mots par exemple.

Dissoudre le stress

Bénéfique pour le cerveau, le roupillon agit aussi sur notre système immunitaire.

L’expérience a montré «que lorsqu’on vaccine une personne contre l’hépatite A et qu’on l’empêche de dormir la nuit suivante, elle développe moins d’anticorps contre le virus, signe qu’elle est moins bien protégée contre la maladie», constate le spécialiste du sommeil. Un phénomène confirmé par des chercheurs du Centre du sommeil et de la vigilance de l'Hôtel-Dieu à Paris. Après avoir analysé la salive et l’urine d’individus privés de sommeil pendant la nuit, ils ont observé que leur taux d’Interleukine-6 (un composant du système de défense qui protège notamment la bouche contre les agents pathogènes) avait diminué, mais qu’il avait suffi d’une sieste de 30 minutes pour qu’il remonte.

Des chercheurs du même centre ont d’ailleurs prouvé qu’une courte période de repos permettait aussi de «dissoudre le stress», comme le dit son directeur, Brice Faraut. Ce repos pouvait même, chez des personnes en bonne santé, mettre fin à l’hypersensibilité à la douleur.

Devant tant de vertus, certains chercheurs n’hésitent pas à considérer que la sieste pourrait, dans certains cas, être considérée comme un traitement. Elle permettrait ainsi de réduire la consommation de nombreux médicaments, en particulier les antalgiques.

Il est toutefois des personnes auxquelles la sieste est interdite ou fortement déconseillée. Ce sont celles «qui ont des difficultés à s’endormir ou à avoir un sommeil continu», souligne Raphaël Heinzer. Autrement dit, pas de repos diurne pour les insomniaques car «il dilue leur besoin de sommeil pendant la nuit». Quant à ceux qui sont atteints d’hypersomnie idiopathique – ces «marmottes» qui ont besoin de plus de 11 heures de sommeil par 24h et ne se sentent jamais rassasiées –, elles sont souvent tentées de retourner au lit dans la journée. «Mais elles entrent alors dans un sommeil profond dont il leur est difficile de sortir» et dont elles émergent abruties et vaseuses.

Dix à vingt minutes

Les autres individus n’ont aucune raison de se priver d’un bon petit somme de temps à autre lorsqu’ils se sentent fatigués. Notre tendance est de nous allonger après le repas de midi. C’est normal, constate Raphaël Heinzer, car le début de l’après-midi ressemble à une «mini-phase nocturne durant laquelle nous avons une baisse de régime, qui n’est d’ailleurs pas liée au repas ni à la digestion comme on le croit souvent. À ce moment-là, nous avons donc une propension naturelle à l’endormissement».

Pendant combien de temps devons-nous rester dans les bras de Morphée? «La sieste idéale dure entre dix et vingt minutes, car elle permet alors de diminuer la pression du sommeil, sans nous faire entrer dans la phase de sommeil profond». Toutefois, on peut aussi dormir pendant une heure et demie, comme le font souvent les Espagnols par exemple. «On boucle alors un cycle complet de sommeil au terme duquel le cerveau se réactive».

La tendance est aussi actuellement aux microsiestes qui ne durent qu’une à cinq minutes. Voire moins. À ce propos, on raconte que le peintre Dali «s’endormait avec une cuillère à la main et se réveillait au bruit de sa chute», rappelle le professeur. En fait, souligne-t-il, «ces siestes-flash ne sont pas réellement des moments de sommeil, mais plutôt de détente. Elles sont rafraîchissantes».

Quelle que soit sa durée, la sieste est donc la plupart du temps bénéfique. Voilà de quoi rassurer celles et ceux que l’on traite un peu vite de paresseux.

Jusqu’à quel âge un enfant doit-il faire la sieste?

Entre autres vertus, le sommeil favorise l’apprentissage et participe à la consolidation de la mémoire. Ce qui est vrai à tout âge l’est tout particulièrement pour les jeunes enfants, qui ont besoin de beaucoup de sommeil. «Pour eux, la sieste est donc indispensable», souligne Virginie Bayon, médecin associée au Centre d’investigation et de recherche sur le sommeil du CHUV. Étonnamment, ces périodes de repos diurne n’empêchent pas les bambins de s’endormir le soir. Au contraire. Ceux qui manquent de sieste «sont fatigués et, en fin de journée, ils sont agités, énervés et ont du mal à trouver le sommeil».

Ne pas en faire une punition

Le nombre de petits sommes qu’il est nécessaire de prévoir dépend de l’âge. «À 3 mois, le rythme circadien du bébé se met en place et il commence à faire la différence entre le jour et la nuit», explique la doctoresse. Il lui faut alors environ trois siestes par jour. Ensuite, ce nombre diminue progressivement. Vers 12-18 mois, il en fait généralement deux. À 2 ans, «il peut ne prendre qu’une heure et demie à deux heures de repos, en tout début d’après-midi».

Reste à savoir jusqu’à quel âge il faut obliger sa fille ou son fils à dormir pendant la journée. «La plupart du temps, les enfants cessent de faire la sieste entre 4 et 6 ans, répond la spécialiste du CHUV. En fait, c’est le comportement de leur enfant en fin de journée qui doit guider les parents. S’il n’est pas trop excité, cela signifie qu’il n’a plus besoin de sieste. Sinon, il faut qu’il continue à en faire, non pas tous les jours, mais une ou deux fois par semaine». D’une manière générale, les périodes de sommeil diurne restent conseillées le week-end et éventuellement le mercredi après-midi. «Il faut se garder de surcharger le jeune enfant d’activités pendant les périodes extrascolaires.»

Toutefois, si son bambin n’arrive pas à s’endormir pendant la journée, «il ne faut surtout pas le forcer». Mieux vaut lui donner la possibilité de se reposer et lui ménager un moment de calme en début d’après-midi. Il est alors recommandé de favoriser des activités tranquilles – de la lecture, du coloriage, etc. – et d’éviter les écrans, car ils excitent. L’enfant finit alors parfois par s’assoupir. Surtout, recommande Virginie Bayon, «il faut éviter de lui présenter le fait d’aller au lit comme une punition».

___________

Paru dans Le Matin Dimanche le 08/11/2020.

A LIRE AUSSI

Angine de poitrine
Infarctus et attaque cérébrale: les signes d’alarme

Infarctus et attaque cérébrale : les signes d’alarme

Dans les deux tiers des cas à peu près, l’organisme manifeste des signes précurseurs de l’infarctus du...
Lire la suite
Hypertension
effets_hypertension_oeil

Les effets de l’hypertension artérielle sur l’œil

L’hypertension artérielle présente de nombreuses comorbidités, dont des atteintes ophtalmologiques. Observables...
Lire la suite
AVC
Une aspirine par jour dès 50 ans?

Une aspirine par jour dès 50 ans?

Efficace contre la fièvre et les douleurs, ce médicament prévient les accidents cardiovasculaires dans...
Lire la suite
Maladies sur le meme sujet
Stethoscope oscultant un coeur

Insuffisance cardiaque

Quand le cœur a de la peine à se remplir ou à expulser le sang, il n'arrive plus à assurer un débit sanguin suffisant. On parle d'insuffisance cardiaque.

veines

Insuffisance veineuse chronique

L'insuffisance veineuse est un trouble de la circulation dans les veines des jambes. Elle provoque des varices, un gonflement des jambes (œdème) et parfois des thromboses.

l'hypotension

Hypotension

L’hypotension est une pression artérielle plus basse que la normale. Les personnes réagissent très différemment à une tension basse : les unes en souffriront quotidiennement alors que d’autres ne remarqueront rien.

Symptômes sur le meme sujet
Des varices

Œdème des MI

J’ai les deux chevilles enflées

Douleur thorax

J'ai mal dans la poitrine