Le stress, un mot à la mode?

Dernière mise à jour 01/04/15 | Article
Le stress, un mot à la mode?
Tout le monde parle du stress, au point qu’il est devenu une sorte de symbole d’un statut: être stressé, c’est passer pour une personnalité importante et très occupée.

En état de stress, l’organisme est sur le qui-vive, prêt à l’action. La tension artérielle augmente, le cœur bat plus vite, la vigilance s’aiguise. Ces processus sont régis par la partie sympathique du système neurovégétatif. Le stress peut être provoqué par des circonstances physiques, émotionnelles ou externes. Le fait de ressentir une situation comme «stressante» ne dépend pas seulement de l’événement qui se produit, mais des réactions qu’on y oppose. Ce que les uns ressentent comme un plaisir (par exemple conduire une voiture) est vécu par d’autres comme un enfer.

Le stress n’est pas nécessairement négatif. Une certaine dose de stress pimente l’existence. Mais le danger surgit quand l’organisme et le psychisme sont sollicités à l’excès. Un stress prononcé génère une nervosité durable, des insomnies, une dégradation du mode d’alimentation ou le recours à des toxicomanies (tabagisme, alcoolisme).

Trop de stress est nuisible à la santé. Chez les cardiaques, les hormones du stress (adrénaline, noradrénaline, angiotensine II, aldostérone, etc.) sont autant de facteurs de risque qui agissent directement sur l’évolution de la maladie. Les frustrations professionnelles, les restrictions de la liberté individuelle et les difficultés sociales favorisent des facteurs de risque connus (tabagisme, hypertension, obésité). Les personnes constamment tendues, impatientes, agressives, pressées et qui refoulent leurs sentiments et leurs sensations, présentent un risque aggravé d’infarctus du myocarde.

Conseils pour une meilleure gestion du stress

  • Écoutez davantage votre «voix intérieure». Le soir, repensez aux événements de la journée et analysez ce qui se passe en vous quand vous êtes stressé.
  • Isolez-vous chaque jour pour une vingtaine de minutes dans un lieu calme à l’abri des influences extérieures et détendez-vous en pensant à quelque chose de beau.
  • Prenez régulièrement des pauses. Même si vous êtes surchargé de travail.
  • Veillez à vous alimenter sainement et à prendre vos repas dans le calme.
  • Trouvez votre propre équilibre quotidien que ce soit grâce au sport ou à une méthode de relaxation. Cela peut être aussi avec la musique ou une discussion avec des amis.
  • Recherchez le contact des gens avec qui vous vous sentez à l’aise. Parlez de vos problèmes avec vos ami-e-s.
  • Acceptez telles quelles les choses sur lesquelles vous n’avez aucune prise. Autrement dit, ne vous occupez que de ce que vous pouvez améliorer vous-même.
  • Mettez tout en œuvre pour échapper aux situations stressantes, ou du moins pour les désamorcer. Apprenez à connaître vos réactions dans des situations données. Essayez de surmonter vos réflexes négatifs et d’apprendre à réagir positivement.
  • Ne gardez pas tout pour vous. Parlez de vos éventuels problèmes et difficultés.

Burnout et dépression

Le burnout (= se consumer) est un terme générique pour décrire un état d’épuisement émotionnel, mental et physique. Pendant longtemps, les personnes sont comme aspirées dans une spirale descendante où l’épuisement psychique, la labilité émotionnelle et les angoisses prennent des proportions démesurées. Les contacts avec leur environnement social se compliquent, elles ont tendance à avoir des comportements addictifs ou à risque. Puis s’y ajoutent fréquemment des symptômes de dépression. Ces personnes sont accablées, démotivées, ont perdu confiance en elles. Tandis qu’un burnout s’exprime surtout dans le cadre du travail, la dépression envahit tous les secteurs de la vie.

Burnout et dépression sont des maladies à prendre au sérieux qui requièrent une prise en charge psychothérapeutique professionnelle. Le traitement (et la prévention) va diminuer le stress des personnes en burnout. Si vous avez le sentiment d’être embarqué dans une histoire de burnout, vous devriez dans un premier temps chercher de l’aide et en parler à des personnes amies. Si cela ne donne rien, mettez-vous en quête d’un soutien psychologique spécialisé.

_________

Pour en savoir plus

    

Plus d'informations dans la brochure «Un cœur en bonne santé», qui peut être commandée gratuitement sur le site de la Fondation Suisse de Cardiologie.

       

A LIRE AUSSI

Hypertension
Quand les reins fonctionnent mal

Quand les reins fonctionnent mal

L’insuffisance rénale chronique est une maladie grave, trop souvent ignorée des patients eux-mêmes car,...
Lire la suite
Cholestérol
Anti-cholestérol «naturels», levure de riz rouge: pas si anodins

Anti-cholestérol «naturels», levure de riz rouge: pas si anodins

Depuis plus de vingt-cinq ans les statines ont été prescrites aux patients présentant un taux de cholestérol...
Lire la suite
Chirurgie cardiaque

Fistule artérioveineuse (dialyse)

La création d'une fistule est le type d'accès vasculaire préféré pour effectuer les dialyses dans le...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Hypertension

En Suisse, un tiers des adultes souffre d’hypertension

Liée à l’environnement, au mode de vie et aux gènes des individus, une trop forte tension artérielle peut provoquer infarctus et AVC. Trop souvent encore, les malades ignorent qu’ils en souffrent.

Un examen ciblé pour détecter la fibrillation auriculaire

La fibrillation auriculaire est un trouble du rythme cardiaque très fréquente dont le dépistage est complexe, en particulier lorsqu’il n’y a pas de symptôme apparent. La meilleure solution reste l’examen ciblé des patients de plus de 65 ans.
Videos sur le meme sujet

Hypertendu? Comment bien mesurer sa pression artérielle

Savez-vous qu'un adulte sur trois est hypertendu, et que deux sur trois le sont dès 60 ans?