Coup de cœur pour le sauna

Dernière mise à jour 15/10/20 | Article
GEN20_Sauna_bon_coeur
Depuis son apparition il y a 7’000 ans, on prête au sauna mille et une vertus. Plusieurs études finlandaises montrent aujourd’hui que, pratiqué assidûment, il améliore la santé cardiovasculaire et la longévité.

Pas la même chose que le hammam

Le hammam, s’il est souvent pratiqué aux mêmes endroits que le sauna, n’a pourtant rien à voir avec lui. Humide à 80 ou 90%, il permet avant tout de faire pénétrer l’humidité dans les voies respiratoires pour faciliter les expectorations. Les contre-indications sont quant à elles identiques.

Datant de l’âge de pierre, le sauna vient d’Asie orientale, et non de Scandinavie comme on le croit trop souvent. En Suisse, il est surtout considéré comme une activité de détente. Ce qui n’est d’ailleurs pas faux: la chaleur stimule la sécrétion d’une hormone, l’endorphine, qui calme la douleur et favorise la récupération en atténuant les tensions musculaires.

Santé cardiaque

Mais, depuis peu, plusieurs études finlandaises prêtent au sauna une vertu inattendue : celle de prévenir les morts subites. Il serait ainsi bénéfique pour le cœur, y compris chez les personnes ayant déjà des problèmes cardiaques. Selon la première étude, un effet optimal et quasi immédiat serait atteint avec quatre à sept séances par semaine. Les personnes pratiquant le sauna à cette fréquence réduiraient leur risque de mortalité de 40 % par rapport à celles qui le pratiquent une fois par semaine. À noter que des effets seraient déjà visibles à partir de trois séances hebdomadaires. La mortalité serait alors réduite de 24 %, toujours en comparaison à une unique séance par semaine. Par ailleurs, les utilisateurs assidus du sauna vivent également plus longtemps que ceux qui le pratiquent une seule fois par semaine.

Si les mécanismes en jeu ne sont pas encore bien compris, les spécialistes pensent que l’augmentation du rythme cardiaque est une piste à suivre de près. Cette hypothèse se base sur la chaleur qui, en provoquant une dilatation des vaisseaux, fait baisser la pression artérielle. Le cœur réagit à cette situation en augmentant ses pulsations pour envoyer suffisamment de sang dans l’organisme. En somme, même si cela ne le remplace pas, faire un sauna équivaudrait en quelque sorte à pratiquer un exercice physique. Dans une autre étude finlandaise, Setor Kunutsor et ses collègues ont montré que les personnes qui allaient au sauna entre quatre et sept fois par mois avaient 61% de risques en moins d’avoir un infarctus que ceux qui y allaient une fois par semaine. Pour les utilisateurs fréquentant ces établissements deux à trois fois par semaine, la baisse était de 14%.

Le saviez-vous?

  1. Le sauna est contre-productif en cas de refroidissement. En effet, le système immunitaire luttant déjà contre la maladie, le mettre sous pression n’est pas une bonne idée. Mieux vaut reprendre le sauna une fois que l’on est guéri.
  2. Les bains d’eau froide que l’on recommande après le sauna permettent de contrer la dilatation des vaisseaux sanguins et ainsi d’améliorer encore le fonctionnement de la pompe cardiovasculaire.

Contre-indications

Une des limitations de ces études est qu’elles ne se focalisent, pour éviter des biais, que sur des personnes qui pratiquent déjà le sauna de manière très régulière, ce qui est plus compliqué sous nos latitudes. Cela dit, il y a peu de risques à sa pratique, ce qui est un avantage pour des personnes ayant des problèmes de cœur. Toutefois, même si la mortalité due au sauna est très faible, il existe quelques contre-indications strictes à cette pratique. Ainsi, les patients atteints d’un rétrécissement de la valve aortique (sténose aortique), comme ceux qui ont subi un infarctus récent ou souffrant de plaies ayant mal cicatrisé, ne devraient pas se rendre dans les bains finlandais. Toutes les personnes qui souffrent d’une insuffisance cardiaque ou de troubles du rythme devraient par ailleurs consulter un médecin avant de pratiquer. La prudence s’impose également en cas d’hypotension: le risque de chute pendant la séance est réel. Pour tous les autres, moyennant quelques précautions d’usage (lire encadré), il n’existe pas de restrictions. Au contraire: le sauna pourrait bien amener des bénéfices pour la santé qu’on ne connaît pas encore.

Guide de bonnes pratiques

Généralement, le sauna doit avoir une température oscillant entre 80° et 100° C. L’humidité ne devrait quant à elle pas dépasser les 20% ni les séances excéder les 10 à 15 minutes. On peut répéter une deuxième fois l’opération pour autant que l’on fasse une pause entre les deux séances. Il est aussi recommandé de bien s’hydrater et d’éviter de porter bijoux en métal ou lunettes, qui pourraient, en chauffant, brûler la peau.

____________
Paru dans Générations, Hors-série « Booster sa forme – Conseils experts », Octobre 2020.

A LIRE AUSSI

Angine de poitrine
Infarctus et attaque cérébrale: les signes d’alarme

Infarctus et attaque cérébrale : les signes d’alarme

Dans les deux tiers des cas à peu près, l’organisme manifeste des signes précurseurs de l’infarctus du...
Lire la suite
Hypertension
effets_hypertension_oeil

Les effets de l’hypertension artérielle sur l’œil

L’hypertension artérielle présente de nombreuses comorbidités, dont des atteintes ophtalmologiques. Observables...
Lire la suite
AVC
Une aspirine par jour dès 50 ans?

Une aspirine par jour dès 50 ans?

Efficace contre la fièvre et les douleurs, ce médicament prévient les accidents cardiovasculaires dans...
Lire la suite