L'aspirine n'est pas indiquée pour tous les cœurs

Dernière mise à jour 18/04/12 | Le saviez-vouz
Médicaments en formes de cœur
Depuis sa commercialisation à la fin du XIXe siècle, l’aspirine a été utilisée comme anti-douleur, anti-inflammatoire et antipyrétique (faisant baisser la fièvre). Précisions.

La découverte, dans les années 1970, des propriétés anticoagulantes de l'aspirine, a conduit aussi à la prescrire dans la prévention des maladies cardio-vasculaires.

Consommée régulièrement à petite dose (moins de 300 mg), elle freine la formation des caillots sanguins qui obstruent les vaisseaux et provoquent ainsi des crises cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux (AVC).

Moins de récidives

C’est pour cette raison que ce médicament est souvent prescrit en prévention secondaire, c’est-à-dire aux personnes ayant déjà eu un infarctus ou un AVC chez qui il réduit le risque de récidive. Il peut aussi être utile pour les individus qui ont des facteurs de risque face aux maladies cardio-vasculaires (hypertension, cholestérol, diabète, obésité, tabagisme).

Risque de saignement

En revanche, en prévention primaire, donc chez les gens en bonne santé et sans pathologie cardiaque détectée, les effets bénéfiques sont incertains. La consommation régulière d’aspirine pourrait même faire plus de mal que de bien, à en croire une étude publiée par des chercheurs londoniens en janvier 2012, dans les Archives of Internal Medicine. D’après les auteurs, qui ont analysé les données de 9 essais cliniques portant sur 100 000 personnes, ce traitement préventif diminuerait bien de 10% le risque de maladie cardiovasculaire, mais non sa mortalité. En outre, il augmenterait de 30% le risque de saignement interne mettant en danger la vie du patient. Des bénéfices modestes pour des effets indésirables importants.

Articles sur le meme sujet
LMD_AVC_idees_recues

AVC: halte aux idées reçues

L’accident vasculaire cérébral (AVC), une maladie des personnes âgées? Une urgence médicale impossible à guérir? Deux neurologues nous aident à démêler le vrai du faux.
P21-04_réparer_cerveau

Réparer le cerveau… et après?

Traumatisme crânien, tumeur, accident vasculaire cérébral… quand le cerveau est atteint, tout l’être peut être touché. Les défis sont alors multiples: réapprendre à marcher, à parler, parfois à gérer ses émotions. Chirurgie high-tech, rééducation incluant une robotique 2.0, suivi psychologique, aide au retour à la vie professionnelle: les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) misent sur une prise en charge multidisciplinaire alliant technologie et accompagnement au plus près de l’humain.
LMD_Rupture_anevrisme

Rupture d'anévrisme: la piste génétique se précise

Menée par la Suisse et les Pays Bas, une vaste étude dévoile l’existence de 17 anomalies génétiques impliquées dans les AVC. Un pas de plus vers la compréhension de cette maladie complexe et pernicieuse.
Videos sur le meme sujet

Rentrer chez soi après un AVC

"La Semaine internationale du cerveau", qui commence aujourd'hui et se termine le 17 mars, vise à sensibiliser la population à la recherche sur le cerveau.

36 mois pour se relever dʹun AVC

Dans la bande dessinée "Silence radio", le reporter radio Bruno Cadène raconte sa lutte de trois ans pour retrouver ses facultés et reprendre son travail après un accident vasculaire cérébral (AVC).
Maladies sur le meme sujet
Visage avec fumée

Accident vasculaire cérébral (AVC)

L'AVC, ou "attaque cérébrale", est la conséquence d'un manque d'apport de sang dans le cerveau (obstruction ou rupture d'un vaisseau). Les symptômes ne sont pas toujours réversibles.

Symptômes sur le meme sujet

AVC - Attaque

J'ai mon bras/ma jambe qui ne bouge plus ou ma bouche qui tombe sur le côté