Cancer: intervention chirurgicale

Dernière mise à jour 11/07/11 | Article
operation chirurgicale
La chirurgie demeure la méthode la plus répandue et la plus utilisée pour le traitement des cancers. Cet article vous permettra de vous familiariser avec les différents buts de la chirurgie.
CHUV

Un article du Centre du cancer (CHUV)

A l’heure actuelle, la chirurgie reste la méthode la plus utilisée pour traiter les maladies cancéreuses. Elle peut prendre différentes formes, selon l’objectif visé. L’opération peut être curative, palliative, exploratoire ou encore plus rarement préventive.

L’opération curative

Visant à guérir la maladie cancéreuse ou à stabiliser à long terme l’état de santé de la personne, la chirurgie curative constitue la forme de traitement la plus fréquente. Elle consiste à enlever toute la tumeur (opération radicale), plus une partie des tissus sains et des ganglions lymphatiques avoisinants pour s’assurer une marge de sécurité. Une zone ou la totalité de l’organe malade est opérée.

Cette forme d’intervention est surtout utilisée pour les cancers du sein, de l’estomac, du côlon, du poumon et de la peau, ainsi que pour les tumeurs des parties molles (tissus conjonctifs et de soutien, muscles, tendons, bourses séreuses) et des os. Elle est également fonction des résultats des analyses histologiques faites suite à un prélèvement de tissus (biopsie, ponction-biopsie). C’est à dire qu’un échantillon du tissu suspect est prélevé et observé au microscope.

Grâce aux progrès réalisés ces dernières années, il est désormais possible dans bien des cas de préserver la fonction de l’organe touché et l’aspect extérieur sans que les chances de guérison s’en trouvent diminuées pour autant (opération dite conservatrice). Cette forme de chirurgie n’est toutefois généralement possible que si elle est complétée par une radiothérapie et/ou une chimiothérapie complémentaire.

L’opération palliative

A un stade avancé de la maladie, il n’est souvent plus possible d’enlever la tumeur dans sa totalité: il se peut que celle-ci soit localisée dans un endroit difficile d’accès, qu’elle fasse corps avec le tissu avoisinant ou encore qu’il y ait déjà des métastases inopérables. Dans pareil cas, l’opération permet de limiter les douleurs, les complications et autres effets indésirables liés à la maladie et de maintenir une certaine qualité de vie.

L’opération exploratoire

Utilisée lorsque d’autres investigations ont confirmé la présence d’une tumeur, l’opération exploratoire consiste à prélever un fragment de tissu (biopsie) afin de déterminer le stade de la tumeur et son comportement (vitesse de croissance, agressivité) avant une opération ou un autre traitement. Elle est souvent pratiquée ambulatoirement à l’aide d’une aiguille fine que l’on introduit sous la peau pour prélever un échantillon de tissu tumoral.

Pour les tumeurs de l’estomac, du côlon, de la sphère ORL ou du poumon, il suffit généralement de pratiquer une exploration visuelle (endoscopie) de l’organe avec prélèvement simultané de tissu suspect. L’opération exploratoire se révèle nécessaire si la tumeur est difficilement accessible ou s’il est nécessaire de disposer d’une plus grande quantité de cellules.

L’opération préventive

Très rares, les interventions chirurgicales prophylactiques sont éventuellement indiquées pour certaines précancéroses (côlon, utérus), c’est-à-dire lorsque l’organe présente un amas de cellules en cours de cancérisation.

Si vous avez des doutes ou des appréhensions quant à l’opération qui vous est proposée ou aux éventuelles conséquences qui pourraient en découler, n’hésitez pas à en parler à votre médecin.

Article original: http://www.cancer-chuv.ch/ccl_home/ccl_traitements/ccl_cancer_traitements_page/ccl_traitement_chirurgical-page.htm

A LIRE AUSSI

Cancer colorectal
L’ail, cette plante aux multiples vertus

L’ail, cette plante aux multiples vertus

Antihypertenseur, mais aussi antibactérien et hypolipémiant (abaisse le taux de cholestérol)… L’ail serait...
Lire la suite
Cancer de l'estomac
Rare en Suisse, le cancer de l’estomac est souvent fatal

Rare en Suisse, le cancer de l’estomac est souvent fatal

Le cancer de l'estomac est souvent diagnostiqué trop tard, car ses symptômes se confondent avec de nombreuses...
Lire la suite
Cancer du poumon
immunotherapie_poumon

L’immunothérapie, une arme contre le cancer du poumon

De tous les cancers, celui qui touche les poumons est le plus mortel. Chaque année en Suisse, 3000 personnes...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
 jeuner_pendant_chimiotherapie

Jeûner pendant la chimiothérapie: les avantages à l’étude

De nombreux patients prennent l’initiative de jeûner durant les sessions de chimiothérapie afin de mieux les supporter. Ce procédé a-t-il pour autant des fondements médicaux? Tour d’horizon des études en cours.
traitements_cancers_equipe

Trouver les clés des traitements des cancers devient un travail d’équipe

L’objectif est d’offrir à chacun la thérapie la mieux adaptée à son cancer.
revivre_apres_cancer

Revivre après un cancer

Grâce aux progrès de la médecine, environ un tiers des patients guérissent désormais du cancer. Cependant, reprendre le cours habituel de sa vie est souvent une étape compliquée.
Videos sur le meme sujet

Thyroïde: cancer, traitements et surtraitement

La thyroïde est une petite glande souvent méconnue qui régule tout le métabolisme.

D’une pierre deux coups contre le cancer

Des chercheurs fribourgeois ont compris comment booster le système immunitaire et bloquer les métastases.

Le lien entre microbiote et immunothérapie

Le microbiote, la flore intestinale, n'en finit pas de faire parler de lui.