Cancer: des biomarqueurs pour prédire le succès d'une immunothérapie

Dernière mise à jour 11/01/18 | Audio
Loading the player ...
La moitié environ des patients atteints d'un cancer ne réagit pas à une immunothérapie tout en en subissant les effets secondaires.

Des chercheurs zurichois ont identifié des biomarqueurs sanguins qui pourraient permettre de prédire le succès ou non de ce type de traitement.

Les explications d'Olivier Michielin, chef de l’oncologie personnalisée analytique au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV).

Plus d'infos sur le cancer dans le dossier de RTS Découverte

Une émission CQFD - RTS La Première

A LIRE AUSSI

Cancer de la prostate

Reprise de la sexualité après une prostatectomie

Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez l'homme à partir de 65 ans.
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PS42_INTERVIEW_Dietrich

«L’oncologie a fait plus de progrès en deux décennies qu’en 2000 ans»

Il envisageait de devenir pédiatre, avant d’être happé par l’univers de l’oncologie, ses défis et les rencontres exceptionnelles avec des patientes et des patients frappés par la maladie. À une année de prendre sa retraite, le Pr Pierre-Yves Dietrich, chef du Département d’oncologie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et professeur à la Faculté de médecine de l’Université de Genève (UNIGE), jette un œil dans le rétroviseur de trois décennies de carrière pour se réjouir des progrès actuels, avant de rapidement se tourner vers l’avenir et les combats qu’il souhaite encore mener.
P20-04_cancer_sein_chimiothérapie

Cancer du sein: moins de chimiothérapie

Grâce à la signature génomique de la tumeur, 40 % des chimiothérapies sont aujourd’hui évitées. Du dépistage au suivi thérapeutique, le Centre du sein des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) propose toutes les prestations dans le domaine du cancer du sein.
LMD_cancer_contourner_resistance

Cancer: contourner la résistance

Malgré les progrès scientifiques et l’augmentation constante des taux de rémission, il reste de nombreux cancers non guérissables. De nouveaux traitements, comme l’immunothérapie, pourraient changer la donne, du moins en partie.
Videos sur le meme sujet

Rencontre avec Mikaël Pittet, un spécialiste de l'immunothérapie

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.

Réduire le coût d'un traitement à 370'000 francs

Le Kymriah, un médicament produit en Europe par Novartis, permet d'espérer une prochaine révolution dans le traitement de certains cancers.

Nouvelle piste dans l'immunothérapie

Lʹimmunothérapie est un traitement qui s'appuie et stimule le système immunitaire, afin quʹil attaque les cellules cancéreuses.