Naissances prématurées: les défis se multiplient

Dernière mise à jour 09/04/14 | Article
Naissances prématurées: les défis se multiplient
L’Organisation mondiale de la santé tire la sonnette d’alarme: quinze millions de nouveau-nés naîtraient trop tôt chaque année, et le taux de naissances survenues avant 37 semaines de gestation serait en augmentation à travers le monde. Derrière les chiffres, un problème de santé publique majeur.

Les récents rapports de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dressent un état des lieux inquiétant. Partout dans le monde, les naissances prématurées augmentent, jusqu’à atteindre un taux de prématurité1 avoisinant 11,1% des naissances. Et les chiffres à disposition, partiels, ne révéleraient qu’en partie l’ampleur du phénomène.

Les causes des naissances prématurées empruntent deux chemins distincts selon l’endroit du globe où l’on se trouve: infections, malaria, VIH, taux élevé de grossesses chez les adolescentes, dans les pays pauvres; âge maternel avancé et utilisation croissante d’inducteurs d’ovulation à l’origine de grossesses multiples dans les pays à revenu élevé. S’y ajoutent les déclenchements non justifiés du point de vue médical et les accouchements par césarienne avant terme.

Des causes multiples, teintées de la latitude sous laquelle se déroule la grossesse, qui aboutissent chaque année à un million de décès. Et, chez les nouveau-nés survivants, à des complications potentielles à long terme.

Défis majeurs pour la néonatalogie

Face à cette situation alarmante, l’OMS encourage une politique de soins envers la maternité et les enfants nés prématurément. Parmi les actions préconisées: la poursuite des efforts pour évaluer plus précisément l’ampleur de la prématurité à l’échelle mondiale, l’amélioration des soins et le suivi des femmes enceintes, et la prise en charge spécifique des nouveau-nés. L’accent est également mis sur le soutien nécessaire aux liens parents-enfants et sur l’importance de la recherche pour mieux comprendre les nombreux mécanismes en jeu dans la prématurité.

La néonatalogie se retrouve ainsi face à des défis majeurs. Spécialité de la médecine pédiatrique et intensive, la néonatalogie est dévouée à la prise en charge de tout nouveau-né. En Suisse, les enfants nés prématurément représentent 50 à 60% des admissions dans les centres périnataux de référence.

De remarquables progrès ont été réalisés ces cinquante dernières années, avec pour résultat une plus grande survie des enfants nés prématurément et une diminution des séquelles graves à long terme. Un constat qui se limite toutefois aux pays industrialisés.

En Suisse, une apparente stabilité

Les données publiées par l’Office fédéral des statistiques annoncent pour la Suisse des chiffres stables: un taux de prématurité (gestation inférieure à 37 semaines) de 7,5% des naissances, une proportion de grands prématurés (entre 28 et 31 semaines de gestation) de 0,6%, et de très grands prématurés (entre 22 et 27 semaines) à hauteur de 0,3%. Mais cette constance pourrait n’être qu’apparente. Et pour cause, l’âge de gestation à la naissance n’est recensé en Suisse que depuis le 1er janvier 2007. Un délai encore trop restreint pour en tirer des conclusions significatives.

Impact sur le long terme

Si le nombre de naissances prématurées ne cesse d’augmenter, des améliorations cruciales, portées par les nouvelles technologies, sont attendues pour les années à venir. Parmi elles: stratégies de prévention grâce à la découverte de mécanismes précipitant un accouchement prématuré; dépistage précoce et traitement rapide et ciblé d’infections spécifiques aux nouveau-nés; prévention d’un retard de croissance intra-utérin ou postnatal; nouveaux traitements de soutien respiratoire et circulatoire; techniques innovantes d’imagerie médicale; ou encore découvertes dans les domaines de la génétique et de l’épigénétique.

Au-delà des progrès techniques, une véritable révolution de la pensée médicale serait en marche. L’un de ses préceptes: «l’hypothèse de Barker» qui, dans les années 1990, a interpellé la pensée médicale. A l’aide de vastes études épidémiologiques, le chercheur britannique David Barker et son équipe ont démontré qu’un événement survenant pendant le développement prénatal, ou lors de l’adaptation à la vie extra-utérine, a un impact direct sur la santé à long terme de l’individu, en favorisant le développement de maladies chroniques. Ces pathologies recouvrent une grande partie des maux de notre société actuelle: hypertension artérielle, maladies cardiovasculaires, obésité, diabète.

La recherche se poursuit donc sur les incidences d’une naissance prématurée, pour le nouveau-né et la santé de l’adulte qu’il deviendra. Il n’est ainsi pas impossible que demain, en marge de questions sur nos antécédents familiaux, notre tabagisme éventuel, et notre régime alimentaire, notre médecin s’intéresse aussi à notre développement fœtal, sa durée et les conditions de notre naissance.

1. Le taux de prématurité correspond à une naissance avant 37 semaines de gestation (sur une gestation normale de 39 semaines, soit 41 semaines d’aménorrhée).

«Né trop tôt», un lieu pour en parler

Au début des années 2000 s’est formée en Suisse romande l’association «Né trop tôt». Cette association a pour but de soutenir des parents d’enfants prématurés et œuvre pour ouvrir le dialogue autour de la prématurité.

Association Né trop tôt
Maternité du CHUV, Lausanne
Espace Parents 8° étage
Av. Pierre-Decker 2
1011 Lausanne

Pour en savoir plus:
www.netroptot.ch

Références

Adapté de «Naître trop tôt: un enjeu pour tous les partenaires de la santé, un enjeu de société», Pr Jean-François Tolsa, Lausanne, in Revue médicale suisse, 2014; 10 : 422-3. En collaboration avec l’auteur.

A LIRE AUSSI

Croissance

Des hormones pour grandir

Le retard de croissance des enfants ou des adolescents est parfois dû à un déficit de l’hormone de croissance...
Lire la suite
Haut potentiel
Ces personnes au potentiel hors norme

Ces personnes au potentiel hors norme

Plus qu’un phénomène de librairie, l’intelligence à haut potentiel est une réalité pour environ 2 à 5...
Lire la suite
Être parent
Vérités sur la croissance

Vérités sur la croissance

Beaucoup de parents se préoccupent de la taille de leur enfant. Comme quantité d’idées reçues circulent...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
 uterus_artificiel_agneaux

Un utérus artificiel pour grands prématurés testé sur des agneaux

Pour la première fois, des chercheurs américains ont fait naître des agneaux qui se sont développés pendant quatre semaines hors de l’utérus de leur mère. L’objectif est d’améliorer la survie des grands prématurés humains.
Les personnes âgées ne sont ni «vieilles» ni «fragiles»

Les personnes âgées ne sont ni «vieilles» ni «fragiles»

C’est le message qu’il convient de faire passer auprès d’elles. Car dès qu’elles se voient comme telles, elles le deviennent.
De la douceur pour nourrir les prématurés

De la douceur pour nourrir les prématurés

Les bébés nés prématurément éprouvent souvent de la difficulté à s’alimenter par voie orale de façon autonome. Pour les aider à rétablir une oralité optimale tout en douceur, plusieurs méthodes simples et peu coûteuses ont été identifiées.
Videos sur le meme sujet

L’impact des apports nutritionnels précoces sur le développement cérébral des grands prématurés

Une étude du CHUV dévoile des pistes pour mieux nourrir les grands prématurés.

Le suivi des grands prématurés

Il n'y a pas si longtemps, dans les années 80, on réanimait à tout prix les prématurés, sans penser aux possibles handicaps qui pourraient survenir dans leur développement, tant physique que mental.

Les prématurés n’aiment pas le bruit

Différentes études ont déjà démontré que le bruit affecte le sommeil et le rythme cardiaque des bébés prématurés.