Le goût pour les aliments se développe déjà in utero

Dernière mise à jour 13/09/12 | Le saviez-vouz
Le goût pour les aliments se développe déjà in utero
Cruciales pour le développement futur, les habitudes alimentaires se forment déjà dans le ventre de la mère. Explications.

On le sait, avoir une alimentation variée est tout aussi plaisant pour le palais que bénéfique pour la santé. Or, les préférences gustatives ne sont pas qu’une affaire d’éducation. Les habitudes alimentaires d’un individu sont influencées également par le contexte socioculturel, géographique et … intra-utérin! Des études récentes auraient montré que la sensibilisation aux différentes saveurs se fait déjà dans le ventre de la mère par le biais de ce qu’elle mange. L’Office fédéral de la santé publique, dans sa brochure «L’alimentation durant la grossesse et la période d’allaitement», explique cette «programmation in utero»: «A travers le cordon ombilical et le liquide amniotique, l’enfant entre indirectement en contact avec des substances sapides, qu’il voudra de préférence retrouver après la naissance. Une future mère qui veillera à une alimentation variée s’assurera que l’enfant réagira favorablement à une large palette de denrées. Inversement, si son alimentation est monotone, l’enfant se tournera probablement vers certains aliments précis et aura tendance à refuser des impressions gustatives jusque-là inconnues». L’allaitement, joue également un rôle dans cette sensibilisation gustative dans la mesure où le lait maternel est aromatisé par les aliments que la mère a mangés, alors que le goût du lait en poudre est toujours le même.

Mais le comportement alimentaire et le développement du goût sont complexes et continuent à se mettre en place au-delà du contexte périnatal. Pour la Dre Jastrow Meyer, médecin-adjoint responsable de la salle d’accouchement et des urgences obstétricales aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG): «Ces nouvelles connaissances sont certes intéressantes, mais elles ne devraient en aucun cas induire un stress supplémentaire aux futures mamans, qui ont à cœur d’agir au mieux pour le bien-être de leur enfant».

A LIRE AUSSI

Être parent
Sexualité: quand l’enfant s’éveille

Sexualité: quand l’enfant s’éveille

Les parents se sentent souvent démunis face aux comportements et questions des jeunes enfants qui découvrent...
Lire la suite
Haut potentiel
Ces personnes au potentiel hors norme

Ces personnes au potentiel hors norme

Plus qu’un phénomène de librairie, l’intelligence à haut potentiel est une réalité pour environ 2 à 5...
Lire la suite
Coliques
Bébé

Dix gestes pour apaiser son bébé en cas de coliques ou pour rendre son bébé heureux!

Un bébé qui pleure met ses parents en émoi, les poussant à en chercher la raison: a-t-il faim?
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Les principales infections du sein

Les principales infections du sein

Les femmes souffrent souvent d'une infection du sein. Il s'agit, le plus souvent, d'une mastite ou d'un abcès. Mais l'implant d'une prothèse mammaire peut aussi être à l'origine du problème.
Allergie à l’arachide: la traiter avant la naissance

Allergie à l’arachide: la traiter avant la naissance

Contrairement à ce que l’on croyait les femmes enceintes ne devraient pas éviter de consommer des arachides (ou des noix). Une exposition du fœtus aux allergènes de ces aliments durant la grossesse réduirait le risque ultérieur des manifestations allergiques alimentaires chez l’enfant. Explications.
Les mystères du lait maternel

Les mystères du lait maternel

L’allaitement fait toujours l’objet de nombreuses croyances. La science n’a pas fini d’éclairer ses mystères.
Videos sur le meme sujet

Les familles en pleine évolution

On sait que le stress, la surcharge de travail, la fatigue, le divorce, la charge familiale peuvent avoir un impact majeur sur la santé.

Homophobie: la face cachée d’une discrimination

Tous les jours, des garçons et des filles sont victimes d’injures ou d’actes à caractère homophobe. Les jeunes homosexuels ont de 2 à 5 fois plus de risques de commettre une tentative de suicide.

Dyslexie: les nouvelles pistes

Ils sont entre 8 et 10 % de la population, et ils ont longtemps passé pour des paresseux ou des incapables.