Une bonne hygiène de vie: le meilleur remède contre les maladies hivernales?

Dernière mise à jour 14/10/20 | Article
GEN20_hygiène_vie_maladies_hivernales
Cure de vitamines, remèdes homéopathiques et autres compléments alimentaires n’ont pas démontré leur efficacité pour stimuler l’immunité avant la saison froide. Manger sainement, bouger et garder le moral suffisent.

Qui dit automne et hiver dit bien souvent nez qui coule, gorge qui démange et frissons de fièvre. Si nous tombons plus facilement malades en hiver, c’est surtout parce que nous sommes davantage confinés dans des espaces clos, ce qui permet aux virus de se transmettre facilement d’une personne à une autre. Et il en va de même pour les infections bactériennes: rien de tel qu’un réveillon de Noël pour faire circuler la gastroentérite du petit dernier chez tous les membres de la famille. Promiscuité, bises et autres accolades font en effet le bonheur des virus et des bactéries. Mais ce n’est pas tout: «Une théorie, parmi plusieurs qui ont été postulées mais pas confirmées, est que lorsqu’il fait froid, le nez a tendance à couler davantage à cause des changements de température auxquels nous le soumettons en allant à l’extérieur, puis à l’intérieur, explique le Dr David Spoerl, médecin spécialiste en immunologie et allergologie au centre Medbase de Lausanne Gare. Comme les virus se propagent via les gouttelettes, plus il y en a dans l’air, plus la transmission d’une personne à l’autre est facile.» Conclusion de cette théorie: on ne peut pas «attraper froid», mais juste attraper un virus! À noter aussi que lorsque l’air est froid et sec, les virus responsables des refroidissements survivent plus longtemps à l’extérieur du corps. Ce qui augmente encore leur chance de contaminer un grand nombre d’individus.

Mais inutile de rester cloîtrés: «Plus notre corps a d’interactions diverses avec le monde extérieur, plus il est entraîné à se défendre, explique le Pr François Spertini, médecin-chef au Service d’immunologie et allergie du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV). Se balader à l’air libre, en hiver comme en été, ne peut que faire du bien au système immunitaire et au moral. Par ailleurs, la dépression diminue les défenses. Avoir une attitude positive nous protège contre les maladies, tout comme exercer une activité physique modérée. La sédentarité n’est clairement pas bénéfique pour la santé.»

Ce qui fait la différence: une alimentation saine et équilibrée

Le microbiote: un allié

Dans le système digestif se trouvent une grande quantité de bactéries, champignons et autres micro-organismes. Cet ensemble correspond au fameux microbiote, qui joue un rôle indispensable à la digestion, mais semble aussi travailler en étroite collaboration avec les cellules du système immunitaire. Il n’y a d’ailleurs pas que le tube digestif qui est colonisé par de bonnes bactéries. Les muqueuses qui tapissent le nez et la gorge le sont aussi. « Le microbiote des muqueuses est en contact avec le monde extérieur et joue un rôle extrêmement important pour nous défendre contre les virus, explique le Pr François Spertini, médecin-chef au Service d’immunologie et allergie du CHUV. Raison pour laquelle il faut se tenir le plus loin possible des antibiotiques qui tuent les mauvaises comme les bonnes bactéries. » Les poumons ont également un microbiote qui influence la santé et leur résistance aux infections hivernales.

 Les deux spécialistes insistent sur l’importance d’une bonne hygiène de vie pour se prémunir des maladies. «Faire une cure de vitamine C en automne ne sert à rien. Ce qui fait la différence, c’est une alimentation saine et équilibrée qui permet de couvrir nos besoins vitaminiques, entre autres, précise le Pr Spertini. L’alimentation la plus saine pour notre organisme est celle qui suit le fameux régime méditerranéen ou crétois (lire encadré). En revanche, la dénutrition tout comme un régime qui exclut totalement certains types d’aliments, affectent le bon fonctionnement du système immunitaire.» Vitamines, antioxydants, mais aussi oligo-éléments, sont indispensables à notre bonne santé et favorisent un meilleur équilibre immunologique. Mais tomber malade en hiver n’est pas une fatalité pour la grande majorité d’entre nous. «Notre système immunitaire a besoin d’être en contact avec les pathogènes, poursuit François Spertini. C’est ainsi qu’il crée ses défenses et qu’il peut combattre les maladies efficacement. Certains patients viennent me voir en ayant l’impression d’attraper tous les virus qui traînent, mais tant que l’infection reste peu sévère, c’est plutôt bon signe. Cela démontre que le corps sait se défendre.» Il n’existe pas de remède miracle pour éviter de tomber malade, seules les règles d’hygiène et de distanciation s’avèrent efficaces pour tout le monde. «Certaines études montrent l’efficacité d’une cure d’échinacée pour prévenir les maladies virales hivernales des voies respiratoires, explique David Spoerl. Malheureusement, chez certains patients, la stimulation du système immunitaire peut s’avérer délétère, en particulier en présence d’une maladie auto-immune sous-jacente, raison pour laquelle je ne recommande pas ce type de cure à tout le monde, mais je favorise une approche personnalisée.»

Personnes âgées plus fragiles

Plus on avance en âge, plus l’organisme a tendance à perdre de son efficacité dans plusieurs registres: vue qui baisse, ouïe moins performante, etc. C’est aussi valable pour le système immunitaire, qui présente des dysfonctionnements touchant autant la défense anti-infectieuse que la tolérance à certaines substances. «Chez les personnes âgées, qui souffrent souvent d’autres pathologies sous-jacentes, les virus de la grippe ou du rhume peuvent causer des surinfections bactériennes, explique David Spoerl. Ces dernières peuvent aboutir à des complications graves, raison pour laquelle il faut être davantage prudents en vieillissant.» Se laver les mains régulièrement, éviter les contacts physiques rapprochés tels que bises et autres effusions de tendresse avec des personnes enrhumées sont des précautions qui aident à ne pas contracter l’un des 200 virus responsables du rhume. Et si, malgré ces précautions, vous contractez une rhinite (inflammation du nez) ou une rhinopharyngite (inflammation du nez et du haut de la gorge), veillez à bien vous hydrater. Un thé avec du miel pour adoucir la gorge ou simplement de l’eau en grande quantité aident à passer cette période désagréable. Pour soulager le nez bouché, les rinçages au sérum physiologique sont très efficaces.

Ne pas négliger son assiette, ni son carnet de vaccination

Si la poudre de perlimpinpin censée nous protéger contre les virus et autres bactéries n’existe pas, nous avons toutefois la possibilité d’agir en adoptant une alimentation saine. Le régime méditerranéen (ou crétois) fait la part belle aux fruits et légumes riches en antioxydants, ces fameuses molécules qui luttent contre le vieillissement des cellules. C’est également une diète riche en acides gras mono-insaturés (les fameux oméga 9 présents dans l’huile d’olive et bons pour le cœur), en acides gras poly-insaturés (dont font partie les oméga 3 contenus dans les poissons gras, l’huile de colza ou encore les noix) et pauvre en acides gras saturés. Les céréales complètes viennent s’ajouter à cette diète excellente pour la santé. Parmi ses bienfaits: elle protège des risques d’accidents cardiovasculaires, permet une régulation efficace de la glycémie, amène les vitamines et micronutriments essentiels au bon fonctionnement de l’organisme. Et ce n’est pas tout: c’est un régime savoureux et varié.

Une fois votre assiette bien remplie, reste à bouger suffisamment pour garder la forme.

Autre précaution: s’assurer que ses vaccins sont à jour et faire celui contre la grippe chaque année. Une bonne solution pour passer l’hiver sans consulter son médecin!

____________

Paru dans Générations, Hors-série « Booster sa forme – Conseils experts », Octobre 2020.

A LIRE AUSSI

Asthme
La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

L’automne et l’hiver venant, nous allons à nouveau être secoués par des quintes de toux. Un rhume, une...
Lire la suite
Arthrose
Genou douloureux: ses causes et ses traitements

Genou douloureux: ses causes et ses traitements

Avoir mal aux genoux est fréquent. Cette articulation est en effet particulièrement sujette aux traumatismes,...
Lire la suite
Allergies (autres)
reactions_allergiques_localisees

Réactions allergiques: reconnaître les manifestations localisées

Dans la majorité des cas, les manifestations de l’allergie se limitent au site d’agression de l’allergène...
Lire la suite