Soigner la dépression par de nouvelles approches

Dernière mise à jour 09/07/12 | Article
Œil sombre avec larme
Lorsque le malade dépressif ne répond pas à une ou plusieurs thérapies, de nouveaux traitements de stimulation cérébrale pourraient être une alternative intéressante.

Le trouble dépressif unipolaire compte parmi les maladies ayant le plus grand impact négatif en termes du nombre d’années de vie perdues et de souffrance engendrée. La dépression est traditionnellement traitée par une psychothérapie, par des médicaments, et en dernier recours, au moyen d’une thérapie par électroconvulsion. Le traitement pharmacologique est considéré comme essentiel et efficace pour la majorité des patients souffrant de dépression d’intensité moyenne et sévère. La définition de la dépression résistante au traitement se résume en termes simples. Le mal est considéré comme résistant après deux traitements avec des médicaments de classes différentes, de durée et de dosage adéquats, sans obtenir un effet acceptable.

Dans le cadre de pathologies résistantes, plusieurs méthodes de stimulation électrique ou magnétique du cerveau ont été évaluées. Seule l’électroconvulsion, qui est utilisé depuis environ 70 ans déjà avec des améliorations continuelles, est actuellement considérée comme efficace et sûre. Elle consiste à faire passer un courant alternatif entre deux électrodes placées de part et d’autre du crâne, de façon à provoquer une convulsion. Elle est administrée trois fois par semaine, en général dans le cadre d’un protocole de douze séances, sous anesthésie complète et myorelaxation. En raison d’un risque de rechutes élevées, un traitement médicamenteux préventif ou des séances de maintien sont recommandés.

Dans le domaine du traitement des troubles mentaux, on assiste depuis environ quinze ans au développement d’une nouvelle approche avec un potentiel thérapeutique intéressant: les techniques de neurostimulation ayant fait leurs preuves dans différents domaines de la neurologie. Très peu de patients souffrant d’une dépression sévère bénéficient de ces approches thérapeutiques.

Stimulation cérébrale

Les stimulations magnétique transcrânienne (SMT), du nerf vague, cérébrale profonde (deep brain stimulation, DBS) sont des méthodes de stimulation locale avec des cibles anatomiques précises dont les procédures sont bien maîtrisées et bénéficiant d’une expérience importante dans le domaine de la neurologie.

La SMT est une méthode non invasive ne nécessitant aucune anesthésie et ayant un profil d’effets secondaires très favorable. Un traitement par SMT est approuvé par la Food and Drug Administration (FDA) aux Etats-Unis comme traitement de la dépression majeure n’ayant pas répondu à un essai pharmacologique correctement conduit. Cette technique consiste à envoyer des ondes magnétiques sur des zones superficielles du cortex cérébral régulant ensuite un ensemble de structures nerveuses.

Notons également deux thérapies prometteuses mais encore à l’état de tests cliniques. Il s’agit de la stimulation du nerf vague (VNS), qui reste toutefois controversée et la stimulation cérébrale profonde (DBS) qui reste du domaine expérimental. Ces techniques ont été d’abord introduites pour traiter certaines formes d’épilepsie et des troubles du mouvement, comme la maladie de Parkinson.

Ce type de traitement invasif ne peut être envisagé que par une équipe pluridisciplinaire regroupant un psychiatre spécialisé dans le traitement des troubles anxieux et de l’humeur, un chirurgien expérimenté ainsi qu’un clinicien spécialiste du matériel de stimulation (neurologue, neurochirurgien, psychiatre).

Parmi les méthodes de stimulation électrique ou magnétique du cerveau, seule l’électro-convulsivothérapie est actuellement considérée comme efficace et sûre, principalement comme traitement de certaines formes de dépression. La VNS et la DBS constituent des traitements prometteurs, mais  la recherche clinique devra encore s’atteler à préciser la place de ces nouvelles techniques dans l’arsenal thérapeutique. L’avantage de la VNS et de la DBS pourrait être leur efficacité à long terme, ce qui justifierait un traitement coûteux et nécessitant une prise en charge hautement spécialisée.

Référence

Adapté de M. Kosel et A. Berney, «Dépression résistant au traitement: enjeux, thérapie et place des nouvelles approches de neurostimulation», in Revue médicale suisse, n° 339, mai 2012, 942-945, en collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Asthme
La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

L’automne et l’hiver venant, nous allons à nouveau être secoués par des quintes de toux. Un rhume, une...
Lire la suite
Hernie discale
Neuf hernies discales sur dix se soignent sans chirurgie

Neuf hernies discales sur dix se soignent sans chirurgie

Quand faut-il alors s’alarmer si on souffre d'une hernie discale? Et surtout, quels sont les risques...
Lire la suite
BPCO
Toux chronique de l’adulte: mieux vaut consulter

Toux chronique de l’adulte: mieux vaut consulter

La toux chronique, qui dure depuis plus de huit semaines, fait partie des motifs de consultation les...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
djoko_blues_deprime

Le «Djoko blues», ou la déprime des sportifs qui ont tout gagné

Et si le fait de tout gagner était ce qui peut arriver de pire à un sportif? Novak Djokovic est en perte de motivation depuis qu’il a remporté le seul grand trophée qu’il lui manquait. Décryptage.
apports_hormones_thyroide

Les apports d’hormones ne sont pas efficaces à tous les coups

Une étude européenne dévoile que les personnes âgées, souvent atteintes d’une affection dite infraclinique, ne tirent pas forcément profit d’une supplémentation en hormones thyroïdiennes.
prevention_mode d'emploi

Prévention, mode d’emploi

L’idée de la prévention est, en fonction de l’âge, de repérer ce qui nous prédispose à une possible maladie. Puis, plus tard dans la vie, d'aller chercher les indices du développement éventuel de cette pathologie. Et, une fois qu’elle a pu être prise en charge et soignée, éviter qu’elle ne revienne. Les médecins parlent respectivement, pour ces trois étapes, de prévention primaire, secondaire et tertiaire. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), un mode de vie sain permet d’éviter ou de retarder l’apparition des maladies non transmissibles (tels que cancer, diabète, maladies cardio-vasculaires) dans plus de 50% des cas. Dans les faits, comment insuffler de la prévention dans sa vie? L’affaire est plus simple qu’il n’y paraît.
Videos sur le meme sujet

Gros plan sur la dépression

Les spécialistes estiment que 6 % de la population des pays occidentaux souffrent de dépression.

La prévention du suicide à la une

Toutes les 3 secondes, une personne dans le monde tente de se suicider et un décès par suicide est enregistré toutes les 40 secondes, c’est plus que l’ensemble des personnes tuées par les guerres et les catastrophes naturelles.
Maladies sur le meme sujet
Personne seule

Dépression

La dépression peut se manifester par une tristesse, un manque de plaisir et d'énergie, mais aussi par des changements dans le sommeil, l'appétit ou le poids.

Symptômes sur le meme sujet
La tristesse

Dépression

Je pleure souvent / je n’ai pas le moral / je suis déprimé(e)