Simple déprime ou vraie dépression ?

Dernière mise à jour 19/06/13 | Article
Simple déprime ou vraie dépression ?
Dans les journaux et les conversations quotidiennes, le mot «dépression» fait partie de ceux que l’on entend souvent. Pourtant la maladie reste largement sous-diagnostiquée.

Idées noires, repli sur soi, humeur en chute libre ou fatigue, la dépression est une maladie qui affecte aussi bien le corps que l’esprit. Longtemps considérée comme uniquement psychologique, on sait aujourd’hui que la dépression est une «vraie» maladie où interviennent des mécanismes biologiques et psychologiques qui s’influencent réciproquement.

Un deuil, un stress intense, un surmenage, des difficultés conjugales, familiales ou professionnelles, les déclencheurs d’une dépression peuvent être nombreux et sont souvent d’ordre psychosocial. Ces stresseurs vont retentir sur la chimie du cerveau, et entraîner un épuisement. A l’inverse, une vulnérabilité biologique à la dépression aura des conséquences psychiques. C’est la «spirale négative».

Mais pourquoi cela m’arrive à moi ?

Tout le monde peut un jour ou l’autre traverser un épisode dépressif, mais nous ne sommes pas égaux face aux risques de dépression. Notre histoire personnelle aussi bien que notre patrimoine génétique jouent un rôle dans notre vulnérabilité face à la maladie. Ce qu’il faut retenir, c’est que la dépression est une maladie touchant le cerveau et qu’il n’y a pas lieu de culpabiliser. Si vous êtes dépressif, vous n’êtes pas le seul! Une femme sur cinq et un homme sur dix sont touchés une fois dans leur vie par la maladie.

Le saviez-vous ?

Santé mentale et immunité: deux systèmes qui communiquent

Des chercheurs ont mis en évidence un lien entre état dépressif et fragilisation du système immunitaire. Ainsi, les personnes souffrant de dépression produiraient moins d’anticorps et seraient plus vulnérables face à certaines maladies infectieuses notamment. A l’inverse, on sait que certaines infections peuvent favoriser la dépression.

Est-ce vraiment une dépression ?

La maladie n’est pas toujours facile à identifier. Elle peut prendre des formes diverses et se cacher derrière des symptômes physiques, tels que maux de tête ou douleurs dorsales. Il peut également ne s’agir «que» d’un petit passage à vide ou d’une difficulté temporaire à faire face à une nouvelle situation, sans qu’il s’agisse forcément d’une dépression.

Parmi les symptômes fréquents, on trouve la tristesse, une perte d’intérêt et de plaisir, un manque d’énergie, une incapacité à se réjouir, des troubles du sommeil et de l’appétit, un sentiment d’impuissance, des difficultés à prendre des décisions, à se concentrer et à se projeter dans l’avenir, des idées noires, des douleurs inexpliquées, etc.

Pour considérer qu’il s’agit d’une dépression, ces critères doivent être présents tous les jours pendant au moins deux semaines consécutives. Si vous pensez souffrir de dépression, le mieux est d’en parler à un professionnel.

Est-ce que je dois aller voir un psy ?

Oui et non. Dans un premier temps, il est important de se tourner vers un professionnel de confiance, comme par exemple votre généraliste. L’important est de se sentir écouté et que la prise en charge de la maladie se fasse dans le cadre d’une relation de soutien et d’entretiens réguliers. Une dépression ne se soigne pas uniquement grâce à la prescription de médicaments. Une psychothérapie peut permettre d’aller plus loin, de comprendre les événements qui ont déclenché la maladie. Elle contribuera surtout à restaurer l’estime de soi et aidera à développer
des stratégies pour mieux gérer certaines situations «à risque» et prévenir ainsi les rechutes.

Est-ce que je vais guérir ?

La dépression, une fois prise en charge, se soigne en général très bien et les traitements existants sont nombreux. Soigner la maladie peut toutefois être un processus de longue haleine et les risques de rechute existent. Le traitement dépend de la forme, de l’intensité et de la durée de la maladie, il varie donc d’une personne à une autre. Trouver un traitement qui vous corresponde peut demander du temps et plusieurs essais, il est donc important d’être suivi par un professionnel.

Dépression ou burnout?

Il n’est parfois pas simple de distinguer dépression et burnout, les symptômes étant relativement les mêmes. Toutefois, la spécificité du burnout est qu’il est généré par des situations de surcharge ou de mal-être au travail. De manière générale, les périodes de congé améliorent donc l’humeur de la personne souffrant de burnout, alors que pour une personne souffrant de dépression, les arrêts de travail peuvent au contraire augmenter son sentiment de culpabilité.

  

Référence

Adapté de :

J'ai envie de comprendre... la dépression, Suzy Soumaille, Guido Bondolfi, Gilles Bertschy, éditions Médecine et Hygiène, 2012

La dépression masculine. Comprendre et faire face, Théodore Hovaguimian, en collaboration avec Philippe Barraud, éditions Médecine et Hygiène, 2013.

A LIRE AUSSI

Asthme
La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

L’automne et l’hiver venant, nous allons à nouveau être secoués par des quintes de toux. Un rhume, une...
Lire la suite
Hernie discale
Neuf hernies discales sur dix se soignent sans chirurgie

Neuf hernies discales sur dix se soignent sans chirurgie

Quand faut-il alors s’alarmer si on souffre d'une hernie discale? Et surtout, quels sont les risques...
Lire la suite
BPCO
Toux chronique de l’adulte: mieux vaut consulter

Toux chronique de l’adulte: mieux vaut consulter

La toux chronique, qui dure depuis plus de huit semaines, fait partie des motifs de consultation les...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
djoko_blues_deprime

Le «Djoko blues», ou la déprime des sportifs qui ont tout gagné

Et si le fait de tout gagner était ce qui peut arriver de pire à un sportif? Novak Djokovic est en perte de motivation depuis qu’il a remporté le seul grand trophée qu’il lui manquait. Décryptage.
apports_hormones_thyroide

Les apports d’hormones ne sont pas efficaces à tous les coups

Une étude européenne dévoile que les personnes âgées, souvent atteintes d’une affection dite infraclinique, ne tirent pas forcément profit d’une supplémentation en hormones thyroïdiennes.
prevention_mode d'emploi

Prévention, mode d’emploi

L’idée de la prévention est, en fonction de l’âge, de repérer ce qui nous prédispose à une possible maladie. Puis, plus tard dans la vie, d'aller chercher les indices du développement éventuel de cette pathologie. Et, une fois qu’elle a pu être prise en charge et soignée, éviter qu’elle ne revienne. Les médecins parlent respectivement, pour ces trois étapes, de prévention primaire, secondaire et tertiaire. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), un mode de vie sain permet d’éviter ou de retarder l’apparition des maladies non transmissibles (tels que cancer, diabète, maladies cardio-vasculaires) dans plus de 50% des cas. Dans les faits, comment insuffler de la prévention dans sa vie? L’affaire est plus simple qu’il n’y paraît.
Videos sur le meme sujet

Gros plan sur la dépression

Les spécialistes estiment que 6 % de la population des pays occidentaux souffrent de dépression.

La prévention du suicide à la une

Toutes les 3 secondes, une personne dans le monde tente de se suicider et un décès par suicide est enregistré toutes les 40 secondes, c’est plus que l’ensemble des personnes tuées par les guerres et les catastrophes naturelles.

Gros plan sur la dépression et les nouveaux traitements

Les spécialistes estiment que 6 % de la population des pays occidentaux souffrent de dépression.
Maladies sur le meme sujet
Personne seule

Dépression

La dépression peut se manifester par une tristesse, un manque de plaisir et d'énergie, mais aussi par des changements dans le sommeil, l'appétit ou le poids.

Symptômes sur le meme sujet
La tristesse

Dépression

Je pleure souvent / je n’ai pas le moral / je suis déprimé(e)