Pour prévenir le risque de dépression, bougeons!

Dernière mise à jour 31/10/17 | Article
prevenir_depression_bougeons
Une étude d’une ampleur sans précédent confirme que la pratique régulière d’un exercice physique (même d’intensité modérée) est de nature à prévenir le risque de dépression.

Nous sommes encore loin d’avoir saisi toute la complexité des rapports entre le corps et la psyché. Une nouvelle preuve en est apportée avec un vaste travail qui démontre tout l’intérêt que l’on peut apporter à l’activité physique dans la prévention de la dépression. Ce travail vient d’être publié dans l’American Journal of Psychiatry1. Il s’agissait pour les auteurs de déterminer si l'exercice physique conférait ou non une protection contre la dépression et l'anxiété ; et, si oui, de préciser l'intensité et la quantité d'exercice requis pour obtenir une telle protection. Au final, l’analyse des données a montré que 12% des cas de dépression auraient pu être évités si les participants avaient effectué ne serait-ce qu'une heure d'activité physique chaque semaine.

Effet préventif

En 2013 déjà, une étude avait conclu, avec précaution, à un effet du sport équivalent à celui d’un traitement antidépresseur. Il s’agissait d’une revue des travaux menés dans ce domaine (une «revue Cochrane») établissant qu’en l’absence de traitement, les personnes dépressives tiraient un léger bénéfice de l'activité physique, comparées à celles qui n'en pratiquaient pas. Dirigé par Gary Cooney (service de psychiatrie, Royal Edinburgh Hospital, Royaume-Uni), ce travail avait toutefois été mené sur un faible nombre d'essais de petite taille.

En Grande Bretagne, des recommandations du National Health Service (NHS) suggéraient déjà que l'exercice pourrait être une alternative préventive. En 2010, une première «revue Cochrane» avait, elle aussi, suggéré que l'exercice pouvait réduire les symptômes de la dépression mais que l'effet était limité. «Au total, les auteurs de l’étude de 2013 ont inclus 39 études colligeant les données de 2326 participants, précisait le site Medscape France. Au final ils indiquent que leur analyse ne permet pas de conclure avec certitude au bénéfice de l'activité physique sur la qualité de vie des patients dépressifs. Ils appellent à ce que de nouvelles recherches étudient quels types d'activité pourraient bénéficier au mieux aux patients dépressifs et soulignent que des essais de plus grande taille sont nécessaires pour savoir si l'activité physique est "aussi efficace que les antidépresseurs ou les psychothérapies".» 

Leur souhait est exaucé avec la publication d’un travail de grande ampleur mené sur la base d’une cohorte prospective norvégienne, suivie en collaboration avec des chercheurs britanniques de l’étude dite «HUNT» (pour «Health Study of Nord-Trøndelag County»). Un travail dont les résultats montrent qu’une faible quantité d’activité physique est associée à une incidence significativement moindre de dépression.

«L’étude HUNT a commencé entre 1984 et 1986, avec le recrutement de résidents du comté norvégien de Nord-Trøndelag, âgés d’au moins 20 ans, précise le site Medscape France. Ces participants ont rempli des questionnaires sur leur mode de vie et leurs antécédents médicaux, et subi un examen médical. Les auteurs soulignent que ces questionnaires permettaient d’apprécier l’intensité de l’exercice physique au travers de questions sur l’essoufflement et la transpiration. A ainsi été constituée une cohorte de près de 34’000 adultes, qui ne présentaient aucun symptôme des affections psychiatriques les plus fréquentes, et aucun handicap limitant leurs aptitudes physiques. Cette cohorte a été suivie de manière prospective durant 11 ans.»

Il en ressort que les personnes ayant, au départ, indiqué ne faire aucun exercice présentaient un risque de dépression accru de 44% par rapport aux sujets pratiquant 1 à 2 heures d’exercice par semaine. Cet effet «protecteur» est observé chez les deux sexes, et pour un âge initial inférieur ou supérieur à 50 ans. A souligner: à la différence de la dépression, l’anxiété ne semble pas être liée à la pratique de l’activité physique.

________

1. «Exercise and the Prevention of Depression: Results of the HUNT Cohort Study»

American Journal of Psychiatry October 03, 2017 DOI: 10.1176/appi.ajp.2017.16111223

A LIRE AUSSI

Asthme
La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

L’automne et l’hiver venant, nous allons à nouveau être secoués par des quintes de toux. Un rhume, une...
Lire la suite
Arthrose
Genou douloureux: ses causes et ses traitements

Genou douloureux: ses causes et ses traitements

Avoir mal aux genoux est fréquent. Cette articulation est en effet particulièrement sujette aux traumatismes,...
Lire la suite
Allergies (autres)
reactions_allergiques_localisees

Réactions allergiques: reconnaître les manifestations localisées

Dans la majorité des cas, les manifestations de l’allergie se limitent au site d’agression de l’allergène...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
depression_ketamine_spray

Dépression: la kétamine en spray nasal arrive sur le marché

Cela faisait des années qu’il n’y avait pas eu du nouveau dans la famille des antidépresseurs. La kétamine, fraîchement débarquée aux États-Unis, fait figure de révolution.

Le yoga, une arme contre la dépression?

Traitement alternatif désormais reconnu, le yoga peut aider pour contrer certains symptômes associés à la dépression. Plongée dans l’univers du souffle et des postures.
depression_masculine_visage

La dépression masculine, un autre visage

La dépression est l’une des maladies psychiatriques les plus courantes. Les femmes demeurent les plus touchées et leurs symptômes sont facilement reconnaissables. Mais il semble en être tout autrement des hommes, chez qui la maladie se manifeste de façon singulière.
Videos sur le meme sujet

Des bactéries intestinales pourraient jouer un rôle dans la dépression

Des bactéries présentes dans l'intestin pourraient avoir un impact sur la probabilité de souffrir de dépression.

Un spray nasal contre la dépression

Traiter la dépression comme on soigne un rhume, grâce à un spray nasal, est-ce possible?

Des électrochocs contre la dépression

L’électroconvulsivothérapie jouit d’une mauvaise réputation, notamment en raison de ses usages brutaux pratiqués par le passé. Pourtant, cette technique peut donner de l’espoir aux patients souffrant d’une dépression profonde et que rien ne soulage.
Maladies sur le meme sujet
Personne seule

Dépression

La dépression peut se manifester par une tristesse, un manque de plaisir et d'énergie, mais aussi par des changements dans le sommeil, l'appétit ou le poids.

Symptômes sur le meme sujet
La tristesse

Dépression

Je pleure souvent / je n’ai pas le moral / je suis déprimé(e)