L’impact des antidépresseurs sur les «sentiments amoureux» des hommes et des femmes

Dernière mise à jour 15/01/15 | Article
L’impact des antidépresseurs sur les «sentiments amoureux» des hommes et des femmes
Des chercheurs italiens se sont intéressés à certains effets secondaires peu connus des médicaments contre la dépression. Voici leurs résultats.

C’est une étude originale qui vient d’être présentée au 27e congrès du Collège européen de neuropsychopharmacologie organisé à Berlin. Elle a été menée par le Pr Donatella Marazziti, spécialiste de psychiatrie (Université de Pise, Italie). Ce travail vient par ailleurs d’être publié dans une revue spécialisée(1).

«Sex» and «Love»

En marge des difficultés proprement «sexuelles» pouvant être associées à la consommation des antidépresseurs, le Pr Marazziti s’est intéressée à l’impact de ces médicaments sur les «sentiments amoureux». Un domaine qui n’avait, jusqu’ici, pratiquement jamais été étudié. Ce travail tente de faire la part entre ce qui est du ressort de la «sexualité» et ce qui est de l’ordre du «sentiment amoureux». Ce qui peut être perçu comme une petite révolution dans le champ de la sexologie.

La spécialiste et ses collaborateurs ont mené leurs travaux auprès de 192 personnes adultes souffrant de dépression (légère à modérée) chez lesquelles des antidépresseurs avaient été prescrits. Il s’agissait de 123 femmes et de 69 hommes âgés de 30 à 50 ans. Les chercheurs ont soumis les volontaires au «Sex-Attachment-Love Test (SALT)», un questionnaireen trois parties sur la sexualité, l’attachement et les sentiments amoureux.

Différences de genre

Les résultats obtenus montrent qu’hommes et femmes ne réagissent pas de la même manière aux antidépresseurs. Ainsi, les effets négatifs sur la sexualité et sur les sentiments amoureux diffèrent entre les deux sexes. De manière schématique on peut dire que les dysfonctionnements étaient plus élevés chez les femmes qui prenaient des antidépresseurs dits «tricycliques» que chez les hommes. Il apparaît aussi une plus grande «atténuation des sentiments» chez les hommes prenant des antidépresseurs de la catégorie «inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine» (ISRS) que chez les femmes.

La donnée la plus surprenante du travail est (peut-être) que, en comparaison des femmes, les hommes sont plus affectés sur le plan émotionnel que sur le plan strictement sexuel. Les ISRS semblent provoquer plus de troubles émotionnels que les antidépresseurs tricycliques chez les hommes. Les femmes sous antidépresseurs semblent quant à elles, «préservées» de cet effet secondaire.

Pour le Pr Donatella Marazziti il ne fait aucun doute que cette recherche doit être poursuivie et approfondie.

_________

1 Un résumé (en anglais) de ce travail est disponible ici.

A LIRE AUSSI

Asthme
La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

L’automne et l’hiver venant, nous allons à nouveau être secoués par des quintes de toux. Un rhume, une...
Lire la suite
Hernie discale
Neuf hernies discales sur dix se soignent sans chirurgie

Neuf hernies discales sur dix se soignent sans chirurgie

Quand faut-il alors s’alarmer si on souffre d'une hernie discale? Et surtout, quels sont les risques...
Lire la suite
BPCO
Toux chronique de l’adulte: mieux vaut consulter

Toux chronique de l’adulte: mieux vaut consulter

La toux chronique, qui dure depuis plus de huit semaines, fait partie des motifs de consultation les...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
prevention_mode d'emploi

Prévention, mode d’emploi

L’idée de la prévention est, en fonction de l’âge, de repérer ce qui nous prédispose à une possible maladie. Puis, plus tard dans la vie, d'aller chercher les indices du développement éventuel de cette pathologie. Et, une fois qu’elle a pu être prise en charge et soignée, éviter qu’elle ne revienne. Les médecins parlent respectivement, pour ces trois étapes, de prévention primaire, secondaire et tertiaire. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), un mode de vie sain permet d’éviter ou de retarder l’apparition des maladies non transmissibles (tels que cancer, diabète, maladies cardio-vasculaires) dans plus de 50% des cas. Dans les faits, comment insuffler de la prévention dans sa vie? L’affaire est plus simple qu’il n’y paraît.
 hovaguimian_depression_hommes

«En proie à la dépression, les hommes compensent souvent par un excès de virilité.»

On savait la dépression personnelle, complexe, organique autant que psychologique, on la découvre sexuée. Portrait de la dépression masculine avec le Dr Théodore Hovaguimian, psychiatre et psychothérapeute*.
Santé_au_masculin

Les hommes ont une moins bonne santé que les femmes

En moyenne, la population masculine est plus vulnérable en termes de santé, et son espérance de vie, bien qu’elle tende à augmenter en Suisse, reste plus courte que celle des femmes. Pourquoi?
Videos sur le meme sujet

Le syndrome de l’imposteur

Adrien Zerbini consacre un dossier au syndrome de l’imposteur, une dépréciation de soi qui concerne de très nombreuses personnes.

Détresse existentielle: la société peut aider

Notre vision de la vie peut changer, parfois jusqu'à devenir plus noir que les ténèbres. La détresse existentielle est un mal actuel dans notre société, et de l'aide existe pour y faire face. Sandrine Astori nous aide à y voir plus clair.

Psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent

La dépression du post-partum et la dépression chez l'enfant et l'adolescent sont encore trop souvent méconnues. Explications dans cette vidéo.
Maladies sur le meme sujet
Personne seule

Dépression

La dépression peut se manifester par une tristesse, un manque de plaisir et d'énergie, mais aussi par des changements dans le sommeil, l'appétit ou le poids.

Symptômes sur le meme sujet
La tristesse

Dépression

Je pleure souvent / je n’ai pas le moral / je suis déprimé(e)