L’impact des antidépresseurs sur les «sentiments amoureux» des hommes et des femmes

Dernière mise à jour 15/01/15 | Article
L’impact des antidépresseurs sur les «sentiments amoureux» des hommes et des femmes
Des chercheurs italiens se sont intéressés à certains effets secondaires peu connus des médicaments contre la dépression. Voici leurs résultats.

C’est une étude originale qui vient d’être présentée au 27e congrès du Collège européen de neuropsychopharmacologie organisé à Berlin. Elle a été menée par le Pr Donatella Marazziti, spécialiste de psychiatrie (Université de Pise, Italie). Ce travail vient par ailleurs d’être publié dans une revue spécialisée(1).

«Sex» and «Love»

En marge des difficultés proprement «sexuelles» pouvant être associées à la consommation des antidépresseurs, le Pr Marazziti s’est intéressée à l’impact de ces médicaments sur les «sentiments amoureux». Un domaine qui n’avait, jusqu’ici, pratiquement jamais été étudié. Ce travail tente de faire la part entre ce qui est du ressort de la «sexualité» et ce qui est de l’ordre du «sentiment amoureux». Ce qui peut être perçu comme une petite révolution dans le champ de la sexologie.

La spécialiste et ses collaborateurs ont mené leurs travaux auprès de 192 personnes adultes souffrant de dépression (légère à modérée) chez lesquelles des antidépresseurs avaient été prescrits. Il s’agissait de 123 femmes et de 69 hommes âgés de 30 à 50 ans. Les chercheurs ont soumis les volontaires au «Sex-Attachment-Love Test (SALT)», un questionnaireen trois parties sur la sexualité, l’attachement et les sentiments amoureux.

Différences de genre

Les résultats obtenus montrent qu’hommes et femmes ne réagissent pas de la même manière aux antidépresseurs. Ainsi, les effets négatifs sur la sexualité et sur les sentiments amoureux diffèrent entre les deux sexes. De manière schématique on peut dire que les dysfonctionnements étaient plus élevés chez les femmes qui prenaient des antidépresseurs dits «tricycliques» que chez les hommes. Il apparaît aussi une plus grande «atténuation des sentiments» chez les hommes prenant des antidépresseurs de la catégorie «inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine» (ISRS) que chez les femmes.

La donnée la plus surprenante du travail est (peut-être) que, en comparaison des femmes, les hommes sont plus affectés sur le plan émotionnel que sur le plan strictement sexuel. Les ISRS semblent provoquer plus de troubles émotionnels que les antidépresseurs tricycliques chez les hommes. Les femmes sous antidépresseurs semblent quant à elles, «préservées» de cet effet secondaire.

Pour le Pr Donatella Marazziti il ne fait aucun doute que cette recherche doit être poursuivie et approfondie.

_________

1 Un résumé (en anglais) de ce travail est disponible ici.

A LIRE AUSSI

Asthme
La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

L’automne et l’hiver venant, nous allons à nouveau être secoués par des quintes de toux. Un rhume, une...
Lire la suite
Arthrose
Genou douloureux: ses causes et ses traitements

Genou douloureux: ses causes et ses traitements

Avoir mal aux genoux est fréquent. Cette articulation est en effet particulièrement sujette aux traumatismes,...
Lire la suite
Calculs rénaux et biliaires
Quand faire pipi pose problème

Quand faire pipi pose problème

Vous ressentez des brûlures ou des douleurs en urinant? Vous faites une pause pipi toutes les 10 minutes?...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PS38B_enfant_mal_vivre

L’enfant en mal de vivre

Derrière une agitation, une tristesse durable, des maux somatiques, un comportement difficile… peut se cacher un enfant en souffrance et même en dépression. Décryptage.
Illustré_COVID_déprime

Covid-19: «Pour votre santé mentale, gardez le contrôle et méditez!»

Selon le professeur de psychiatrie Guido Bondolfi, la crise nous atteint moralement parce qu’elle dure et que nous sommes largement démunis face à elle. Reprendre le contrôle de sa vie est une des pistes à suivre. Autre approche: pratiquer la méditation de pleine conscience, une méthode qu’il a introduite dans les Hôpitaux universitaires genevois il y a vingt ans.
P20-04_dossier_dépression

Dépression: les clés pour s’en sortir

Elle est l’une des maladies ayant le plus grand impact en termes de nombre d’années de vie perdues et de souffrance engendrée. Pour minimiser la portée d’une dépression et prévenir le risque – important – de rechute, une prise en charge adaptée est indispensable.
Videos sur le meme sujet

Psilocybine et méditation font bon ménage contre la dépression

Adrien Zerbini se penche sur une recherche originale pour lutter contre la dépression.

Des bactéries intestinales pourraient jouer un rôle dans la dépression

Des bactéries présentes dans l'intestin pourraient avoir un impact sur la probabilité de souffrir de dépression.

Un spray nasal contre la dépression

Traiter la dépression comme on soigne un rhume, grâce à un spray nasal, est-ce possible?
Maladies sur le meme sujet
Personne seule

Dépression

La dépression peut se manifester par une tristesse, un manque de plaisir et d'énergie, mais aussi par des changements dans le sommeil, l'appétit ou le poids.

Symptômes sur le meme sujet
La tristesse

Dépression

Je pleure souvent / je n’ai pas le moral / je suis déprimé(e)