Dépression: quand le comportement se modifie

Dernière mise à jour 21/01/15 | Article
Dépression: quand le comportement se modifie
Ralentissement et inhibition sont le lot des personnes en dépression. Et tout cela contribue à leur retrait social.

«Je n’ai plus d’énergie pour faire face»: un constat qui tourne à la litanie chez les dépressifs. Ils sont nombreux à exprimer une incapacité soudaine ou insidieuse à assumer les choses les plus banales. Dans des cas extrêmes, la personne ne parvient même plus à accomplir les gestes élémentaires de la vie courante, comme se laver, ou même se lever le matin.

Chris, 33 ans

«Moi qui étais passionné de musique, je n’avais plus envie de jouer avec mon groupe. J’inventais des excuses pour annuler un concert. Connu pour aimer les soirées animées, je ne sortais plus de chez moi, je n’arrivais même plus à aller acheter mon pain.»

Les gestes se font lents et pénibles. Les actes les plus automatiques sont épuisants et paraissent insurmontables, ingérables. Tout demande un effort. Ce ramollissement passe auprès des autres pour un manque de volonté. Avec le temps, on assiste à un évitement de l’activité qui peut aboutir à un repli sur soi total.

Autre aspect fréquent de la maladie: le déprimé éprouve une difficulté croissante à décider. Il hésite pour tout, y compris pour des choses sans importance. Tout choix le plonge dans l’angoisse et est reporté à plus tard.

On n’«imprime» plus

Pertes de mémoire, problèmes de concentration, attention limitée: le ralentissement, lié à la dépression, perturbe à des degrés divers les capacités intellectuelles. On a du mal à penser, à faire des choix et à communiquer avec les autres. Les réponses, quand elles existent, sont lentes et incertaines. Les échanges s’appauvrissent. On ne sait plus quoi dire, la tête est vide. Cette difficulté à être en relation avec les autres se révèle très néfaste pour l’estime de soi. Difficile d’accepter d’être devenu un être hésitant à l’esprit engourdi, incapable de soutenir son attention et de tenir une conversation.

Dans les formes sévères, comme la mélancolie, le malade répond d’une voix monocorde, avec lenteur et de manière brève. Tout effort d’attention, de concentration et de réflexion lui devient impossible.

On fuit les autres

L’inhibition qui caractérise la dépression affecte tout naturellement la vie sociale. Quand la fatigue vous cloue sur place, que rien ne vous fait plaisir ou que tout vous éreinte d’avance, on a encore moins envie de se montrer et d’affronter le regard des autres. On rentre dans sa coquille, loin des stimulations de la vie. Une attitude de repli difficilement compréhensible pour l’entourage. Le malade semble se désintéresser de tout, ses amis, sa famille, ses activités.

Fragilisés et diminués par la dépression, les déprimés ont tendance à fuir les autres et leurs reproches silencieux. Ils ont honte de ce qu’ils sont devenus et redoutent que cela se voie. Ce retrait peut conduire à l’isolement, source de nouvel abattement et d’angoisse.

_________

  

    

Extrait de :

J’ai envie de comprendre… la dépression (éd. 2012), de Suzy Soumaille en collaboration avec Guido Bondolfi et Gilles Bertschy

            

     

A LIRE AUSSI

Asthme
La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

L’automne et l’hiver venant, nous allons à nouveau être secoués par des quintes de toux. Un rhume, une...
Lire la suite
Hernie discale
Neuf hernies discales sur dix se soignent sans chirurgie

Neuf hernies discales sur dix se soignent sans chirurgie

Quand faut-il alors s’alarmer si on souffre d'une hernie discale? Et surtout, quels sont les risques...
Lire la suite
BPCO
Toux chronique de l’adulte: mieux vaut consulter

Toux chronique de l’adulte: mieux vaut consulter

La toux chronique, qui dure depuis plus de huit semaines, fait partie des motifs de consultation les...
Lire la suite

J'ai envie de comprendre... La dépression

Un livre de S. Soumaille, avec les Drs G. Bondolfi et G. Bertschy.

Articles sur le meme sujet

Des clés pour gérer son stress

Le stress fait partie de notre existence. Pour composer avec lui et éviter qu’il ne fasse des ravages, des stratégies existent.
Le cabinet du praticien, refuge de la détresse existentielle?

Le cabinet du praticien, refuge de la détresse existentielle?

«La médecine n’aurait jamais existé si l’on n’avait pas un jour séparé la maladie du malheur.»
Régis Debray

Comment faire pour que le chômage ne ruine pas la santé?

Etre contraint à ne pas travailler peut constituer un traumatisme psychique. Quels en sont les symptômes? Comment faire pour en réduire les conséquences? Les réponses d’un psychiatre, spécialiste de médecine légale et de droit de la santé.
Videos sur le meme sujet

Détresse existentielle: la société peut aider

Notre vision de la vie peut changer, parfois jusqu'à devenir plus noir que les ténèbres. La détresse existentielle est un mal actuel dans notre société, et de l'aide existe pour y faire face. Sandrine Astori nous aide à y voir plus clair.

Psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent

La dépression du post-partum et la dépression chez l'enfant et l'adolescent sont encore trop souvent méconnues. Explications dans cette vidéo.

L'image corporelle : quand le corps change

A différents âges de la vie (puberté, grossesse, ménopause, vieillesse), l'image corporelle évolue. Toute maladie, accident ou traitement est également susceptible de perturber la façon de percevoir son corps et d'entrainer une mauvaise estime de soi.
Maladies sur le meme sujet
Personne seule

Dépression

La dépression peut se manifester par une tristesse, un manque de plaisir et d'énergie, mais aussi par des changements dans le sommeil, l'appétit ou le poids.

Symptômes sur le meme sujet
La tristesse

Dépression

Je pleure souvent / je n’ai pas le moral / je suis déprimé(e)