Dépression: les personnalités à risque

Dernière mise à jour 23/07/15 | Article
Dépression: les personnalités à risque
Si la dépression peut survenir chez tout le monde, il semble toutefois que certaines personnalités sont davantage exposées.

Les personnalités à risque

  • Les instables émotionnellement, les «faiseurs d’histoires»
  • Les anxieux vulnérables, manquant d’autonomie et d’assurance, dépendants de l’opinion des autres
  • Les tristounets, rabat-joie, abonnés aux ruminations auto-accusatrices
  • Les scrupuleux, perfectionnistes
  • Les hyperactifs, hyperenthousiastes, qui fonctionnent à trop haut régime, courant ainsi le risque de s’effondrer

Les évitants

Ils ont une peur maladive du ridicule. Très inhibés sur le plan social, ils ont le sentiment de ne pas être à la hauteur et se montrent hypersensibles au jugement d’autrui. Ils se dévalorisent constamment, en sous-estimant leurs capacités et en dévaluant leurs réussites. La peur de l’échec est telle qu’ils se maintiennent dans un rôle effacé ou un poste inférieur à leurs capacités.

Les dépendants

Ils ont un comportement soumis et éprouvent tout le temps le besoin d’être rassuré. Ils ont un mal fou à prendre des décisions et à s’assumer seuls. Du coup, ils ne savent pas dire non. Par souci de plaire et par peur d’être rejetés, ils ont tendance à accepter les sales besognes.

Les insatisfaits

La personnalité dépressive existe-t-elle? Le sujet est controversé. Une évidence: certains accumulent des indices troublants, sans pour autant tomber clairement dans la maladie. En gros, ils présentent plusieurs caractéristiques psychologiques de la dépression (pessimisme, manque d’intérêt…) mais n’en ont pas les signes physiques tels que le manque d’énergie ou les difficultés de concentration. Ces personnalités sont moroses, sans raison de l’être. Elles ne voient que le côté sombre des choses et sous-évaluent systématiquement le positif.

Le saviez-vous?

On sait que les personnes ayant une estime de soi basse ont plus de risque de déprimer. Mais l’inverse est également vrai. Les individus dotés d’un ego surdimensionné déploient beaucoup d’énergie pour maintenir leur image et «rester à la hauteur». Ce qui se traduit par une plus grande vulnérabilité à l’échec et au rejet. Au bout du compte, ils finissent par s’épuiser physiquement et moralement. Une voie royale pour entrer en dépression.

_________

Extrait de : J’ai envie de comprendre… la dépression (éd. 2012), de Suzy Soumaille en collaboration avec Guido Bondolfi et Gilles Bertschy

A LIRE AUSSI

Asthme
La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

L’automne et l’hiver venant, nous allons à nouveau être secoués par des quintes de toux. Un rhume, une...
Lire la suite
Arthrose
Genou douloureux: ses causes et ses traitements

Genou douloureux: ses causes et ses traitements

Avoir mal aux genoux est fréquent. Cette articulation est en effet particulièrement sujette aux traumatismes,...
Lire la suite
Allergies (autres)
reactions_allergiques_localisees

Réactions allergiques: reconnaître les manifestations localisées

Dans la majorité des cas, les manifestations de l’allergie se limitent au site d’agression de l’allergène...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Portrait-robot d’un dépressif…?

Portrait-robot d’un dépressif…?

Le dépressif type n’existe pas. Il est impossible de dresser son portrait-robot, tant cette maladie peut frapper n’importe qui, n’importe quand.
Simple déprime ou vraie dépression ?

Simple déprime ou vraie dépression?

Dans les journaux et les conversations quotidiennes, le mot «dépression» fait partie de ceux que l’on entend souvent. Pourtant la maladie reste largement sous-diagnostiquée.
Dépression: quand l’humeur est en chute libre

Dépression: quand l’humeur est en chute libre

Symptôme classique de la dépression, l’humeur en chute libre est très difficile à comprendre par l’entourage. Moins attendue, l’irritabilité masque parfois le tableau.
Videos sur le meme sujet

L'électricité pour lutter contre la dépression

L'électroconvulsivothérapie, autrefois appelée électrochocs, véhicule aujourd’hui encore une image négative.

La privation de sommeil pour soigner la dépression

Lucia Sillig évoque une méthode assez contre-intuitive pour lutter contre la dépression: la privation de sommeil.

Des électrochocs contre la dépression

Les électrochocs font peur parce qu'ils ont été utilisés avec barbarie et brutalité.
Maladies sur le meme sujet
Personne seule

Dépression

La dépression peut se manifester par une tristesse, un manque de plaisir et d'énergie, mais aussi par des changements dans le sommeil, l'appétit ou le poids.

Symptômes sur le meme sujet
La tristesse

Dépression

Je pleure souvent / je n’ai pas le moral / je suis déprimé(e)