Dépression: les personnalités à risque

Dernière mise à jour 23/07/15 | Article
Dépression: les personnalités à risque
Si la dépression peut survenir chez tout le monde, il semble toutefois que certaines personnalités sont davantage exposées.

Les personnalités à risque

  • Les instables émotionnellement, les «faiseurs d’histoires»
  • Les anxieux vulnérables, manquant d’autonomie et d’assurance, dépendants de l’opinion des autres
  • Les tristounets, rabat-joie, abonnés aux ruminations auto-accusatrices
  • Les scrupuleux, perfectionnistes
  • Les hyperactifs, hyperenthousiastes, qui fonctionnent à trop haut régime, courant ainsi le risque de s’effondrer

Les évitants

Ils ont une peur maladive du ridicule. Très inhibés sur le plan social, ils ont le sentiment de ne pas être à la hauteur et se montrent hypersensibles au jugement d’autrui. Ils se dévalorisent constamment, en sous-estimant leurs capacités et en dévaluant leurs réussites. La peur de l’échec est telle qu’ils se maintiennent dans un rôle effacé ou un poste inférieur à leurs capacités.

Les dépendants

Ils ont un comportement soumis et éprouvent tout le temps le besoin d’être rassuré. Ils ont un mal fou à prendre des décisions et à s’assumer seuls. Du coup, ils ne savent pas dire non. Par souci de plaire et par peur d’être rejetés, ils ont tendance à accepter les sales besognes.

Les insatisfaits

La personnalité dépressive existe-t-elle? Le sujet est controversé. Une évidence: certains accumulent des indices troublants, sans pour autant tomber clairement dans la maladie. En gros, ils présentent plusieurs caractéristiques psychologiques de la dépression (pessimisme, manque d’intérêt…) mais n’en ont pas les signes physiques tels que le manque d’énergie ou les difficultés de concentration. Ces personnalités sont moroses, sans raison de l’être. Elles ne voient que le côté sombre des choses et sous-évaluent systématiquement le positif.

Le saviez-vous?

On sait que les personnes ayant une estime de soi basse ont plus de risque de déprimer. Mais l’inverse est également vrai. Les individus dotés d’un ego surdimensionné déploient beaucoup d’énergie pour maintenir leur image et «rester à la hauteur». Ce qui se traduit par une plus grande vulnérabilité à l’échec et au rejet. Au bout du compte, ils finissent par s’épuiser physiquement et moralement. Une voie royale pour entrer en dépression.

_________

Extrait de : J’ai envie de comprendre… la dépression (éd. 2012), de Suzy Soumaille en collaboration avec Guido Bondolfi et Gilles Bertschy

A LIRE AUSSI

Asthme
La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

L’automne et l’hiver venant, nous allons à nouveau être secoués par des quintes de toux. Un rhume, une...
Lire la suite
Calculs rénaux et biliaires
Quand faire pipi pose problème

Quand faire pipi pose problème

Vous ressentez des brûlures ou des douleurs en urinant? Vous faites une pause pipi toutes les 10 minutes?...
Lire la suite
Allergies (autres)
reactions_allergiques_localisees

Réactions allergiques: reconnaître les manifestations localisées

Dans la majorité des cas, les manifestations de l’allergie se limitent au site d’agression de l’allergène...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Silhouette dans le rayonnement du soleil

Méditer pour éviter les rechutes dépressives

La méditation en pleine conscience serait-elle une alternative aux antidépresseurs? Pas dans toutes les phases d’une dépression ni pour tous les patients. Mais dans le cadre de la prévention des rechutes dépressives, cette méthode dérivée du bouddhisme a le vent en poupe.
Contre la rechute dépressive, la méditation en pleine conscience

Contre la rechute dépressive, la méditation en pleine conscience

Que faire après une dépression si les pensées négatives sont de retour? A la place ou en parallèle des traitements médicamenteux, il existe des thérapies faisant appel à la méthode de méditation en pleine conscience, ou mindfulness. Entretien avec le Pr Guido Bondolfi, psychiatre-psychothérapeute responsable du programme Troubles anxieux du Département de santé mentale et psychiatrie aux HUG.
luminotherapie_remplacer_antidepresseurs

La luminothérapie pour remplacer les antidépresseurs?

«C’est une saison qui me déprime!» On estime que 2 à 4% de la population seraient touchés par la dépression saisonnière. Si la luminothérapie est souvent indiquée dans ces cas spécifiques, elle pourrait aussi avoir une action capitale sur des troubles plus profonds. Explications.
Videos sur le meme sujet

Psilocybine et méditation font bon ménage contre la dépression

Adrien Zerbini se penche sur une recherche originale pour lutter contre la dépression.

Des bactéries intestinales pourraient jouer un rôle dans la dépression

Des bactéries présentes dans l'intestin pourraient avoir un impact sur la probabilité de souffrir de dépression.

Un spray nasal contre la dépression

Traiter la dépression comme on soigne un rhume, grâce à un spray nasal, est-ce possible?
Maladies sur le meme sujet
Personne seule

Dépression

La dépression peut se manifester par une tristesse, un manque de plaisir et d'énergie, mais aussi par des changements dans le sommeil, l'appétit ou le poids.

Symptômes sur le meme sujet
La tristesse

Dépression

Je pleure souvent / je n’ai pas le moral / je suis déprimé(e)