Dépression: la faute à la société?

Dernière mise à jour 28/05/15 | Article
Dépression: la faute à la société?
On attend de nous d’être efficaces, actifs, en forme et souriants. Une telle surenchère ne peut pas se faire sans quelques dommages collatéraux.

Le niveau d’exigence dans la société a pris l’ascenseur. Et dans le même temps, on est toujours plus seul pour affronter les épreuves de la vie, car les soutiens et repères traditionnels (famille, religion) ne sont plus ce qu’ils étaient. Aujourd’hui, les qualités qui sont cotées en bourse sont l’esprit d’initiative, un talent pour la communication, une résistance à toute épreuve et un don pour le bonheur. Des aptitudes pour lesquelles la société ne donne bien sûr aucun mode d’emploi.

L’individu est pourtant évalué en fonction de ces nouvelles normes. D’où un énorme potentiel de disqualification. Les sociologues dépeignent la dépression comme la tragédie de l’insuffisance: manque d’énergie, de plaisir, d’attention, de répondant, d’initiative… Cette pression sociale à l’épanouissement personnel à tout prix est bien entendu critiquée. D’aucuns estiment que la dépression constitue une mise en question salutaire d’un modèle voué au culte de la performance.

Le sens de la dépression

Au niveau individuel, nombre de personnes, dont d’anciens dépressifs, voient dans la dépression une étape de vie. Selon eux, elle constitue une pause obligée qui pousse l’individu à se retrouver, à donner un nouveau sens à sa vie et à changer son rapport au monde. Reste qu’une telle transition ne se fait pas sans mal et ne finit pas toujours par un happy end. Elle implique parfois des deuils et des renoncements, synonymes de souffrances morales parfois redoutables. Au bout du compte, certains vont ressortir renforcés de cette pénible expérience, tandis que d’autres resteront fragilisés longtemps.

Question d’interprétation

Deuil, séparation, perte d’une fonction, d’un statut, d’un idéal: il semble que le sens donné aux événements négatifs soit plus important que leur fréquence ou leur gravité objective. On sait que vivre un événement traumatisant engendre des sentiments d’injustice, de culpabilité, de dévalorisation et d’impuissance. Cette expérience douloureuse précède souvent l’épisode dépressif et constitue un facteur déclenchant majeur.

_________

Extrait de : J’ai envie de comprendre… la dépression (éd. 2012), de Suzy Soumaille en collaboration avec Guido Bondolfi et Gilles Bertschy

A LIRE AUSSI

Asthme
La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

L’automne et l’hiver venant, nous allons à nouveau être secoués par des quintes de toux. Un rhume, une...
Lire la suite
Calculs rénaux et biliaires
Quand faire pipi pose problème

Quand faire pipi pose problème

Vous ressentez des brûlures ou des douleurs en urinant? Vous faites une pause pipi toutes les 10 minutes?...
Lire la suite
Allergies (autres)
reactions_allergiques_localisees

Réactions allergiques: reconnaître les manifestations localisées

Dans la majorité des cas, les manifestations de l’allergie se limitent au site d’agression de l’allergène...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Silhouette dans le rayonnement du soleil

Méditer pour éviter les rechutes dépressives

La méditation en pleine conscience serait-elle une alternative aux antidépresseurs? Pas dans toutes les phases d’une dépression ni pour tous les patients. Mais dans le cadre de la prévention des rechutes dépressives, cette méthode dérivée du bouddhisme a le vent en poupe.
Contre la rechute dépressive, la méditation en pleine conscience

Contre la rechute dépressive, la méditation en pleine conscience

Que faire après une dépression si les pensées négatives sont de retour? A la place ou en parallèle des traitements médicamenteux, il existe des thérapies faisant appel à la méthode de méditation en pleine conscience, ou mindfulness. Entretien avec le Pr Guido Bondolfi, psychiatre-psychothérapeute responsable du programme Troubles anxieux du Département de santé mentale et psychiatrie aux HUG.
luminotherapie_remplacer_antidepresseurs

La luminothérapie pour remplacer les antidépresseurs?

«C’est une saison qui me déprime!» On estime que 2 à 4% de la population seraient touchés par la dépression saisonnière. Si la luminothérapie est souvent indiquée dans ces cas spécifiques, elle pourrait aussi avoir une action capitale sur des troubles plus profonds. Explications.
Videos sur le meme sujet

Psilocybine et méditation font bon ménage contre la dépression

Adrien Zerbini se penche sur une recherche originale pour lutter contre la dépression.

Des bactéries intestinales pourraient jouer un rôle dans la dépression

Des bactéries présentes dans l'intestin pourraient avoir un impact sur la probabilité de souffrir de dépression.

Un spray nasal contre la dépression

Traiter la dépression comme on soigne un rhume, grâce à un spray nasal, est-ce possible?
Maladies sur le meme sujet
Personne seule

Dépression

La dépression peut se manifester par une tristesse, un manque de plaisir et d'énergie, mais aussi par des changements dans le sommeil, l'appétit ou le poids.

Symptômes sur le meme sujet
La tristesse

Dépression

Je pleure souvent / je n’ai pas le moral / je suis déprimé(e)