Dépression: la faute à la société?

Dernière mise à jour 28/05/15 | Article
Dépression: la faute à la société?
On attend de nous d’être efficaces, actifs, en forme et souriants. Une telle surenchère ne peut pas se faire sans quelques dommages collatéraux.

Le niveau d’exigence dans la société a pris l’ascenseur. Et dans le même temps, on est toujours plus seul pour affronter les épreuves de la vie, car les soutiens et repères traditionnels (famille, religion) ne sont plus ce qu’ils étaient. Aujourd’hui, les qualités qui sont cotées en bourse sont l’esprit d’initiative, un talent pour la communication, une résistance à toute épreuve et un don pour le bonheur. Des aptitudes pour lesquelles la société ne donne bien sûr aucun mode d’emploi.

L’individu est pourtant évalué en fonction de ces nouvelles normes. D’où un énorme potentiel de disqualification. Les sociologues dépeignent la dépression comme la tragédie de l’insuffisance: manque d’énergie, de plaisir, d’attention, de répondant, d’initiative… Cette pression sociale à l’épanouissement personnel à tout prix est bien entendu critiquée. D’aucuns estiment que la dépression constitue une mise en question salutaire d’un modèle voué au culte de la performance.

Le sens de la dépression

Au niveau individuel, nombre de personnes, dont d’anciens dépressifs, voient dans la dépression une étape de vie. Selon eux, elle constitue une pause obligée qui pousse l’individu à se retrouver, à donner un nouveau sens à sa vie et à changer son rapport au monde. Reste qu’une telle transition ne se fait pas sans mal et ne finit pas toujours par un happy end. Elle implique parfois des deuils et des renoncements, synonymes de souffrances morales parfois redoutables. Au bout du compte, certains vont ressortir renforcés de cette pénible expérience, tandis que d’autres resteront fragilisés longtemps.

Question d’interprétation

Deuil, séparation, perte d’une fonction, d’un statut, d’un idéal: il semble que le sens donné aux événements négatifs soit plus important que leur fréquence ou leur gravité objective. On sait que vivre un événement traumatisant engendre des sentiments d’injustice, de culpabilité, de dévalorisation et d’impuissance. Cette expérience douloureuse précède souvent l’épisode dépressif et constitue un facteur déclenchant majeur.

_________

  

    

Extrait de :

J’ai envie de comprendre… la dépression (éd. 2012), de Suzy Soumaille en collaboration avec Guido Bondolfi et Gilles Bertschy

            

    

A LIRE AUSSI

Asthme
La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

L’automne et l’hiver venant, nous allons à nouveau être secoués par des quintes de toux. Un rhume, une...
Lire la suite
Hernie discale
Neuf hernies discales sur dix se soignent sans chirurgie

Neuf hernies discales sur dix se soignent sans chirurgie

Quand faut-il alors s’alarmer si on souffre d'une hernie discale? Et surtout, quels sont les risques...
Lire la suite
BPCO
Toux chronique de l’adulte: mieux vaut consulter

Toux chronique de l’adulte: mieux vaut consulter

La toux chronique, qui dure depuis plus de huit semaines, fait partie des motifs de consultation les...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
djoko_blues_deprime

Le «Djoko blues», ou la déprime des sportifs qui ont tout gagné

Et si le fait de tout gagner était ce qui peut arriver de pire à un sportif? Novak Djokovic est en perte de motivation depuis qu’il a remporté le seul grand trophée qu’il lui manquait. Décryptage.
apports_hormones_thyroide

Les apports d’hormones ne sont pas efficaces à tous les coups

Une étude européenne dévoile que les personnes âgées, souvent atteintes d’une affection dite infraclinique, ne tirent pas forcément profit d’une supplémentation en hormones thyroïdiennes.
prevention_mode d'emploi

Prévention, mode d’emploi

L’idée de la prévention est, en fonction de l’âge, de repérer ce qui nous prédispose à une possible maladie. Puis, plus tard dans la vie, d'aller chercher les indices du développement éventuel de cette pathologie. Et, une fois qu’elle a pu être prise en charge et soignée, éviter qu’elle ne revienne. Les médecins parlent respectivement, pour ces trois étapes, de prévention primaire, secondaire et tertiaire. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), un mode de vie sain permet d’éviter ou de retarder l’apparition des maladies non transmissibles (tels que cancer, diabète, maladies cardio-vasculaires) dans plus de 50% des cas. Dans les faits, comment insuffler de la prévention dans sa vie? L’affaire est plus simple qu’il n’y paraît.
Videos sur le meme sujet

Gros plan sur la dépression

Les spécialistes estiment que 6 % de la population des pays occidentaux souffrent de dépression.

La prévention du suicide à la une

Toutes les 3 secondes, une personne dans le monde tente de se suicider et un décès par suicide est enregistré toutes les 40 secondes, c’est plus que l’ensemble des personnes tuées par les guerres et les catastrophes naturelles.

Gros plan sur la dépression et les nouveaux traitements

Les spécialistes estiment que 6 % de la population des pays occidentaux souffrent de dépression.
Maladies sur le meme sujet
Personne seule

Dépression

La dépression peut se manifester par une tristesse, un manque de plaisir et d'énergie, mais aussi par des changements dans le sommeil, l'appétit ou le poids.

Symptômes sur le meme sujet
La tristesse

Dépression

Je pleure souvent / je n’ai pas le moral / je suis déprimé(e)